PARTAGER

SHAFAQNA – Oumma : Seconde source de revenus après le pétrole, le tourisme religieux à la Mecque et Médine rapporte chaque année plus de 20 milliards de dollars à l’Arabie saoudite. On évalue à près de 9 millions le nombre de pèlerins qui se rendent, tous les ans, dans ce pays pour effectuer le grand pèlerinage (le Hadj) ou le petit pèlerinage (la Omra).

Afin d’accroître cette manne financière, le ministère saoudien du Hadj et de la Omra se projette déjà dans l’avenir, à l’horizon 2030, caressant le projet d’accueillir plus de 30 millions de pèlerins. Dans cette optique, ce ministère a commencé à collaborer avec celui des Affaires étrangères, afin de délivrer longtemps à l’avance le précieux visa aux pèlerins. Certains préparent le grand voyage de leur vie pendant plusieurs années, en vue d’accomplir le cinquième  pilier de l’islam.

À lire aussi: L’obligation du Hajj pour tout “mokallaf”

Mais avant 2030, l’Arabie saoudite espère passer de 9 millions à 15 million de pèlerins en 2022. Outre  les travaux agrandissement de la Mecque qui sont toujours en cours, la monarchie saoudienne souhaite également faciliter l’arrivée des pèlerins, en réduisant à 40 minutes le temps d’attente à l’aéroport.

Pour atteindre cet objectif, le ministère du Hadj et de la Omra envisage de mettre en place des procédures d’entrée qui seront traitées avant l’arrivée des pèlerins en Arabie saoudite, et ce, en coordination avec les pays d’origine. Ce qui permettrait aux pèlerins de quitter l’avion sans passer par la douane saoudienne et de s’engouffrer directement dans le bus dédié, qui les conduira tout droit à leur hôtel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here