PARTAGER

SHAFAQNA – Al Kafeel : L’autorité religieuse suprême a clairement indiqué que chaque société avait besoin d’un tuteur pour la protéger de la désintégration et que, pour préserver la société, toutes devaient rester solidaires et responsables. La seule solution est le recours à des valeurs religieuses, juridiques et communes. Une perte d’eux serait un grand danger. En outre, il faut neutraliser tout ce qui est étranger à la société.

C’était là le contenu du deuxième sermon de la prière du vendredi, qui s’est déroulé le 16 Joumada II 1440 AH correspondant au 22 février 2019, tenue dans la nef sainte Husseinite et prononcé par Son Éminence Sayeed Ahmad Al-Safi. Dans ce sermon, il a été dit:

Chers frères et sœurs, nous avons déjà mentionné certains problèmes sociaux qui affectent beaucoup notre pays et notre société. Nous avons également divisé les rôles que la société peut utiliser pour leur échapper. Nous avons dit que nous devrions commencer avec la famille et avons précisé quelques points dans ce contexte. Nous avons également parlé de l’école et de ce qui est lié à l’aspect éducatif. Après cela, nous nous consacrons au public, qui passe d’un état de liberté à un état de chaos. De plus, nous avons précisé les effets négatifs qui en découlent.

Avant d’entrer dans vos fonctions en tant que prolongement du sujet, je voudrais souligner que ces problèmes mentionnés ne sont qu’un début et que ce projet de les résoudre est long et fastidieux. Il ne fait aucun doute que ce travail nécessite beaucoup d’efforts pour amener la société à un niveau élevé. Nous avons le droit de nous efforcer et de travailler pour atteindre cet endroit, sinon tout le monde en souffrira. Tout le monde va souffrir de ce problème. La famille souffre, les écoles souffrent et, comme nous l’avons mentionné, le public aussi. Cependant, si nous imposons la responsabilité à tous et que personne ne nous exclut et que nous sentons cette responsabilité, nous commencerons à chercher une solution. Si nous ne sentons pas cette responsabilité ni même le problème – ce qui est encore plus dangereux – la solution ne sera jamais trouver.

En vérité, nous pensons que certains cas nécessitent une cohésion continue. Lorsque nous parlons de problèmes, nous ne parlons pas du problème. Le problème est analysé pour commencer à trouver la solution. Nul doute que cela ne soit pas éclairci par un sermon. Il doit y avoir une condition publique pour résoudre ce problème. Existe-t-il des solutions à certains de nos problèmes? Ils existent. Dans la plupart des cas, il existe une solution pour tout. Cependant, il existe des solutions qui, comme nous l’avons dit, nécessitent une renaissance collective. Parfois, nous traitons une personne, un seul patient. Ici le problème est limité. Même avec deux personnes à traiter, il y a des limites. Cependant, si la situation empire et que nous souffrons de nombreux problèmes qui frappent durement notre société et que nous nous tournons vers ces problèmes, nous en paierons le prix. Ces problèmes frappent les familles, les rues, les marchés. Ils décomposent cette construction importante à laquelle aspirent toutes les sociétés humaines.

À lire aussi : L’autorité religieuse suprême : la majorité des gens n’accepte pas les conseils ni les critiques positives

Certains de ces problèmes désintègrent cette existence bénéfique, à savoir l’existence familiale. Cette existence sacrée, le caractère sacré de l’éducation est attaqué. Dans le public ne sont considérés ni petits ni grands. Il y a des choses que la rue n’est jamais autorisée à atteindre. Toutes ces choses mènent au chaos. Une fois que le chaos commence, il ne finira jamais, sauf avec beaucoup d’effort. Un point important est la prise de conscience de ce qui doit être promu. Tous ceux qui prétendent être des personnes conscientes ne le sont pas en réalité. La conscience signifie être bien versé dans les circonstances vécues. Une personne consciente ne doit pas nécessairement avoir un diplôme universitaire. La conscience est un état de perspicacité et de civilisation, une condition dans laquelle on comprend qu’on doit faire face aux problèmes sociaux avant que ces problèmes ne prennent des formes cruelles.

La société est une unité qui doit être préservée par tous. Pour chaque chaos, il doit y avoir un seuil. Qui en porte la responsabilité? Bien sûr, le seuil d’inhibition de chaque individu. Qu’est-ce qui empêche, par exemple, un enfant de dire de mauvaises paroles à son propre père? Parce qu’il y a un seuil d’inhibition. L’enfant sait très bien que la position du père doit être respectée, ainsi que celle de l’enseignant, du grand frère et de la mère. Parfois, ce seuil d’inhibition est de nature religieuse, parfois légale ou commune.

En termes de statut public, on parle aussi de décence publique. Qu’est-ce que ça veut dire? Que la société oppose et rejette certains comportements. Chaque société le rejette et dit qu’il y a certaines actions qui ont un temps et une place. Si nous ignorons le temps et l’endroit, le chaos s’ensuit. La liberté dont une personne jouit à la maison ne peut être mise en œuvre dans la rue. Ce n’est pas ce que je dis, mais chaque société le dit: si nous ne préservons pas la décence publique, le chaos s’ensuit. Parfois, le seuil d’inhibition est religieux, une personne éduquée dans la religion sait quels sont ses droits et ses devoirs.

Ce type d’inhibition est l’un des plus puissants, si l’homme est réellement religieux. Il ne se permet pas de se tromper en traitant avec le prochain. Sa conviction l’empêche de faire quelque chose dont il aura honte. Ce seuil d’inhibition peut également être légal. Ceux qui ont fait la loi savent que le chaos survient sans lois. La loi refuse de prendre de l’argent pour que les autres soient lésés. Les gens s’accordent sur le fait qu’il doit y avoir des limites à ne pas dépasser. La coutume publique dit que certaines actions ne sont pas toléré.

Arrivons où nous sommes en ce moment. Nous avons une conviction, nous avons des lois et des coutumes. Nous parlons d’une réalité historique. Quelqu’un peut-il nier cela et prétendre que nous n’avons aucune foi, aucune loi, aucune coutume? Ces choses sont là, mais certaines personnes se distancent de leurs convictions, agissent contre la loi et non pas avec les coutumes. Quel est le résultat? Le résultat est le chaos. Chers frères et sœurs, s’il vous plaît accepter mes mots. Si les lois ne sont pas prises en compte, le chaos commence. Chaque société a besoin d’un tuteur pour les sauver de la dégradation.

Il existe de nombreux exemples de cela. Nous avons tous la responsabilité de rendre cette société ferme. Nous devons nous rabattre sur les valeurs. Nous devons nous en tenir à ces valeurs, les valeurs religieuses, juridiques et communes. Dans la perte, il y a un grand danger. N’attendez pas les résultats à l’avenir, car les résultats sont déjà très clairs.

La condition sociale exige des efforts de tous. Un et deux sermons ne suffisent pas pour cela. Nous devons travailler ensemble. Je viens de souligner. Cette affaire est dangereuse. Des choses très étranges et dangereuses envahissent notre société. Chacun doit assumer ses responsabilités pour préserver la société. Et Allah aime ceux qui font du bien.

Puisse Allah nous pardonner et vous pardonner et nous montrer le bien dans notre pays. Qu’il vous protège, ainsi que vos familles, et que nous voyions cette terre, terre de valeurs, vivante à travers ses valeurs. Et la dernière supplication est Louange soit à Allah, le Seigneur des mondes, et que les prières et paix soient sur Mohammed et sa lignée vertueuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here