PARTAGER
L’autorité religieuse suprême, manifestations

SHAFAQNA – Al kafeel : L’autorité religieuse suprême a fermement affirmé qu’elle n’avait que des faveurs à l’égard du peuple, ne défend que ses intérêts et n’avait aucun intérêt ni relation particulière avec aucun parti au pouvoir. Et il affirme ce qu’il avait déclaré en avril 2006 lors de la formation du gouvernement à la suite des premières élections à la Chambre des représentants: “Il n’a pas et ne compromettra personne dans l’intérêt public du peuple irakien. Il surveille la performance du gouvernement et souligne ses déséquilibres si nécessaire, sa voix restera parmi les voix des opprimés et les plus marginalisées des citoyens de ce peuple, où qu’ils se trouvent, sans distinction entre leurs affiliations, leurs sectes et leurs ethnies … ”

Tels étaient les points principaux énoncés dans le deuxième sermon de la prière du vendredi du 12 Safar 1441 AH, correspondant au 11 octobre 2019, qui s’était déroulé dans le sanctuaire sacré de l’imam al-Hussein (paix soit sur lui), et dirigé par son éminence cheikh Abd al-Mahdi al-Karbalaï, dans laquelle il a déclaré:

Chers frères et sœurs, nous lirons le texte que nous avons reçu du bureau de son éminence l’autorité suprême de la religion à Najaf:

Dans le sermon de vendredi dernier, l’autorité religieuse suprême a réitéré sa condamnation et son rejet des attaques contre des manifestants pacifiques et plusieurs membres des forces de sécurité lors des manifestations qui ont eu lieu dans le pays la semaine précédente. Il a également condamné l’incendie et la destruction de certaines institutions gouvernementales et de propriétés privées lors de ces manifestations. Et il a exprimé l’espoir que tout le monde serait conscient des graves conséquences de l’utilisation de la violence et de la lutte contre la violence dans le mouvement de protestation en cours dans le pays, qu’il convient d’éviter dans tous les cas.

Mais ce qui s’est passé dans les jours qui ont suivi, c’est une escalade de la violence sans précédent, visant un nombre croissant de manifestants tués par balle, et des attaques flagrantes contre certains médias pour les empêcher de rendre compte de ce qui se passe dans les manifestations.

Alors que les autorités officielles ont annoncé qu’elles avaient donné des ordres stricts pour empêcher les forces de sécurité de tirer à balles réelles sur les manifestants, des dizaines d’entre eux sont morts parmi les martyrs et ont été blessés à Bagdad, Nassiriya, Diwaniyah et d’autres, dans des scènes horribles de cruauté extrême qui démontrent une violence sans entrave qui dépasse toutes les limites de l’imagination.

Le gouvernement et ses forces de sécurité sont responsables de l’effusion de sang – tant de citoyens innocents que d’éléments de sécurité chargés de les traiter – lors des manifestations des jours précédents, et ne peuvent pas se soustraire à cette lourde responsabilité.

À lire aussi : L’autorité religieuse suprême: le jeune homme doit développer son esprit et ne pas céder à la stagnation, à la paresse et à l’ennui

Il est responsable lorsque des membres des forces de sécurité ont recours à une violence excessive à l’encontre de manifestants, en raison toutefois de leur manque de discipline et du respect des ordres qui leur sont donnés, ou encore parce qu’ils ne sont pas qualifiés et formés pour faire face aux manifestations populaires afin d’éviter des pertes parmi les manifestants et les participants.

Il est responsable lorsque, sous l’œil des forces de l’ordre, les manifestants sont illégalement fusillés et que les médias sont battus ou agressés pour terroriser leurs employés.

Il est responsable lorsque ses agents de sécurité ne protègent pas les citoyens, les institutions gouvernementales et la propriété privée des attaques d’un petit nombre d’intrus dans les manifestations qui ne souhaitaient pas qu’elles restent pacifiques et à l’abri de la violence.

Les autorités religieuses condamnent fermement l’effusion de sang innocent et les attaques graves, sous toutes ses formes. Il exprime sa sympathie aux familles des martyrs et des blessés et affirme sa solidarité avec les revendications légitimes des manifestants pacifiques – comme en témoignent les manifestations des années précédentes -. Il demande instamment au gouvernement et au pouvoir judiciaire de mener une enquête crédible sur ce qui s’est passé, puis de révéler à l’opinion publique les éléments qui ont ordonné ou commencé à tirer sur des manifestants ou d’autres personnes, et de ne pas hésiter à poursuivre, arrêter et amener à la justice quels que soient leurs affiliations et leurs positions. Cela devrait être fait dans un délai déterminé – par exemple deux semaines – sans procrastination, comme ce fut le cas lors de l’annonce des résultats des comités d’enquête.

C’est la mesure la plus importante et la plus urgente de l’heure actuelle, qui révèle le sérieux et la sincérité de l’intention du gouvernement d’avancer dans la mise en œuvre de véritables réformes. Comme il ne sera pas possible de poursuivre un projet de réforme – comme cela est nécessaire pour lutter contre la corruption financière et administrative et pour atteindre un degré de justice sociale – sauf si le prestige de l’État est imposé, la sécurité est contrôlée conformément à son contexte juridique, et prévenir l’empiétement sur les libertés publiques et privées garanties par la Constitution, et mettre fin aux menaces, aux passages à tabac, aux enlèvements, aux tirs de tireurs isolés et à la violence de ceux qui pensent pouvoir agir en toute impunité.

L’autorité religieuse suprême n’a aucun intérêt ni relation particulière avec aucun parti au pouvoir, elle ne fait que favoriser le peuple et ne défend que ses intérêts. Et il affirme ce qu’il avait déclaré en avril 2006 lors de la formation du gouvernement à la suite des premières élections à la Chambre des représentants: “Il n’a pas et ne compromettra personne dans l’intérêt public du peuple irakien. Il surveille la performance du gouvernement et souligne ses déséquilibres Si nécessaire, sa voix restera parmi les voix des opprimés et les plus marginalisées des citoyens de ce peuple, où qu’ils se trouvent, sans distinction entre leurs affiliations, leurs sectes et leurs ethnies … ”

Et il n’y a pas de puissance ni de pouvoir sauf en Allah Tout-Puissant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here