Le hadith de Ghadir et la Succession du Prophète Muhammad (P)

by Pey Bahman Z
hadith de Ghadir, Prophète Muhammad (P), Imam Ali (AS), Islam

 SHAFAQNA- Le hadith de Ghadir est l’un des hadiths les plus racontés et les plus authentiques de l’Islam ; Il est raconté par pas moins de 120 compagnons, 90 successeurs et 360 érudits sunnites. Ibn Taymiyya (mort en 728/1328), qui nourrissait une certaine inimitié envers l’Imam Ali (AS), a rejeté l’authenticité de ce hadith. Cependant, le représentant des derniers jours de son école de pensée, Nasir Al-Din Al-Albani (1333–1424/1914–1999), lui reprocha de l’avoir rejeté sans examiner pleinement toutes ses parties. Selon ce hadith, après avoir fait témoigner les gens de l’Unicité de Dieu, de sa propre prophétie et du Jour du Jugement, le Prophète (P) demanda : « Ô les gens ! Regardez donc bien comment vous traiterez les deux choses de poids après moi? » Un homme se leva et demanda à haute voix : « Que sont-ils? » Le Prophète (P) répondit : « L’un qui est plus méritant et le plus grand poids, c’est le Livre d’Allah, dont un côté est dans la Main de Dieu et l’autre côté est dans votre main. Prenez donc le Livre d’Allah et accrochez-vous-y fermement ! Tant que vous vous y attacherez, vous ne serez jamais égarés. Et l’autre, le plus petit poids, c’est ma Famille (‘Itra ou les gens de ma demeure). L’Omniscient m’a informé que ces deux- là ne seront jamais séparés jusqu’à ce qu’ils viennent vers moi près du Bassin (Hawdh). J’ai demandé à Allah (SWT) de faire en sorte que cette position se produise. Ne les devancez pas ou vous périrez. Et ne restez pas derrière eux pour ne pas périr !»

Ensuite, le Prophète (P) leva la main d’Ali (AS) afin que les gens puissent voir le blanc de leurs aisselles et que tout le monde puisse le reconnaître. Le Prophète (P) demanda aux gens : « Qui est plus digne des croyants qu’eux-mêmes ? » Les gens répondirent : « Dieu et le Messager de Dieu (P) savent mieux. » Il ajouta : « Dieu est Mon maître et je suis le maître (Mawla) des croyants. Suis-je plus digne des croyants qu’eux-mêmes ? Et quiconque dont je suis le maître, Ali (AS) est aussi son maître ! » Le Prophète (P) répéta cette phrase trois fois (ou quatre fois, comme le rapporte Ahmad ibn Hanbal). Puis, il ajouta : « Ô mon Dieu! Soyez l’allié de ses amis et l’ennemi de ses ennemis, aimez ceux qui l’aiment et haïssez ceux qui le haïssent, aidez ceux qui l’aident et abandonnez ceux qui l’abandonnent. Tournez la justice avec lui partout qu’il se tourne. Que ceux qui sont présents informent les absents ! »

Nous ferions bien de nous demander quel était l’objectif d’un si grand rassemblement de personnes. Si nous prenons en considération toutes les paroles du Prophète (P) à Ghadir, nous trouverons plusieurs bonnes raisons de croire que son seul objectif d’arrêter tous ces gens là-bas, dans la chaleur du jour, était de leur présenter son successeur :

Premièrement, le Prophète (P) a commencé son discours en demandant aux gens de témoigner de l’Unicité de Dieu, de la vérité du Jour du Jugement et de sa propre prophétie. Puis, il procède à l’annonce de la succession d’Ali (AS). Cela implique que la succession d’Ali (AS) au Prophète (P) est, en termes de signification, sur un pied d’égalité avec ces trois principes fondamentaux de l’Islam. En d’autres termes, s’il avait eu l’intention d’exprimer sa propre amitié à Ali (AS) ou de demander aux autres de se lier d’amitié avec lui (comme certains l’ont suggéré en se basant sur différentes significations du mot Mawla), le Prophète (P) n’aurait pas mentionné ces croyances fondamentales.

Deuxièmement, le Prophète (P) demande aux gens : « Qui a plus de mérite (Awla) sur les croyants qu’eux-mêmes ? » avant qu’il ne dise : « Celui dont je suis le maître, alors Ali (AS) est aussi son maître ! » Ici, le Prophète (P) utilise clairement le mot “Mawla” pour indiquer l’autorité sur les gens dans leurs affaires sociales et politiques et pour protéger leur vie.

Troisièmement, le Prophète (P) informe le peuple, de sa mort imminente : « Je vais bientôt être appelé et je dois répondre. » Cela montre qu’il pensait et essayait de prendre des dispositions pour la communauté musulmane après sa disparition, en particulier qu’il y aura une autorité dirigeante à suivre pour le peuple.

À lire aussi: Que dit le hadith de Manzila sur la succession du Prophète Muhammad (P) ?

Quatrièmement, après avoir déclaré « Celui dont je suis le maître, alors Ali (AS) est aussi son maître », le Prophète (P) a ajouté : « Dieu est plus Grand, car la religion de l’Islam est perfectionnée et la bénédiction est complète et Dieu est maintenant satisfait de ma prophétie et de la wilaya d’Ali (AS). »

Ces phrases montrent que la religion de Dieu, a été perfectionnée et que Sa bénédiction a été  complétée par la succession d’Ali (AS) à la direction (Wilaya) après le Prophète (P). (Amini, 1/26, 27, 30, 32, 33, 34, 36, 47 et 176)

Très clairement, le Prophète (P) déclare que Dieu est maintenant satisfait de sa prophétie et de la succession d’Ali (AS) en tant que chef des musulmans.

Cinquièmement, après que le Prophète (P) ait terminé son discours, Abu Bakr et Umar, ainsi que de nombreux autres compagnons du Prophète (P) sont venus voir l’Imam Ali (AS) et l’ont félicité pour l’événement, qui a duré jusqu’au coucher du soleil. Abu Bakr et Umar ont dit à l’Imam Ali (AS) : « Félicitations ! Entre le matin et le soir d’aujourd’hui, tu es devenu le “Mawla” de tous les musulmans, hommes et femmes. » (Amini, 1/27, 283)

Enfin, ceux qui ne contestent pas l’authenticité du hadith lui-même, mais prétendent que les paroles du Prophète (P) signifiaient seulement que les gens devraient être des amis d’Ali (AS), devraient prêter attention au fait qu’il serait incompatible avec la sagesse du Prophète (P) d’arrêter une caravane d’environ cent mille personnes dans la chaleur du jour, seulement pour leur dire d’être amis de l’Imam Ali (AS). L’amitié de l’Imam Ali (AS) avec les croyants n’a pas été mise en doute, car comme le déclare le Coran, tous les musulmans sont frères et amis les uns des autres : « Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. » (At-Tawbah : 71)

Les deux objections

Ceux qui ont enquêté sur le hadith de Ghadir, acceptent son authenticité et le fait que ses paroles ont bien été prononcées par le Prophète (P). C’est pourquoi les compagnons, les successeurs et les érudits ultérieurs ont relaté le Hadith et ont confirmé que le Prophète (P) a dit à l’occasion de Ghadir : « Celui dont je suis le maître, alors Ali (AS) est aussi son maître ». Cependant, certains ont affirmé que le mot arabe “Mawla”  n’a jamais été utilisé en arabe dans le sens de “Awla”  (plus autorisé) alors que ceux qui emploient ce hadith, en fait, insistent sur ce sens afin d’établir le leadership d’Ali (AS) après le Prophète (P).

En réponse à cette objection, nous pouvons rappeler aux critiques que le mot “Mawla”, comme le confirment de nombreux interprètes, a en fait été utilisé dans le Coran dans le sens de “plus autorisé ou approprié”. Un exemple de ce sens peut être trouvé dans le verset suivant :

« Aujourd’hui donc, on n’acceptera de rançon ni de vous ni de ceux qui ont mécru. Votre asile est le Feu : C’est lui qui est votre compagnon inséparable. Et quelle mauvaise destination ! » (Al-Hadid : 15)

 

Ce texte est traduit par shafaqna Français

Source : Sobhani Ayatollah Ja’far, Islam chiite : Histoire et doctrines, Chapitre 3

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.