PARTAGER

SHAFAQNA – Al Kafeel : L’Autorité religieuse suprême a montré que le peuple irakien ne peut plus tolérer les mauvais résultats des fonctionnaires et les mauvais services causés par la corruption.

Tels étaient les points importants énoncés dans le deuxième sermon de la prière du vendredi 26 Dhul-Hijjah 1439 AH correspondant au 7 septembre 2018, tenu dans le sanctuaire de l’Imam al-Hussein (paix soit sur lui) et mené par son Cheikh Abd al-Mahdi al-Karbala’i, dans lequel il a déclaré:

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
L’Autorité religieuse suprême suit avec une grande préoccupation l’évolution de la situation dans la ville bien-aimée de Bassorah. Il exprime son profond chagrin et son regret face à ce qui s’est passé là-bas, car il a mis en garde contre cette situation plus d’une fois. Malheureusement, personne n’a fait attention à ses avertissements.

À lire aussi: L’autorité religieuse suprême: les jeunes d’aujourd’hui sont confrontés à un terrible danger culturel

Aujourd’hui, nous renouvelons en indiquant quelques points:
Premièrement, nous affirmons notre rejet et notre condamnation absolus des attaques flagrantes contre les manifestants pacifiques, en particulier le fait qu’ils ont été abattus, ce qui a causé la mort de nombreux d’entre eux et blessé beaucoup d’autres. Nous condamnons également fermement l’attaque contre les forces de sécurité chargées de protéger les bâtiments et les installations du gouvernement en lançant des pierres, les cocktails Molotov, etc., en blessant des dizaines et en condamnant les attaques contre des biens publics et privés.

En plus d’être injustifiées par la loi et les coutumes, ces pratiques provoquent de nouvelles crises et compliquent la solution des problèmes auxquels les citoyens sont actuellement confrontés. Nous appelons donc tous à mettre un terme à ces pratiques et à ne pas recourir à la violence, en particulier à la violence excessive, pour faire face aux manifestations et éviter de détruire les biens publics et privés.

Deuxièmement: le peuple irakien opprimé a été patient pendant longtemps après la chute de l’ancien régime, victime d’attaques terroristes, qui ont causé des centaines de milliers de victimes, de veuves et d’orphelins, puis présenté le meilleur de ses fils pour défendre l’Irak et ses lieux saints dans une longue guerre féroce contre le terrorisme de Daesh. Et la plupart des gens ont souffert de nombreux préjudices et privations pendant quinze ans, espérant que le nouveau régime créera une situation différente du passé, dans laquelle les populations pourront jouir d’une vie digne et stable. Ce patient ne peut plus être patient pour voir et ressentir l’indifférence des fonctionnaires à résoudre les problèmes croissants et les crises difficiles, mais ils sont plutôt occupés et préoccupés par des discussions entre eux sur les gains politiques, le butin des positions et les positions gouvernementales et permettre aux étrangers de s’immiscer dans les affaires du pays et en faire l’arène régionale et internationale des querelles et des conflits sur les intérêts et les agendas étrangers.

Troisièmement: les souffrances des citoyens de Bassorah et d’autres provinces en raison du manque de services de base, de la propagation de la pauvreté, du chômage et de la propagation de la corruption dans divers départements du gouvernement. C’est le résultat naturel de la mauvaise performance des hauts fonctionnaires et de ceux qui occupent des postes sensibles dans les gouvernements successifs, qui reposent sur des quotas politiques, le népotisme et le manque de soin professionnel et d’efficacité dans la sélection des fonctionnaires, notamment pour les sites importants et les prestations de service. Et cela ne peut pas changer cette réalité tragique si le prochain gouvernement est formé selon les mêmes fondements et critères que ceux adoptés lors de la formation des gouvernements précédents et, par conséquent, il devrait y avoir une pression pour que le nouveau gouvernement soit différent des précédents, prendre en compte l’efficacité, l’intégrité, le courage, la fermeté et la sincérité du pays et des personnes dans la sélection des hauts fonctionnaires.

À lire aussi: Autorité religieuse suprême: le devoir humanitaire exige que les autorités mettent fin aux souffrances de Bassorah

Quatrièmement: le suivi du représentant de l’autorité religieuse suprême sur le problème de l’eau à Bassora a révélé l’ampleur de l’incapacité du gouvernement à traiter ce problème, car il semblait que cela était possible avec quelques efforts et un peu d’argent, ce qui n’est pas excessif par rapport au potentiel du gouvernement, pour atténuer la crise dans une large mesure, mais l’inefficacité de certains fonctionnaires, l’insouciance des autres, la routine administrative, l’intersection des organes concernés et d’autres obstacles similaires exacerbé le problème en le laissant atteindre ce niveau suffocant.
Il est essentiel que les décideurs de l’autorité exécutive suivent les projets stratégiques nécessaires et sérieux, notamment en matière d’infrastructure, et prennent des décisions rapides, déterminées par des experts compétents, et ne pas laisser les fonctionnaires en situation de tension, ou l’adoption de mécanismes de routine qui entravent la réalisation du projet, qui devrait être mis en œuvre dans 6 mois et non dans plusieurs années.

Cinquièmement: étant donné que nombre des problèmes existants doivent être résolus, il est nécessaire que les fonctionnaires fassent preuve de sérieux en prenant les mesures nécessaires à cet égard, afin que les citoyens aient confiance dans la volonté de mettre fin à leurs souffrances . Cela aide à calmer les âmes et à réduire les tensions, et ce qui contribuera à cela est la présence de hauts fonctionnaires des ministres et d’autres personnes sur le lieu de travail et un suivi personnel du processus des travaux, en écoutant les demandes des citoyens et les rencontrer dans la mesure du possible en contournant les procédures administratives de routine à cet égard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here