PARTAGER

SHAFAQNA- Ce qui suit fait partie du livre La Dernière Mission Divine, par Sayyed Mujtaba Musavi-Lari, sélectionné par SHAFAQNA.

Selon le Coran, il existe deux autres sources de connaissance: la nature et l’histoire au sens large du terme. A vrai dire, toute tentative scientifique visant la valorisation de la sagesse et de la connaissance qui aboutirait enfin, à l’émancipation de l’esprit humain, du joug de servitudes ou de préjugés, est strictement recommandée par l’Islam.

À lire aussi : Le Coran et la Science (1) ; Sous différents angles

En un mot, ce qui cherche le Coran, c’est la mise en valeur, la libre initiative de la pensée. Alors que le Coran comporte en lui-même le noyau de connaissances, en i fonction de tout ce qui pourra servir comme une clé à l’enrichissement de connaissances; il révèle d’ailleurs, certains mystères qui entourent notre monde visible. Il ne faut pas perdre de vue que tout ce que le Coran apporte de science est revêtu de forme accessible aux plus communes capacités intellectuelles du temps, afin que chaque génération, en fonction des progrès scientifiques de l’époque, le comprenne. Mais les réalités scientifiques que nous apporte le saint Coran sont tellement profondes et éblouissantes qu’on ne peut pas les attribuer aux bagages de connaissances, du temps de la révolution du Coran, et on ne peut pas, non plus, les considérer comme un fait du hasard.

Car on constate que parallèlement à la découverte scientifique et à l’élargissement du savoir humain, ces réalités s’avèrent et se montrent plus justes que jadis. A l’heure actuelle, l’homme bénéficie d’un riche patrimoine culturel et scientifique, issu de réflexions et de nombreux grands savants qui, de génération en génération, ont consacré leur vie à l’étude et à la recherche, s’efforçant ainsi de percer Les secrets de l’être, du monde.

À lire aussi : Testez votre connaissance du Coran Majid avec ces 100 questions! (Partie 1)

Mais, de toute évidence, à l’époque de la révélation du Coran, renommé par son obscurantisme, la pensée humaine n’était pas en mesure de connaître le monceau de mystères entourant le cosmos et la nature. Appréhender ces secrets, pénétrer au fond de cette contrée à la fois étendue et inconnue fut impossible.

Pourtant, en ce qui concerne la cosmogonie, le Coran essaie de l’illustrer explicitement où il le faut, quant aux réalités dont la compréhension fut difficile pour l’esprit obtus et rude d’autrefois, il se contente d’allusion sous la forme de métaphore, toujours en conformité avec les conditions du cycle cosmique et humain, afin que les conditions antérieures favorisent la saisie de ces réalités, quand la maturité intellectuelle et l’évolution du savoir humain atteignent un degré suffisant.

C’est ainsi que les chercheurs et les grands penseurs islamiques sont parvenus à découvrir, de jour en jour, à la lumière de richesse de l’enseignement coranique, les diverses frontières nouvelles.

À lire aussi : Une autre histoire du l’avènement du califat (3)

Il est donc faux de croire qu’une telle richesse qui comble le Coran proviennent de pensée humaine. Le Dr. Vaglieri, professeur à l’université de Naples a dit : “En plus de sujets variés qu’aborde le Coran, il prédit les événements à venir, de même qu’il raconte avec une clarté impressionnante, l’histoire jadis méconnue du monde. On observe, d’ailleurs, les multitudes de versets coraniques traitant les lois de la nature et scrutant les diverses branches scientifiques. L’exactitude et l’absence d’erreurs dans les sujets abordés sont tels que les hommes de sciences, les philosophes, et les politiciens sont obligés de s’agenouiller devant le Coran “. (1)

À lire aussi : Source de pensée chiite

Il faut avoir présent à l’esprit que l’allusion du Coran aux faits scientifiques doit être considérée comme tout à fait accessoire. Le motif principal concerne d’autres objectifs nobles ayant rapport à la perfection de l’homme. Par conséquent, on ne peut le considérer comme un ouvrage technique et spécialisé dans le domaine de la science.

Le Coran suggère certaines réalités relatives aux phénomènes qui touchent directement l’être, l’homme et ce qui l’entoure, sans en faire expressément une mention détaillée. Là, le but du Coran consiste à exposer les facteurs dont dépend la vie matérielle et spirituelle de l’homme pouvant contribuer au juste équilibre entre les aspirations humaines, lui garantissant une existence saine, fertile, et une perfection sublime.


  1. Vaglieri, “La voix de l’Islam en Italie”, p.55.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here