PARTAGER

SHAFAQNA – via AlAraby | traduit par SHAFAQNA : Le journal britannique The Guardian aurait refusé de publier un dessin fustigeant le Premier ministre britannique pour avoir rencontré le dirigeant israélien au milieu d’une répression meurtrière contre les Palestiniens.

Le Huffington Post britannique a publié jeudi des courriels du dessinateur Steve Bell à un éditeur de Guardian, dans lequel il a contesté la décision.

Dans les correspondances, Bell se plaint que le quotidien a “injustement trafiqué et censuré” l’œuvre, dépeignant Theresa May assise à côté de Benyamin Netanyahou alors que le médecin palestinien Razan al-Najjar a été brûlé dans une cheminée derrière eux.

Des tireurs d’élite israéliens ont abattu Najjar, 21 ans, vendredi dernier à Gaza, alors qu’elle prodiguait les premiers secours aux manifestants blessés alors qu’elle portait un blouson médical blanc. Son meurtre a déclenché l’indignation internationale.

Le rédacteur en chef du journal a apparemment refusé de publier le dessin politique parce qu’il contenait des «tropes antisémites» – une accusation rejetée par Bell.

“Le dessin est sensible, pas insipide, pas irrespectueux, et ne contient certainement pas de tropes antisémites, il aurait dû être publié tel quel”, a déclaré Bell.

May a rencontré Netanyahou mercredi à Downing Street, alors qu’au moins 129 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de manifestations à Gaza depuis le 30 mars.

May a déclaré que la Grande-Bretagne “reconnaît absolument” le droit d’Israël à se défendre contre “les extrémistes et les terroristes” mais a exprimé sa “préoccupation” à propos des morts palestiniennes.

La réunion a eu lieu alors que les manifestants se rassemblaient devant le bureau de May.

Israël a utilisé une force extrêmement meurtrière pour sévir contre les manifestations à Gaza. Il n’y a pas eu de victimes israéliennes.

La semaine dernière, la Grande-Bretagne s’est abstenue de voter sur un projet de résolution de l’ONU appelant à prendre des mesures pour protéger les Palestiniens.

Les protestations ont culminé le 14 mai quand au moins 61 Palestiniens ont été tués dans des manifestations pour coïncider avec l’ouverture controversée de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Israël a accusé le médecin tué Najjar d’avoir accepté de servir de “bouclier humain” pendant les manifestations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here