PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre Le Jeûne de Ramadhân: Sa signification, ses effets et ses status, compilés, traduits et édités par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

Le Jeûne: une pratique religieuse universelle

-«Ô vous qui croyez: Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés(1)‘.Peut-être craindrez-vous Dieu-

Jeûnez durant des jours comptés. Celui d’entre vous qui est malade ou qui voyage jeûnera ensuite un nombre égal de jours.

Ceux qui pourraient jeûner et qui s’en dispensent, devront, en compensation, nourrir un pauvre.

Celui qui, volontairement, fera davantage y trouvera son propre bien.

Jeûner est un bien pour vous. Peut-être le comprendrez-vous.

Le Coran a été révélé durant le mois de Ramadan C’est une Direction pour les hommes une manifestation claire de la Direction et de la Loi.

Quiconque d’entre vous, verra la nouvelle lune jeûnera le mois entier(…).

Dieu veut la facilité pour vous, Il ne veut pas pour vous la contrainte.

Achevez cette période de jeûne; exaltez la grandeur de Dieu qui vous a dirigés. Peut-être serez-vous reconnaissants» Le Coran 11: 183-185

Le jeûne de Ramadan est l’un des piliers de l’Islam. C’est une obligation cultuelle que tout musulman et toute musulmane remplissant les conditions requises(2) doivent accomplir durant le neuvième mois lunaire hégirien, le mois de Ramadan. De ce fait, cette obligation individuelle devient un phénomène collectif qui affecte le visage de toute une société. Il suffit de se promener dans une cité musulmane pendant le mois de Ramadan pour comprendre combien est importante la place que le jeûne occupe dans la religion musulmane, et pour réaliser qu’il constitue un trait saillant de l’Islam.

Pourtant, comme le laisse entendre le Coran, le jeûne n’est pas une nouveauté religieuse révélée par l’Islam; il a déjà été prescrit aux nations et aux Prophètes(3) antérieurs à l’avènement du dernier Messager de Dieu, le Prophète Mohammad (P), et pratiqué depuis les temps les plus reculés. Selon l’Imam Ali, cité par AI-Zamakh-charî(4), le premier homme à avoir jeûné fut Adam, et selon Abbas, cité par Al-Qummi(5), le Prophète David jeûnait un jour sur deux, son fils Salomon (Sulaymân), trois jours au début de chaque mois, trois jours au milieu du mois et trois jours à la fin du mois; Jésus-Christ jeûnait tout le temps, et sa mère Marie, deux jours sur trois.

Par ailleurs, il n’y a pas que le Coran et les sources musulmanes qui signalent la pratique du jeûne dans trois religions. Ainsi, les Evangiles et la Thora en font diverses mentions; et l’histoire nous fait savoir par exemple que les Sabéens de Harrât(6) observaient un jeûne de trente jours et que les Mecquois du pré-Islam observaient eux aussi le jeûne.

Enfin, même de nos jours, le jeûne demeure une pratique religieuse observée par les adeptes de nombreuses religions. En effet, les Juifs jeûnent un jour par an, et les plus pratiquants d’entre eux jeûnent les lundis et les jeudis en souvenir de Moïse(7); certains Chrétiens continuent d’observer le Carême, lequel consiste en une période de quarante-six jours d’abstinence et de privations entre le Mardi Gras et le jour de Pâques, pendant laquelle, à l’exception des dimanches, on jeûne. Même dans l’Hindouisme, certains adeptes de cette religion jeûnent en diverses occasions religieuses; et dans le Bouddhisme, les moines observent parfois une certaine forme de jeûne.

La constance de la pratique du jeûne dans les différentes religions et à travers les différentes phases de l’histoire de l’humanité montre que cette forme d’abstinence est du moins très bénéfique, sinon un bien nécessaire pour l’homme. Il est naturel donc que l’Islam, la dernière religion révélée et le message final de Dieu pour la créature, redonne à cette prescription divine, un peu oubliée et souvent déformée, sa place réelle et complète, et précise les règles de son accomplissement, généralise sa pratique, et souligne ses effets bénéfiques.

En Islam, le jeûne n’est pas un simple acte individuel de piété, accompli occasionnellement, par quelques fidèles pieux comme c’est le cas dans d’autres religions, mais une obligation prescrite à toute la communauté, à quelques exceptions près. Le jeûne n’y consiste pas non plus en une simple privation alimentaire, mais en l’observation d’un ensemble cohérent de prescriptions d’ordre alimentaire, physique, spirituel et moral qui affecte le comportement de l’individu et transforme les habitudes de la société.

À lire aussi : Bien accueillir le mois de Ramadan

 

Le Jeûne de Ramadan: Le sens apparent et le sens réel 

Le jeûne de Ramadan consiste manifestement à s’abstenir de manger, de boire, de fumer, de faire l’acte sexuel etc… depuis l’aube jusqu’au crépuscule chaque jour du mois de Ramadan.

Il suffirait donc d’observer ces abstinences après avoir formé intimement l’intention de jeûner par obéissance à Dieu, pour que le jeûne soit présumé correctement accompli.

Mais en fait, le jeûne tel que Dieu le veut effectivement exige beaucoup plus d’efforts de la part du Jeûneur et vise à transformer complètement l’homme, à le rendre intègre, et à le libérer de l’emprise de ses habitudes les plus tenaces et les plus asservissantes.

En effet le Prophète a dit à propos du mois de Ramadan: “O gens: Celui qui anoblit son caractère ,pendant ce mois, aura droit au Droit Chemin le Jour o les pieds trébucheront.”

Et:

«Cinq choses invalident le jeune: le mensonge, la médisance, la délation calomnieuse, le faux serment, le regard lascif”(8)

On rapporte qu’un jour le Prophète, ayant entendu une femme qui faisait le jeûne injurier sa servante, a fait apporter de la nourriture à l’intention de cette femme et lui dit: “Mange!”. “Mais je fais le jeûne!”, protesta celle-ci. “Comment pourrais-tu prétendre encore accomplir le jeûne alors que tu viens d’injurier ta servante?!», lui fit observer le Saint Prophète.

Définissant le vrai sens du jeûne, I’Imam al-Çâdiq dit:

«Jeûner, ce n’est pas seulement s’abstenir de manger et de boire. Si vous faites le jeûne, que votre ouïe, votre vue, votre langue, votre ventre, votre sexe fassent également l’abstinence. De même, retenez votre main et votre sexe. Essayez de garder le silence le plus possible, sauf s’il s’agit de dire du bien. Traitez avec bonté votre serviteur».(9)

Ce même Imam al-Çâdiq dit ailleurs à propos du jeûne:

«Le Jeûne ne consiste pas seulement à s’abstenir de manger et de boire. Pour qu’il soit correctement accompli, le jeûne exige une condition à remplir, à savoir le mutisme intérieur. N’avez-vous pas entendu parler de ce dire de Marie, fille de `Imrân: “J’ai voué un Jeûne au Miséricordieux: Je ne parlerai aujourd’hui à personne“. Ici, jeûne signifie silence. Donc si vous préservez, du même coup, votre langue du mensonge, détournez votre regard (des choses interdites), ne vous querellez-pas, ne vous enviez pas réciproquement, ne médisez pas les uns des autres, ne discutez pas âprement, ne mentez pas, ne vous accouplez pas, ne vous contrariez pas réciproquement, ne vous mettez pas en colère les uns contre les autres; ne vous insultez ni ne vous injuriez réciproquement, ne vous calomniez pas les uns les autres, ne vous disputez pas les uns avec les autres, ne soyez pas injustes, n’échangez pas de sottises entre vous, ne vous réprimandez pas les uns les autres; ne manquez pas d’invoquer Dieu, ni de prier; gardez le silence et le mutisme, soyez cléments, patients et véridiques; évitez les méchants, abstenez-vous de dire des choses fausses, de recourir au mensonge, à la séduction, à la rivalité, à la mauvaise foi, à la médisance, à la provocation de l’inimitié. Soyez prêts à l’avènement du Jour du Jugement, et dans l’attente des jours qui vous restent et de ce que Dieu vous a promis, et préparés à Le rencontrer avec quiétude, avec respect, avec recueillement, avec soumission, avec l’humilité d’un serviteur devant son maître, avec sollicitude, avec crainte, avec désir, avec appréhension, et ce, après que vos coeurs auront été purifiés des défauts, votre intérieur débarrassé de toute malveillance et votre corps des souillures, et que vous aurez renié devant Dieu toute servitude envers tout autre que Lui, obéi à Dieu par votre abstinence – visible et invisible – de tous les côtés et de tout ce qu’IL vous a interdit, et éprouvé envers Dieu secrètement et manifestement la vraie crainte révérencielle, offert votre âme à Dieu pendant les jours de votre jeûne, tout en Lui ouvrant votre coeur et en le consacrant à ce qu’lL vous a commandé et à ce à quoi IL vous a appelés. Si vous avez fait tout ce qui précède vous aurez été considérés comme ayant accompli le vrai jeûne qu’lL a prescrit, et exécuté ce qu’lL vous a ordonné… ».

Et l’Imam al-Çâdiq de conclure:

«Le jeûne, n’est pas seulement s’abstenir du manger et du boire, ce qui n’est prescrit par Dieu que pour constituer un voile empêchant les autres turpitudes commises sous forme d’actes ou de paroles».(10)

 

À lire aussi: Ramadan 2018: la zakat al-fitr augmente, une première depuis le passage de l’euro

 

Les bienfaits du Jeûne

En se penchant sur les versets coraniques précités(11), on peut remarquer que le jeûne est avant tout, une prescription divine (“Le jeûne vous est prescrit …”) que le Croyant doit observer pour faire preuve de crainte révérencielle envers le Créateur (“Peut-être craindrez-vous Dieu”). Et comme pour faire prendre conscience aux croyants de l’importance et de la nécessité de cette prescription, Dieu leur précise que le jeûne est un bien dont ils devraient et pourraient comprendre les effets («Jeûner est un bien pour vous. Peut-être le comprendrez-vous»).

Aussi la Tradition (les paroles du Prophète et des Imams) s’est-elle évertuée à expliquer ces effets bénéfiques et à préciser les buts du jeûne, que l’on peut résumer et répartir dans les points suivants:

S’exercer à la patience et affermir sa volonté

Le jeûne de Ramadan, tel qu’il est prescrit par l’Islam est le moyen par excellence d’apprendre à patienter. Cette vérité évidente et concrète pour tous ceux qui accomplissent le jeûne, est clairement soulignée dans les Textes sacrés qui présentent cette obligation cultuelle comme synonyme de “patience”. En effet, selon une Parole divine révélée au Prophète, Dieu a dit:

“Toutes les bonnes actions des descendants d’Adam sont récompensées de dix à sept cents fois leur mérite sauf la patience, pour laquelle Je décide la récompense Moi-même. Or, la patience, c’est le jeûne.”(12)

Le Prophète lui-même a dit du mois de Ramadan qu’il est:

“Le mois de la patience, laquelle est récompensée par le Paradis”.(13)

L’Imam Ja’far al-Çâdiq a conseillé:

«Si un homme venait à être victime d’un grand mal, qu’il jeûne, car Dieu a dit: “Demandez l’aide de la patience …”, c’est-à-dire, du jeûne.»(14)

En fait, en le schématisant, le jeûne consiste à s’abstenir – pendant un temps relativement long – de satisfaire un pressant besoin naturel et légitime qu’on a l’habitude de satisfaire normalement – et qu’on peut satisfaire facilement – dès qu’il se fait sentir. Une telle abstention dont la seule motivation est l’engagement moral pris par le “jeûneur” de la respecter, commande forcément une volonté et une patience renouvelées pendant une «longue journée” qui se répète durant un “long mois”.

À lire aussi: Le Ramadan a-t-il des vertus thérapeutiques ?

Se libérer des habitudes quotidiennes

Le jeûne est l’expression de la soumission aux jugements de Dieu, et de l’interruption de l’assujettissement aux impératifs de certains besoins du corps, qui sont ordinairement légitimes et légaux. Il constitue donc un écran vis-à-vis des coutumes courantes et un engagement provisoire dans une vie austère qui fait sentir à celui qui s’y engage, la faim et la soif, dans 1’intention d’éduquer son âme et de la discipliner.

Apprendre à résister à des habitudes aussi tenaces que celle de satisfaire la soif et la faim lorsqu’elles se font sentir, c’est se libérer de l’emprise de l’Habitude qui enchaîne généralement l’homme et limite sa liberté d’initiative.

À lire aussi: Quels actes invalident le jeûne?

 

S’habituer à la discipline alimentaire

Les médecins et les diététiciens s’accordent pour souligner la nécessité de respecter un certain ordre dans les horaires des repas et de ne pas les soumettre au caprice de la sensation et de l’appétit. Or, le jeûne consiste à s’abstenir de manger et de boire à partir d’une heure précise et à prendre les repas dans des heures plus ou moins précises. Pendant un mois le jeûneur apprend donc à maîtriser sa sensation de faim et de soif et découvre qu’il est très possible de ne s’y plier. Cela l’aidera généralement à mettre de l’ordre dans sa façon de s’alimenter et, occasionnellement, à supporter et à respecter sans difficulté un régime alimentaire lorsque son état de santé l’exigerait.

Assainir le fonctionnement du corps

Le Prophète a dit:

“À toute chose une Zakât (aumône purificatrice), celle du corps est le jeûne”.

Et

“Jeûnez, vous serez en bonne santé”.

Ces quelques mots résument les centaines d’études faites à travers le monde pour souligner les nombreux effets bénéfiques du jeûne sur notre organisme.

Il n’est pas question de traiter ici de détails médicaux trop techniques pour notre exposé, mais on peut rappeler quelques généralités à ce sujet. Ainsi, il est établi que la faim et la soif, engendrées par le jeûne, provoquent généralement la sécrétion d’acides de différentes glandes- lesquels acides s’appliquent à détruire de nombreux germes porteurs de maladies- et réactivent d’autres glandes dont le bon fonctionnement est mis en veilleuse en raison d’un système d’alimentation monotone et invariable des années durant.

En d’autres termes, le jeûne nous fournit l’occasion de réhabiliter la fonction du mécanisme naturel déclenchant la sensation de faim et de soif réelles, après que ce mécanisme a été altéré, au fil des jours et des ans, par des habitudes alimentaires répondant moins aux besoins effectifs du corps, qu’à des caprices gastronomiques et des impératifs d’ordre social, familial, psychologique etc. Ceci dit, on sait que de nos jours, beaucoup de médecins prescrivent la faim et la soif comme traitement pour guérir certaines maladies et pour en prévenir d’autres.

À lire aussi : Le Prône du Prophète (P) sur le Mois béni de Ramadan

 

S’habituer à l’honnêteté

Le jeûne est prescrit au musulman dès l’âge de la puberté. Celui-ci est donc soumis à une rude épreuve il est seul, le surveillant et le juge. Livré à la faim et à la soif, il peut céder à tout moment à la tentation de les satisfaire, alors qu’il a à sa portée de quoi manger et boire. La seule chose qui l’en empêche, c’est sa foi en Dieu et sa conscience. En dehors de Dieu, personne n’est témoin de son observance de l’abstinence. Dès son jeune âge, le musulman qui jeûne s’exerce ainsi à être honnête et à respecter ses engagements moraux, malgré les tentations matérielles et la pression de ses désirs et de ses sens.

Le jeûne met à l’épreuve l’honnêteté du croyant. Aussi le Prophète a-t-il dit à ce propos:

“Le jeûne est un dépôt. Sauvegardez donc ce qui vous est confié”.

Refixer la sincérité de notre foi en Dieu

La sainte Fatimah al-Zahrâ’, fille du Prophète a dit dans une oraison prononcée lors du décès de son père: “Le jeûne, c’est la refixation de la sincérité”.

En effet, le jeûne met à l’épreuve la sincérité et la solidité de la foi du Croyant en Dieu, et permet de consolider cette foi. Car c’est une lutte entre le besoin légitime d’apaiser des sensations naturelles pressantes (faim, soif, plaisir sexuel …) et un sentiment intime, un désir spirituel incitant à obéir à la Volonté de Dieu qui veut que l’on résiste à ces sensations. Dieu étant le seul témoin de cette épreuve, la résistance permanente à ces sensations affermit la foi du jeûneur en Dieu et lui permet de constater concrètement la sincérité de sa foi.

Établir un lien étroit avec Dieu et le Jour du Jugement

Dieu dit dans le Coran à propos des privilèges que le jeûne de Ramadan procure au Croyant:

“Quand mes serviteurs t’interrogent à mon sujet, Je réponds à l’appel de celui qui M’invoque, quand il M’invoque. Qu’ils répondent donc à Mon appel; qu’ils croient en Moi …” (Coran 11,186)

C’est dire que Dieu est particulièrement attentif au culte, à l’appel et aux prières de ses serviteurs pendant le mois de jeûne.

Le contenu de ces versets est confirmé dans une autre Parole Sainte révélée au Prophète, à savoir:

«Toute bonne action que les fils d’Adam accomplissent, ils la font pour eux-mêmes. Excepté le jeûne, lequel est pour Moi, et c’est Moi qui le rétribue. Le jeûneur éprouve deux joies: I’une au moment légal de l’Iftâr (fin du jeûne) où il se met à manger et à boire, I’autre, lorsqu’il Me rencontre et que Je le fais entrer au Paradis»(15).

Cette présence divine auprès des jeûneurs, le Prophète la souligne dans le discours où il épilogue sur les innombrables bienfaits du mois béni de Ramadan:

“C’est un mois pendant lequel vous êtes les convives de Dieu, pendant lequel vous êtes parmi ceux qui sont honorés par Dieu. C’est un mois pendant lequel vos souffles sont glorification, votre sommeil, culte, votre action acceptée, votre imploration exaucée».«La faim et la soif que vous éprouvez doivent vous rappeler la faim et la soif du Jour du Jugement».

Pendant ce mois de repentir, de rachat, de réparation et de recueillement, où règne une atmosphère de piété individuelle et sociale, le jeûneur se représente avec joie et quiétude la présence du Seigneur et l’ambiance du Jour du Jugement.

À lire aussi : Invocation d’adieu au Mois de Ramadan de l’Imâm al-Sajjad (as).

Consoler les nécessiteux

Le Prophète a décrit le mois de Ramadan comme étant, entre autre, le mois de la consolation. Cette appellation est d’autant plus adéquate que le jeûne est une véritable institution d’aide aux nécessiteux. L’lmam al-Bâqer a dit à ce propos:

«Dieu a prescrit l’obligation de jeûner pour que le riche ressente l’affliction de la faim et s’attendrisse sur le pauvre”.(16)

Son fils l’lmam al-Çâdiq, reprend cette explication et la développe:

«Dieu a prescrit le jeûne pour que le riche et le pauvre vivent sur un pied d’égalité, car, le riche n’a pas l’occasion de connaître la famine pour penser au pauvre, étant donné qu’il peut manger tout ce qu’il veut et quand il veut. Aussi, Dieu a-t-Il voulu mettre sur un pied d’égalité Ses créatures en obligeant le riche à éprouver la faim et son affliction afin qu’il s’attendrisse sur le faible et compatisse à l’affamé»(17).

Ainsi la sensation de faim, suffit-elle en soi, et à elle seule, à rappeler au nanti l’affliction de l’affamé, et à l’inciter à se montrer volontairement généreux envers le démuni. C’est un rappel on ne peut plus concret et sans discours éloquent. Il vaut mille prêches.

Toutefois, I’Islam ne s’est pas contenté de prescrire le jeûne pour inciter les riches à nourrir les pauvres. Il a également promis des récompenses au moins égales sinon supérieures à celles du jeûne lui-même, pour chaque geste de générosité lié au jeûne. Le Prophète a dit à cet égard:

«Quiconque offre le repas de l’Iftâr (de la fin du jeûne) à un jeûneur aura une récompense égale à celle du jeûne et à celle de la piété accomplie par la force de ce repas»(18).

L’Imam al-Çâdiq paraphrase en quelque sorte cette parole du Prophète dans les termes suivants:

“Le fait d’offrir à votre frère le repas de l’Iftâr et de lui faire éprouver cette joie, est mieux récompensé que votre jeûne lui-même”(19).

Quant à l’Imam al-Bâqer, il dit à ce même propos:

«Tout Croyant qui aura offert le repas de l’Iftâr à un autre Croyant, Dieu lui réservera une récompense équivalente à celle de l’affranchissement d’esclave(20)

Et d’ajouter:

Et s’il lui offre ce repas pendant tout le mois de Ramadan, Dieu lui réservera la récompense de celui qui libère trente esclaves croyants, et de cette façon sa Prière sera exaucée par Dieu“.

 

Notes:

1. C’est-à-dire: les Prophètes et leurs peuples respectifs depuis `Âd jusqu’à votre époque. Voir: “Al-Tafsîr al-Mubîn”, Mohammad Jawâd Mughniyah.

2. Voir plus loin: Les statuts du Jeûne.

3. cf. Les versets coraniques précités, note (1)

4. Cité dans Tafsîr al-Kach-châf, Tome I, p.225.

5. Voir: «Safinat al-Behâr», Chapitre.:al-Çawm.

6. Voir: ««Pourquoi Jeûner» M. Hamidullah, p.7.

7. Id.Ibid.

8. “Kitâb al-Akhlâq”, Abdullah Chubbar, p 65.

9. “Kitâb al-Akhlâq”, Abdullah Chubbar, p 70.

10. Al-Hor al-`Âmilî, “AI-Wasaël”, Tome I, p.119.

11. “Le jeûne vous est préscrit comme il a été préscrit a ceux qui vous ont précédés. Peut-être craindrez-vous Dieu”.

12. Al-Hor al-`Âmilî, “Al-Wasâ’ël”, Tome VII, p.295.

13. Id.Ibid., p.222.

14. Id.Ibid., p. 298.

15. “Al-Wasâ’ël”, Tome VII, p.249.

16. “Al-Wasâ’ël”, Tome VII, p.7.

17. “Al-Wasâ’ël”, Tome VII, p.3

18. Al-Wasâ’ël, Tome IV, Kitâb al-Çawm, p.101

19. Id. ibid.

20. Id. Ibid

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here