Le Chiisme répond: Le concept de Ziyârat existe-il dans d’autres écoles islamiques et non islamiques ?

by Pey Bahman Z
Le Chiisme répond, ziyârat, musulmans

 SHAFAQNA – La ziyârat n’est pas unique à la culture et à la croyance des musulmans chiites, car, vénérer les Saints et les vertueux et honorer leur nom et leur mémoire après la mort est une manifestation de l’amour humain et de la dévotion aux vertus et aux perfections, et est enracinée dans la nature et la fitra de l’humanité. À l’exception du wahhabisme, d’autres écoles islamiques considèrent la visite des tombes comme permise et légitime. Tout au long de l’histoire de l’Islam, la sîra des musulmans a été marquée par le pèlerinage de la tombe des Prophètes et des Saints, et ils n’ont pas seulement détruit les sanctuaires, mais ont également essayé de les rénover constamment. La ziyârat est également effectuée dans les grandes religions du monde et les écoles non islamiques telles que le christianisme, le judaïsme, l’hindouisme et le bouddhisme.

La ziyârat est l’une des manières d’honorer les saints et les vertueux, ce qui assure la survie et la continuation de leur vie scientifique, artistique et spirituelle. Par ailleurs, c’est le lien entre les générations présentes et futures avec les générations passées et un moyen de communication spirituelle avec elles et leurs perfections1. Par conséquent, cet acte d’adoration n’est pas exclusif à la culture et à la croyance des chiites, mais honorer, vénérer et se souvenir des vertueux, des artistes, des réformateurs, de ceux qui ont changé l’histoire et… est une manifestation de l’amour humain et de la dévotion aux vertus et aux perfections, et est enracinée dans la nature et la fitra de l’humanité2.

Quant aux écoles islamiques, il convient de noter qu’à l’exception du wahhabisme, d’autres tendances considèrent la visite des tombes comme permise et légitime. En effet, tout au long de l’histoire de l’Islam, le pèlerinage de la tombe des Prophètes et des Saints a marqué de son empreint la sîra des musulmans et non seulement ils n’ont pas détruit les sanctuaires, mais ont également essayé de les rénover constamment en facilitant le déplacement des pèlerins pour que ces derniers puissent profiter davantage des bienfaits spirituelles de ces personnes nobles. Sur cette base, dans la plupart des pays islamiques, des sanctuaires ont été construits pour à la tombe des vertueux et des saints, ce qui témoigne de leur légitimité parmi les musulmans et les juristes islamiques”3.

En ce qui concerne la place de la ziyârat dans les religions et les écoles non islamiques, on se contente de mentionner l’état de certaines grandes religions du monde.

À lire aussi: Le Chiisme répond: Quelle est la philosophie de la Ziyârat chez les chiites?

  • L’histoire de la ziyârat dans le christianisme remonte au pèlerinage de Jésus-Christ et de ses apôtres du Temple de Jérusalem. Dans les siècles suivants et après le martyre des saints, leurs personnalités et leurs tombes ont été respectées par l’église. Le rituel de demander l’intercession auprès des saints est entré dans le rites de l’église et le pèlerinage aux lieux saints qui leur sont attribués est devenu populaire4. Par ailleurs, de nombreux passages de la Bible traitent la question du pèlerinage5.
  • Le judaïsme a également accordé une attention particulière à la visite des lieux saints, dont la principale manifestation est celle au Hajj. Chacune des sectes juives choisit des lieux spéciaux comme lieux de pèlerinage lors des fêtes telles que “la Pessa’h”, “la Chavouot” et “la Souccot” et elles s’y rendent plusieurs fois par an6. La tombe de “Ester”, qui était une sainte juive et un livre portant son nom est disponible dans la troisième partie de l’Ancien Testament, se trouve également au centre de Hamadan, en Iran, et accueille annuellement de nombreux pèlerins juifs du monde entier.
  • Quant aux zoroastriens, ils visitent régulièrement des “Temples du feu” où le feu est entretenu dans un endroit spécial entouré de verre. L’un des plus célèbres de ces lieux de culte est le temple “Shah Varahram d’Izad”, situé à la ville de Kerman en Iran. Ils ont aussi des lieux sacrés appelés “Pirân”, dont le plus célèbre est celui de “Pir Sabze”, près de la ville iranienne d’Ardakân7.
  • Dans l’hindouisme, le pèlerinage, tout comme le temple, est considéré comme l’un de ses éléments les plus importants ce cette religion. Même si on ne peut pas dire que les hindous se rendent plus au pèlerinage que les autres peuples, il ne fait aucun doute que ce mode de culte a placé la religion hindoue parmi les religions où le pèlerinage est très populaire et développé. Chaque année, plus de 12 millions de religieux hindous se rendent dans environ 150 lieux de pèlerinage connus en Inde. Ces déplacements se font dans des trajets allant jusqu’à 3000 kilomètres8.
  • Il existe également de nombreux lieux de pèlerinage dans le bouddhisme ; cependant, la visite des quatre lieux que, selon des sources, ont été ordonnés d’être visités par le Bouddha, ont une place particulière. Certaines pratiques courantes dans ces lieux sont similaires aux rituels du Hajj. Le dernier jour de sa vie, Bouddha a considéré les lieux liés à sa naissance, son illumination, son premier sermon et sa mort comme des lieux sacrés que les moines et les nonnes ainsi que les gens ordinaires devraient se précipiter pour visiter9. La visite de ces quatre lieux n’est pas considérée comme obligatoire, mais la plupart des bouddhistes s’engagent à visiter ces lieux au moins une fois dans leur vie10.

 

Notes:

  1. Javadi Amoli, Abdollah, Adab fanaye Moqarraban, recherche effectuée par Muhammad Safai, Qom, Éd. Asra, v.1, p.23.
  2. Ibid. pp.16-17.
  3. Ziaii Arzagani, Rahmatollah, la visite des tombes selon les écoles islamiques, revue Habl al-matin, n.22, printemps 2018.
  4. Fouladi, Muhammad, Norouzi, Javad, la Ziyârat dans le christianisme et le chiisme, pour une comparaison, Ma’refate Adyan, hiver 2015, n.25, p.7.
  5. Voir: L’Évangile selon Luc 2:22-23, 43:2, 2:41. Actes des Apôtres: 3:1. L’Évangile selon Jean 2:3, 5:1. L’Évangile selon Marc 11:11.
  6. Voir: Dhâ Dhâ, Hassan, Rituels du Hajj pour les Juifs, Al-Feisal, n.210, p.10.
  7. Voir: Les lieux sacrés des zoroastriens en Iran, https://www.beytoote.com.
  8. Nigosian, S.1972, p.106, cité par Movaheddian Attar, Ali, Ziyârat dans l’hindouisme, Haft Aseman, n.29, printemps 2006.
  9. Trainor، Kevin، Buddhism: the illustrated guide، (Oxford University Press، 2004)، p.112.
  10. Khoon San، Chan، Buddhist pilgrimage، (Subang Jaya Buddhist Association، 2001)، p.1.

 

 

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.