PARTAGER

SHAFAQNA – Al Kafeel : L’Autorité religieuse suprême a mis en garde contre le danger de certains qui ont recours à la dépréciation des symboles de la communauté afin de les isoler socialement, de sorte qu’il reste plus de place pour les prédicateurs des égarements et des déviances, ce qui indique que de bons érudits et croyants sont exposés à cette campagne de violence, les mensonges, la falsification et la déformation de l’image de ceux qui sont des leaders et des symboles respectés, à travers la fabrication d’histoires fictives et de faux actes.

Tels étaient les points importants énoncés dans le deuxième sermon de la prière du vendredi du 11 Joumada I 1440 AH, correspondant au 18 janvier 2019, qui se déroula dans le sanctuaire sacré de l’Imam al-Hussein (la paix soit sur lui) et conduit par son éminence cheikh Abdel Mahdi al-Karbalaï, dans laquelle il a déclaré:

Dans ce deuxième sermon, nous continuerons à parler des phénomènes sociaux qui menacent le système moral de la société et la coexistence sociale, tels que la dépréciation sociale ou l’exclusion, sous le titre “dépréciation sociale d’une personnalité significative pour les autres”. Et nous avons expliqué qu’une personnalité significative signifie le statut social de la personne ou une composante sociale découlant des composantes de ses bases religieuses, sociales, culturelles, morales, économiques et politiques, conférant à la personne un statut social jugé significatif pour les autres.

À lire aussi : L’autorité religieuse suprême a souligné la nécessité de renforcer la société et l’intérêt porté à l’éducation des enfants

Et la dépréciation sociale signifie qu’il faut diffamer une personnalité, une communauté ou une confession religieuse significative. Et il est pratiqué contre une certaine personne, une communauté, une confession religieuse, ou même une famille bien connue qui se distingue par son rang religieux, social, financier ou économique. Et nous avons souligné que la dépréciation sociale est en contradiction avec la nature humaine et l’éthique, puisqu’un humain a naturellement tendance à être socialement accepté, respecté et honoré par les autres.

Il existe de nombreuses méthodes de la dépréciation sociale, particulièrement de nos jours, telles que:
Premièrement: la dévalorisation religieuse: qui se présente sous trois formes: la première est la déformation intellectuelle, la deuxième est la dépréciation du groupe qui croit en cette pensée religieuse et la troisième est la dévalorisation des symboles religieux.

La première: La distorsion intellectuelle: les prédicateurs de l’égarement utilisent la méthode de la distorsion intellectuelle en utilisant une méthode précise pour falsifier et nier les faits cognitifs et doctrinaux, et deuxièmement en interprétant ces faits religieux avec des interprétations correspondant aux caprices et aux objectifs du parti qui veut diffamer la pensée religieuse. Et parfois, ils ont tendance à attribuer à cette pensée des actes odieux et de mauvais comportements pour en isoler la société.

Et la troisième méthode, qui est la plus dangereuse, est la dévalorisation des symboles et des leaders de cette pensée en attribuant certains comportements, actes et relations contraires aux valeurs morales pour altérer leur image devant les gens et minimiser leur piété et leur ascétisme, dans une tentative de déformer leur symbolisme.

Les érudits justes sont l’objet de cette campagne de mensonges, de fabrication et de déformation de leur image, alors qu’ils sont considérés comme les leaders respectés et les symboles que la société suit et adhère. Comme celui qui ne peut pas déformer la pensée a recours à la dévalorisation de ses symboles et de ses érudits en déformant socialement leur image par la fabrication d’histoires fictives afin de les isoler socialement, l’arène est libre pour les prédicateurs de mauvaise gestion et de déviance.

Et c’est là la méthode de dépréciation la plus dangereuse puisque ces prédicateurs utilisent les moyens de communication et les médias pour avoir la capacité de fabriquer, de mentir, de diffamer et de déformer pour convaincre les naïfs. Et puis, à la suite de cet dépréciation religieuse, il y aura la dépréciation intellectuelle de la communauté, en isolant les gens de leurs dirigeants, qui ont perdu leur statut social, leur majesté et leur prestige à cause de cet isolement religieux.

La seconde: la dépréciation sociale, que l’on voit beaucoup sur les pages des réseaux sociaux, où les gens retracent les erreurs des autres pour les partager largement, ce qui conduit à la dévalorisation du statut social de la personne en question, et à la suite de cela, des résultats désastreux sur la société. Et nous devons ici faire très attention car l’Islam met en garde contre ce genre d’acte.

Il y a un récit qui dit: ‘J’ai entendu Aba Abdellah (la paix soit sur lui) disant:’ Le Messager d’Allah (les prières d’Allah soient sur lui et sur sa sainte famille) a dit: ‘O groupe de ceux qui sont devenus musulmans avec la langue et le Emån [la croyance] n’a pas purifié son cœur! Ne condamnez pas les musulmans, ne poursuivez pas leurs révélations, car celui qui poursuit leurs révélations et leurs glissades (des langues), Allah le Tout-Puissant poursuivrait ses erreurs; et celui dont la déviation est poursuivie par Allah, le Tout-Puissant, aurait honte de lui même s’il est à l’intérieur de sa maison ».

Parfois, malgré le fait que la personne soit connue par ses bonnes mœurs et son éthique, mais une fois que quelqu’un d’autre fabrique un mensonge et l’attribue à travers les médias sociaux, la plupart des gens le croient pour le pouvoir merveilleux que les médias sociaux ont de convaincre les gens. L’autre méthode consiste à suivre les petites erreurs de la personne en question et à les rendre publiques de manière plus large pour être considérées comme odieuses et inacceptables sur le plan moral et religieux.

À lire aussi : Le rôle de l’homme dans la vie sociale selon la Religion (Partie 2)

La quatrième méthode est la divulgation de secrets, utilisée comme moyen de diffamation, en particulier lorsque les secrets de famille internes concernant les femmes sont rendus publics.

Et cette méthode menace la paix sociale et la stabilité des familles et la réputation des hommes et des femmes, ce qui peut conduire à la mort. Nous devons faire très attention à garder nos secrets, à ne pas permettre aux autres de les utiliser contre nous un jour, alors que nous ignorons les conséquences de ces actions. Comme certaines personnes utilisent le réseau social pour déformer l’image des croyants et de nombreux érudits, sans tenir compte de leur nature humaine, nuisent à leur dignité, à leur statut et à leur fierté vis-à-vis de la société.

Il est rapporté par Sayyid Abd al-Adhim al-Hassani, d’Abou al-Hassan ar-Redha (la paix soit sur lui) qu’il a dit: «O Abd Abd Al Adhim, transmettez mes salutations à mes amis et de ne pas laisser Satan recourir à leurs âmes. Ordonnez-leur de dire la vérité et de rendre fidèlement ce qui leur est confié. Ordonnez-leur de garder le silence, de laisser les disputes et les discordances concernant ce qui ne les concerne pas et de se rendre visite les uns les autres, car cela m’est très cher…

Ils ne doivent pas se livrer à la diffamation car je me suis voué comme tel et vexant un de mes amis, alors je demanderai à Allah de le punir dans ce monde d’un châtiment sévère et il sera l’un des perdants de l’au-delà. … ”

Si Dieu le veut, nous continuerons à parler de l’autre type de la dépréciation vendredi prochain.

Nous demandons à Allah de nous empêcher de commettre des péchés et des erreurs et de nous guider vers le chemin d’Ahl al-Bayt (paix et bénédictions d’Allah soient sur eux). Et, la dernière de nos prières est; Louange à Allah, Seigneur des mondes, et prières et paix soient sur Allah et sa lignée pure et vertueuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here