L’attitude générale envers le clonage

128
PARTAGER

SHAFAQNA – Questions de jurisprudence (fiqh)

Par Son Eminence, Sayed Mohammad Hussein Fadlallah (ra)

La question du clonage est devenu un sujet de controverse, non seulement parmi les scientifiques et les autorités religieuses, mais il s’étend pour atteindre les Etats qui sont divisés entre eux, entre ceux qui s’opposent et ceux qui soutiennent le clonage.

Au moment où le clonage est fortement contesté par la plupart des pays, il a été accueilli avec beaucoup d’intérêt dans l’une des provinces canadiennes, le Québec. Son Eminence a commenté, en disant : « au moment où la plupart des pays ont décidé d’empêcher le clonage des êtres humains, nous observons que l’Amérique l’a récemment permis, sous certaines conditions. En conséquence, alors que j’insiste fortement que nous évitions tout abus à cet événement scientifique, je dis que nous ne devons pas le considérer comme un désastre, ou une catastrophe comme certains le prétendent. Lorsque certaines conséquences négatives se produisent, nous devons les affronter, les empêcher, ou du moins atténuer leurs dangers. »

En outre, nous observons la façon dont Son Eminence assure l’importance de la science et son rôle dans tous les domaines de la vie, appelant à éviter les inconvénients. Il dit : « Je ne pense pas que les inconvénients du clonage nous permettent d’ignorer les principaux avantages que nous pourrions, en même temps, obtenir.

Par exemple, l’invention de la dynamite, bien qu’elle ait été dommageable, les êtres humains ont en beaucoup bénéficié. De même, l’énergie atomique a permis aux êtres humains de réaliser la plupart de leurs besoins pacifiques, en dépit de ses effets néfastes, dont l’homme, jusqu’à présent, n’est pas autorisé à utiliser librement. Elle a été utilisée qu’une seule fois au Japon. Cependant, plus tard, elle n’a plus été utilisée, en raison de ses effets catastrophiques sur les êtres humains.

Je tiens à souligner un point essentiel : le monde dans lequel nous vivons est un monde limité et tout avantage que nous recevons de toute invention est généralement accompagné d’un inconvénient, et l’inverse est vrai. A la lumière de cela, si nous voulons être concernés par les inconvénients de tout phénomène, ou toute invention scientifique, nous devons nous retenir d’inventer quoi que ce soit, parce que cette nouvelle invention recèle des inconvénients, tout comme elle recèle de nombreux avantages.

Nous devons permettre à la science de se déplacer librement dans le domaine des avantages afin de servir les meilleurs intérêts de l’humanité. Nous devons essayer de notre mieux, non seulement d’éduquer les gens sur la façon de profiter des avantages du développement de la science au service de l’humanité, mais aussi de faire d’une telle éducation une partie du programme scolaire comme tout autre cours. »

Son Eminence attire l’attention vers un point important. Il dit que la science ne met pas en danger les concepts dominants auxquels les êtres humains croient, comme certains pourraient le considérer. Il appelle à une tentative audacieuse d’abandonner ce qui est familier et de suivre le mouvement scientifique et intellectuel. Son Eminence commente, en disant : « Je ne pense pas que la rupture avec le familier est un désastre humain. Depuis que l’intellect humain est en constante évolution, la personne, avec des pensées familières, doit s’armer de toutes sortes d’armes intellectuelles pour rencontrer ce nouveau mouvement de la pensée, afin de découvrir ses inconvénients ou découvrir que ce qu’il pensait est erroné. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here