Le Chiisme répond: Les Chiites suivent-ils la sîra du Prophète de l’Islam (P)?

by Pey Bahman Z
Islam, Prophète de l’Islam (P), Imam Ali (as)

SHAFAQNA – Dans le verset 80 de la sourate Nissâ, le Coran souligne la nécessité pour les musulmans de suivre le modèle du Prophète Muhammad (P). Il va sans dire que tout musulman se doit de se comporter selon la sîra du Prophète de l’Islam (P) pour accéder au salut ultime. C’est pourquoi les Chiites suivent les préceptes de leur prophète, et au vu de ce qui leur est parvenu de ce dernier sur l’imamat de l’Imam Ali (AS), ils sont persuadés que la bonne interprétation de l’Islam doit être acquise auprès du Prophète de l’Islam (P) et de son Ahl-al-Bayt.

Etant donné l’insistance du Coran sur la nécessité de suivre le Messager de Dieu (P) (1), tout musulman se doit de se comporter dans ses pratiques et ses pensées selon la sîra du Prophète de l’Islam (P) pour accéder au salut ultime. C’est pourquoi les Chiites suivent les préceptes de leur prophète et croient en la succession de l’Imam Ali après le prophète. Par ailleurs, ils sont persuadés que la bonne interprétation de l’Islam doit être acquise auprès du Prophète de l’Islam (P) et de son Ahl-al-Bayt. En réalité, les Chiites, se basant sur les insistances du Prophète – dont prononcées dans le Hadîth Thaqalayn (2) – considèrent la famille prophétique comme seule source de l’interprétation de l’Islam et sa sîrat et ses pratiques comme conformes à celles du Messager de Dieu (P). En guise d’exemple, les Chiites, se référant à la sîra du Prophète (P), suivent le modèle de ce dernier dans la pratique des ablutions et de la prière, tandis que les sunnites, se rapportant au précepte du seconde Calife, considèrent obligatoire la pose de la main sur la main au moment de la prière, et selon le précepte du troisième Calife, ils ne se contentent pas de passer la main sur le pied dans la pratique des ablutions mais ils se lavent entièrement le pied. Du côté du Chiisme, les fidèles, suivant la famille prophétique, désapprouvèrent ces actes et insistèrent sur la nécessité de suivre scrupuleusement la sîra et la sunna du prophète (P) dans ces actes.(3)

À lire aussi: Le chiisme répond: Pourquoi les chiites considéraient-ils le commandement du bien et l’interdiction du mal comme l’un des actes d’adoration ?

Par conséquent, il est nécessaire à tout musulman pieux de suivre la sîra du Prophète (P), chose que les Chiites confirment pour leur part et suivent la sîra de l’Ahl-al-Bayt dans le sillage de celle du Messager de Dieu.

 

Notes:

1- Verset 80 de la sourate Nissâ.

2-  Hajjaj Nishabouri, Muslim, Sahih Muslim, éditions Dar-ol-Hadith, première édition, 1991, V: 01, p: 1873.

3-  Moqnia, Mohammad, Al-Javame et Al-favareq (Ressemblances et différences entre le chiisme et le sunnisme), éditions Ezzoddin, 1993.

You may also like

Leave a Comment