Le 27e jour de Rajab : le Jour de la Révélation et de la Mission Prophétique

372
PARTAGER

SHAFAQNA – Le mois béni de Rajab touche à sa fin. Lundi 24 avril au soir et mardi en constituent la 27e nuit et le 27e jour, qui sont des dates sacrées du calendrier islamique. C’est l’occasion de rappeler leur importance et de rapporter un récit du Commencement de la Mission Prophétique.

On lit dans Mafatih al-Jinan (Les clés du Paradis, recueil d’invocations) à la section des actes spécifiques du mois de Rajab :

« La 27e nuit de Rajab est la nuit de la Révélation et fait partie des nuits bénies pour lesquelles il y a des actes recommandés. Il est rapporté d’Abu Ja’far al-Jawad (le 9e Imam) : ‘Il y a, durant le mois de Rajab, une nuit qui est meilleure pour les gens que ce sur quoi le soleil se lève : c’est la nuit du 27, la veille du jour anniversaire de la Mission Prophétique du Messager de Dieu (saas), qui a eu lieu le matin. Celui de nos partisans qui agit en ce jour reçoit la récompense d’actes de 60 ans.’ […]

Le 27e jour de Rajab fait partie des jours de fête grandioses. Durant ce jour a eu lieu la Mission Prophétique et la descente de l’Ange Gabriel avec le Message. »

Les actes recommandés consistent en douche rituelle, jeûne, prières, récitations du Coran, invocations et ziyaraats (visites) du Prophète (saas) et de l’Imam ‘Ali (as), détaillées dans Mafatih al-Jinan.

Voilà le récit de la Révélation tel qu’on le trouve au chapitre 11 du livre Le Message de l’Ayatollah Ja’far Subhani :

Le ‘juste’ des Quraysh sur la montagne de Hira

La montagne de Hira est située au nord de La Mecque. On peut atteindre son sommet en une demi-heure. La surface de cette montagne se compose de plaques de pierre noire, et on n’y trouve aucun signe de vie. A son extrémité nord, se trouve une grotte qui peut être approchée par l’homme après avoir traversé les pierres. Sa hauteur est à peu près celle d’un homme. La lumière du soleil pénètre dans une partie de cette grotte, et sa partie restante reste toujours dans l’obscurité.

Cependant, cette grotte fut le témoin d’événements si singuliers avec son ami intime [le Prophète, saas] que, même aujourd’hui, les gens se hâtent vers elle en foule avec un ardent désir d’entendre relater ces incidents par son langage muet et d’atteindre son seuil, après avoir traversé de nombreuses difficultés, dans le but de se renseigner auprès d’elle sur l’événement grandiose de la « Révélation », ainsi que sur une partie de l’histoire de la vie de ce grand bienfaiteur de l’humanité. Et la grotte répond à ces interrogations dans son langage muet :

« Je suis le lieu d’adoration du ‘juste’ des Quraysh. Avant d’atteindre le statut de la prophétie, il passait ici de nombreux jours et de nombreuses nuits. Il avait choisi cet endroit, qui était loin du tumulte, aux fins de prières et de dévotion. Il passait tout le mois du Ramadan ici, et y  séjournait à d’autres occasions également. Il prenait souvent asile en ce lieu. Tant et si bien que sa chère femme savait, lorsqu’il ne rentrait pas chez lui, qu’il devait être absorbé dans ses prières sur la montagne de Hira. Et quand elle envoyait des gens auprès  de lui, ils le trouvaient méditant et priant à cet endroit. »

Avant d’être investi de la mission prophétique, il réfléchissait beaucoup à deux questions :

1. Il a longuement étudié le livre de l’existence et a observé la sublimité, la puissance et la beauté de la Création de Dieu dans les caractéristiques de chaque chose existante. En menant une étude attentive des cieux et des étoiles et en observant les créatures de la terre, il s’approchait jour après jour davantage de l’objet de sa quête.

2. Il a médité sur la responsabilité capitale que, comme il le savait, il allait devoir assumer. Malgré toute la corruption et la détérioration de la société humaine de son temps, il ne considérait pas sa réforme comme quelque chose d’impossible. Toutefois, la mise en œuvre du programme de réformes n’était pas dépourvue d’obstacles et de difficultés. Par conséquent, il a observé la vie tumultueuse des habitants de La Mecque et la volupté des Quraysh et a réfléchi aux voies et moyens de leur réforme.

Il restait ébahi face au fait que les gens adorent les idoles sans vie et impuissantes et fassent preuve l’humilité à leur égard, et des signes d’inconfort se dessinaient sur son visage. Cependant, comme il n’avait pas reçu pour mission de mettre cela en évidence, il s’abstint de leur signaler leur égarement.

Commencement de la Révélation

Un ange a été désigné par Dieu pour réciter certains versets au « juste » des Quraysh, en guise de prélude et d’introduction au Livre d’orientation et de bien-être, afin de lui faire honneur en le revêtant de l’habit de la prophétie. L’ange était l’Archange Gabriel lui-même, et le jour particulier fut le jour de l’élection de Muhammad à l’office de la prophétie. Nous reparlerons plus loin de la détermination de ce jour-là.

Il ne fait aucun doute que le fait de faire face à un ange nécessite une préparation toute particulière. À moins que l’âme d’une personne soit forte et élevée, il ne peut supporter le fardeau de la prophétie, pas plus qu’il ne peut supporter une rencontre avec un ange. Le « juste » des Quraysh avait acquis une telle préparation par des prières prolongées, de longues méditations et la louange continue de Dieu. Et comme l’ont rapporté de nombreux rapporteurs de la vie du Prophète, il avait, avant même sa nomination à la mission prophétique, des rêves et des visions qui étaient aussi claires que la lumière du jour.

Après un certain temps, les heures les plus délicieuses pour lui étaient celles au cours desquelles il priait isolément. Ses journées passaient ainsi jusqu’à ce que, durant ce jour particulier, un ange plaça une tablette à ses côtés et lui dit : « Lis ! ».

Le Prophète, en raison du fait qu’il était illettré et n’avait pas appris à lire et à écrire, répondit qu’il était incapable de lire.

L’archange Gabriel l’enserra fortement, puis lui répéta sa demande : « Lis ! ».

Mais le Prophète répéta la même réponse. L’ange le pressa encore une fois très fortement.

Cette action fut répétée à trois reprises, et après la troisième pression, le Prophète sentit soudain en lui-même la capacité de lire ce qui était écrit sur la tablette présentée par l’ange. Il a donc lu les versets suivants, qui sont de fait considérés comme l’introduction du Livre du bien-être humain :

Lis au nom de ton Seigneur qui a créé (toutes choses),

Qui a créé l’homme d’une adhérence !

Lis, car la bonté de ton Seigneur est sans bornes !

C’est Lui qui a fait de la plume un moyen de savoir

Et a enseigné à l’homme ce qu’il ignorait. (Sourate 96, versets 1-5)

L’Archange Gabriel a accompli sa mission et, après la révélation, le Prophète a redescendu la montagne de Hira et s’est rendu vers la maison de Khadija[1].

Les versets ci-dessus indiquent clairement, en quelques mots, le programme du Saint Prophète, et disent tout aussi clairement que le fondement de sa religion est la lecture, la récitation, l’apprentissage et la sagesse, ainsi que l’utilisation de la plume.

 

[1] Seerah Ibn Hisham, vol. I, page 236, et Sahih Bukhari, vol. I, page 3.

 

Traduit par Shafaqna depuis https://www.al-islam.org/the-message-ayatullah-jafar-subhani

Autres sources : Mafatih al-Jinan (Les Clés du Paradis), Editions BAA, Traduit par Leila Sourani

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here