Le Droit de la vue: Commentaire sur «L’Épître sur Les Droits» de l’Imam Sajjad (AS) (Partie 5)

by egolabi
Imam Sajjad, Droit de la vue, Épître sur Les Droits

SHAFAQNA- Le Droit de la vue: Commentaire sur «L’Épître sur Les Droits» de l’Imam Sajjad (AS) par Mohammad Sobhani

بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَٰنِ الرَّحِيمِ
وَأَمَّا حَقُّ بَصَرِكَ فَغَضُّهُ عَمَّا لا يَحِلُّ لَكَ وتَرْكُ ابْتِذَالِهِ إلاّ لِمَوضِعِ عِبْرَةٍ تَسْتَقْبلُ بهَا بَصَرًا أَو تَسْتَفِيدُ بهَا عِلْمًا، فَإنَّ الْبَصَرَ بَابُ الِاعْتِبَارِ

Le Droit de la vue

Et quant au droit de ta vue, c’est de l’abaisser de ce qui ne t’est pas licite, et d’en abandonner l’usage, sauf à l’occasion d’une leçon par laquelle tu reçois la perspicacité ou en bénéficies la connaissance, car la vue est la porte de la réflexion et du savoir.

Commentaire

La vue, comme la faculté d’entendre, est l’un des outils de la cognition. Une grande partie de la conscience humaine passe par l’observation et la vue. Par conséquent, le verset 78 de la sourate 16: An-Nahl dit: «Et Allah vous a fait sortir des ventres de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, les yeux et les cœurs (l’intelligence), afin que vous soyez reconnaissants.» Ce verset souligne que nous devons être reconnaissants pour les bénédictions de l’ouïe, de la vue et de l’intellect. Ce qui suit décrit comment nous pouvons remercier Allah (SWT) pour ces bénédictions :

Tout d’abord, nous devons louer Allah (SWT) pour nous avoir accordé Ses faveurs infinies, y compris les facultés cognitives. Deuxièmement, nous devons utiliser correctement les bénédictions divines de la vie, y compris le don de la vue. L’Imam Sajjad (AS) déclare que l’utilisation correcte des yeux est la suivante :

1.Fermer les yeux sur ce qui n’est pas halal ou sur les choses vulgaires et inutiles.
2. Regarder les situations instructives soit pour mieux comprendre et s’éveiller, soit pour acquérir des connaissances.

En fin de compte, l’Imam (AS) dit : «La vue est la porte de la réflexion», car la vue affecte nos esprits plus que l’ouïe. Par exemple, voir une bataille se dérouler sur un écran de cinéma a un effet plus profond sur notre esprit que de l’écouter et de l’entendre. Par conséquent, le verset 16:36 (An-Nahl) dit: «Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos messagers] de menteurs.»

Lors d’une visite aux pyramides d’Égypte, le célèbre poète iranien nommé Sadiq Sarmad a écrit un poème qui manifestait sa réflexion sur les pyramides. Le poème comprend les vers suivants:

Je suis allé en Egypte et j’ai vu les Antiquités

J’ai vu de mes propres yeux l’histoire que vous aviez entendue.

Preuve de la puissance des rois divins

J’ai vu beaucoup de pyramides de la terre au ciel.

Vous avez vu le trône, mais j’ai vu un royaume du malheur

Vous avez vu le rocher, mais j’ai vu la moquerie de l’époque.

À lire aussi : Le Droit de l’ouïe : Commentaire sur «L’Épître sur Les Droits» de l’Imam Sajjad (AS) (Partie 4)

Regards interdits:

Les regards lubriques sont condamnés dans le Coran et les paroles du Prophète (P) et d’Ahl al-Bayt (AS). L’Imam Sadiq (AS) a dit : « Un regard lubrique est comme une flèche empoisonnée des flèches de Satan. Combien de regards lubriques ont causé des regrets durables.» [1] Voir Annexe_2 pour le texte arabe.

Rechercher dans la vie personnelle des autres pour exploiter leurs défauts, leurs erreurs et leurs faiblesses afin qu’ils puissent être utilisés comme levier contre eux, est interdit dans l’Islam. L’Imam Sajjad (AS) a dit : «Ce défaut est suffisant pour qu’un homme ne voie pas son erreur mais essaie de trouver la faute des autres.» [2] Voir Annexe_3 pour le texte arabe.

Un proverbe dit: «Ô ! Béni est l’œil qui apprend une leçon.» A cette occasion, nous citons l’histoire suivante :

Mutawakkil Abbasside a organisé une fête impliquant la consommation de vin et a amené de force l’Imam Hadi (AS) à ce rassemblement. Il offrit du vin à l’Imam. L’Imam (AS) a dit : « Mon sang et ma chair ne se mélangent jamais avec des saletés enivrantes. » Mutawakkil a dit : « Alors récite-moi un poème ! » L’Imam a déclaré qu’il n’avait pas mémorisé beaucoup de poèmes. Mutawakkil a insisté et l’Imam lui a récité quelques vers. La traduction du poème est la suivante : « Ils vivaient sur les sommets des palais et étaient protégés par leurs gardes. Mais leurs châteaux ne pouvaient plus leur servir après un certain temps. Ils sont tombés de leurs châteaux forts où ils vivaient fièrement et ont atterri dans les fossés de leurs tombes. Quel mauvais endroit ils sont descendus. Après les avoir enterrés, un appelant a crié : “Où sont passés leurs couronnes, ornements et bracelets ? ” Qu’est-il arrivé aux visages luxuriants et choyés? Ils ont été oubliés et perdus. Un appel est venu de la tombe, répondant que les visages étaient devenus des maisons pour les vers; ils étaient occupés à manger pendant longtemps, mais leur tour est arrivé, et ils ont été mangés eux-mêmes. »[3]

Lorsque Mutawakkil entendit ce poème, il posa sa coupe de vin et laissa partir l’Imam. Cependant, il n’a  tiré aucun bénéfice de cette leçon. Voir Annexe_4 pour le texte arabe.

Reconnaissance:

Le texte est basé sur le Commentaire sur «L’Épître sur Les Droits» de l’Imam Sajjad (AS) du Grand Ayatollah Ja’far Sobhani.

Annexe_1:

Versets du Coran cités dans le texte:

وَاللَّهُ أَخْرَجَكُم مِّن بُطُونِ أُمَّهَاتِكُمْ لَا تَعْلَمُونَ شَيْئًا وَجَعَلَ لَكُمُ السَّمْعَ وَالْأَبْصَارَ وَالْأَفْئِدَةَ ۙ لَعَلَّكُمْ تَشْكُرُون﴿ ٧٨﴾‏

16:78 « Et Allah vous a fait sortir des ventres de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, les yeux et les cœurs (l’intelligence), afin que vous soyez reconnaissants.»

وَلَقَدْ بَعَثْنَا فِي كُلِّ أُمَّةٍ رَّسُولًا أَنِ اعْبُدُوا اللَّهَ وَاجْتَنِبُوا الطَّاغُوتَ ۖ فَمِنْهُم مَّنْ هَدَى اللَّهُ وَمِنْهُم مَّنْ حَقَّتْ عَلَيْهِ الضَّلَالَةُ ۚ فَسِيرُوا فِي الْأَرْضِ فَانظُرُوا كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الْمُكَذِّبِينَ﴿ ٣٦﴾‏

16:36 « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: “Adorez Allah et écartez-vous du Tâghût.” Alors Allah en guida certains, mais il y en eut qui ont été destinés à l’égarement. Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos messagers] de menteurs. »

Annexe_2 :

https://lib.eshia.ir/11024/14/138

عن أبي عبد الله عليه السلام قَالَ: سَمِعْتُهُ يَقُولُ: النَّظَرُ سَهْمٌ مِنْ سِهَامِ إِبْلِيسَ مَسْمُومٌ، وكَمْ مِنْ نَظْرَةٍ أَوْرَثَتْ حَسْرَةً طَوِيلَةً

L’Imam Sadiq (AS) a dit : « Un regard lubrique est comme une flèche empoisonnée des flèches de Satan. Combien de regards lubriques ont causé des regrets durables.»

Annexe_3

الكافي – الشيخ الكليني – ج ٢ – الصفحة ٤٦٠ (shiaonlinelibrary.com)

عن أبي حمزة قال: سمعت علي بن الحسين (عليهما السلام) يقول: قال رسول الله (صلى الله عليه وآله): کَفی بِالمَرءِ عَیباً اَن یَنظُرَ فی عُیوبِ غَیرِه ما یَعمی عَلَیهِ مِن عَیبِ نَفسِهِ وأن يؤذي جليسه بما لا يعنيه

C’est assez honteux pour une personne de regarder les défauts des autres tout en s’aveuglant sur ses propres défauts, et de nuire à ses compagnons avec des choses qui ne le concernent pas.

Annexe_4

الامام علي الهادي عليه السلام و المتوكل العباسي | مركز الإشعاع الإسلامي (islam4u.com)
بَاتُوا عَلَى قُلَلِ الْأَجْبَالِ تَحْرُسُهُمْ *** غُلْبُ الرِّجَالِ فَلَمْ تَنْفَعْهُمُ الْقُلَلُ‏
وَ اسْتَنْزَلُوا بَعْدَ عِزٍّ مِنْ مَعَاقِلِهِمْ *** وَ اسْكِنُوا حُفَراً يَا بِئْسَمَا نَزَلُوا
نَادَاهُمْ صَارِخٌ مِنْ بَعْدِ دَفْنِهِمْ *** أَيْنَ الْأَسَاوِرُ وَ التِّيجَانُ وَ الْحُلَلُ‏
أَيْنَ الْوُجُوهُ الَّتِي كَانَتْ مُنْعِمَةً *** مِنْ دُونِهَا تُضْرَبُ الْأَسْتَارُ وَ الْكِلَلُ‏
فَأَفْصَحَ الْقَبْرُ عَنْهُمْ حِينَ سَاءَلَهُمْ *** تِلْكَ الْوُجُوهُ عَلَيْهَا الدُّودُ تَقْتَتِلُ‏

قَدْ طَالَ مَا أَكَلُوا دَهْراً وَ قَدْ شَرِبُوا *** وَ أَصْبَحُوا الْيَوْمَ بَعْدَ الْأَكْلِ قَدْ أُكِلُوا

Je suis allé en Egypte et j’ai vu les Antiquités

J’ai vu de mes propres yeux l’histoire que vous aviez entendue.

Preuve de la puissance des rois divins

J’ai vu beaucoup de pyramides de la terre au ciel.

Vous avez vu le trône, mais j’ai vu un royaume du malheur

Vous avez vu le rocher, mais j’ai vu la moquerie de l’époque.

Notes:

[1] Wasa’il Al-Shia, Shaykh al-Hurr al-Āmili, Vol. 14, Chapitre 104, Hadith #1

[2] Le livre Al-Kafi, Vol. 2, P. 460

[3] Muruj Al-dhahab wa- ma’adin  Al-jawhar, par al-Masudi, Vol. 4, P. 11, Beyrouth: Dar Al-Andalus

 

Cet atricle est écrit par Mohammad Sobhani pour Shafaqna Anglais et traduit par Elham Golabi pour Shafaqna Français

Version Anglaise

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.