Le chiisme répond: Comment le principe de l’inimitabilité du Coran (I’jâz) est-il démontré?

by Pey Bahman Z
Coran, prophète Muhammad (p), musulmans

SHAFAQNA – La Prophétie de Muhammad (P) n’est établie que par le miracle du Coran lequel appelle l’humanité à relever un défi, celui de l’imiter. Néanmoins, après 14 siècles, personne n’a été capable d’apporter ne serait-ce qu’une seule sourate comme le Coran. Le principe de l’inimitabilité de ce livre divin est revendiqué pour être présenté par une personne illettrée, pour sa rhétorique ainsi que sa sémantique. Le miracle du Coran s’étend jusqu’aux prophéties historiques et loin d’être spécifique à une discipline particulière, c’est un livre comprenant diverses sciences.

Premièrement, le sens et la vérité du principe de l’inimitabilité du Coran doivent être établis pour vérifier si le texte sacré des musulmans en fait état. La vérité de l’I’jâz est que le prétendant de la prophétie accomplisse un acte extraordinaire et qu’il appelle les hommes et les esprits à le défier alors que personne n’est capable de relever le défi1. Les conditions sont évoquées dans le Coran; la Prophétie de Muhammad (P) n’est établie que par le miracle du Coran lequel appelle l’humanité à relever un défi, celui d’apporter une seule sourate comme dans le Coran2. Alors que cet appel est lancé depuis 14 siècles, personne n’a pu le relever. L’I’jâz du Coran ne se limite pas à l’aspect rhétorique, il comprend plusieurs aspects:

  1. l’I’jâzTariqi: C’est-à-dire que le Coran, dans lequel sont rassemblés les enseignements sublimes et les significations élevées, les paroles de la sagesse et diverses sciences, a été apporté par une personne qui ne savait ni lire ni écrire. C’est pourquoi le Coran met l’accent sur le mot “illettré” en parlant du Prophète: “Avant, tu ne pouvais ni lire ni écrire pour ne pas semer le doute entre les non fidèles.3
  2. l’I’jâz Rhétorique: La façon dont le Coran parle est très différente de ce que les êtres humains ont entendu et dit jusqu’à présent. La beauté apparente et la douceur de son expression restent toujours inimitables. Le Coran a atteint le plus haut niveau en termes d’éloquence et de rhétorique. Le style de l’expression du Coran reste inégalable. Par conséquent, Walid ibn Mughirah, qui était l’un des plus grands écrivains de la période préislamique, décrit en ces termes le Coran: “J’ai entendu des mots de la bouche de Muhammad qui ne ressemblent en rien aux mots des humains ou des fées. Son discours a une douceur particulière.” Cependant, pour neutraliser l’influence du Coran, il dit: “Dites que le Prophète est un sorcier.4

À lire aussi: Le Chiisme répond: Les Chiites suivent-ils la sîra du Prophète de l’Islam (P)?

L’alliance de mots et de la clarté, la détermination, la sobriété et la chasteté d’exprimer les significations, tous démontrent la beauté et l’art du Saint Coran. Un verset comme le 44 de la sourate Houd suffisait pour mettre à genoux Ibn Moqaffa, grand orateur de la période préislamique. Car, le Coran évoque brièvement l’histoire du déluge de Noé avec des expressions courtes et très significatives. Selon certains érudits, 23 figures de style littéraires sont réunies dans ce verset.5

Un expert dit: “Une lettre du Coran est un miracle à elle seule, parce que cette lettre contient le mot dans lequel elle se trouve, et ce mot maintient le verset, et ce verset contient plusieurs versets, et c’est le secret de l’éternité du Coran6.”

  1. l’I’jâz Sémantique: Le Coran est aussi un miracle en termes de contenu et de sens, parce qu’il a soulevé les questions de la croyance d’une très belle manière et a décrit Dieu de la plus belle façon. Il y a également des versets qui évoquent les questions scientifiques telles que la gravitation universelle, la création de l’univers, le mouvement de la Terre, le système solaire, la vie dans d’autres planètes, l’accouplement des plantes, l’accouplement général et les causes des précipitations 7. Ces faits étaient inconnus de l’humanité dans le passé et certains d’entre eux restent encore méconnus.

Maurice Bucaille, exégète français, affirme, après avoir mis en accord les versets du Coran avec les résultats des sciences dans son livre La Bible, le Coran et la science : les Écritures Saintes examinées à la lumière des connaissances modernes, “Comment ne pas s’étonner de l’adaptation du Coran aux derniers résultats scientifiques humains et ne pas le considérer comme un miracle ?” Par ailleurs, il n’y a pas la moindre contradiction dans le contenu des versets du Coran, et c’est un autre signe de l’I’jâz du Coran. Le Saint Coran lui-même souligne ce fait: “Ne pensent-ils pas que si le Coran provenait d’un autre que Dieu, vous y trouveriez de nombreuses contradictions ?8

D’autres types de l’I’jâz du Coran:

  1. Miracles dans les prophéties historiques telles que la conquête romaine de l’Iran dans la sourate Rome.
  2. Miracle en racontant les événements historiques passés.
  3. Exhaustivité dans différents domaines de la science. Le Coran n’est pas un livre juridique, moral ou théologique, encore moins historique ou rhétorique. Il n’est pas spécialisé dans un domaine quelconque de la science, néanmoins, il a accumulé toutes ces connaissances.

 

Notes:

  1. Sobhani, Jafar; Elahiat va Ma’aret Eslami (Théologie et enseignements islamiques), Ed. Imam Sadeq, Qom, 2005, p. 262.
  2. La sourate Baqara (2), verset: 23.
  3. La sourate Ankabout (29), verset: 48.
  4. Tabarsi, Fazl ibn Hassan; Majma’al Bayan, Ed. Nasser Khosrow, 1993, v. 9, p. 387.
  5. Makarem Shirazi, Nasser; Payame Ghoran (Le Message du Coran), Ed. Darolketab Eslamieh, 1998, v. 8, p.122.
  6. Shari’ati, Mohammad Taghi; Tafsir Novin (Une nouvelle interprétation), Ed. Khane Ketab Iran, 2012, Introduction, p. 52.
  7. Makarem Shirazi, Nasser, Payame Ghoran (Le Message du Coran), v. 8, pp.180-190.
  8. La sourate Nissa (4), verset: 82.

You may also like

Leave a Comment