PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre Initiation au Dogme Islamique par Sayyed Mujtaba Musavi-Lari, sur le sujet de Manifestation d’Allah dans la nature, sélectionné par SHAFAQNA.

De par son ordre parfait et la richesse des secrets qu’il renferme, le monde de la nature témoigne clairement de la réalité d’une volonté omnipotente, sage et omnisciente.

Tout individu peut, selon son niveau de compréhension et à travers la méditation sur un aspect donné de la création, y voir la manifestation de la majesté d’Allah.

Le monde, de par ses multiples phénomènes, est une preuve évidente témoignant de la réalité du créateur.

Allah, le Tout Puissant, dit dans le Coran en faisant allusion à la dissension entre Moïse, que la paix soit sur lui, et pharaon:

– « mais qui est votre seigneur, Ô Moïse? », demanda pharaon.

– notre Seigneur est celui qui a donné forme à toute chose et l’a dirigée ensuite », répondit moïse.

 

L’apparition de la vie sur la planète terre est l’une des manifestations d’Allah, glorieux soit-il

Contrairement à ce qu’affirme la science, la vie sur terre n’est pas due à une forte chaleur. Cependant, la question que l’on se pose est la suivante: comment la matière qui est dépourvue de vie, peut-elle donner la vie?

Il est évident que la matière n’a jamais été à l’origine de la vie parce qu’aucune cellule matérielle ne possède de propriétés vitales et la vie ne procède pas de l’harmonie et de la composition atomique de ces cellules.

La vie provient donc de l’accouplement et de la prolifération. D’ailleurs, toute cellule matérielle ne possédant pas de propriétés vitales est nécessairement dépourvue de vie. Or, les différentes parties de la matière ne se distinguent pas les unes des autres, elles sont toutes semblables. Quel est donc cet élément qui a donné la vie à certaines d’entre elles et en a dépourvu d’autres?

En tout état de cause, la science est dans l’incapacité de fournir une quelconque interprétation quant au principe de la vie. Aussi, est-il nécessaire d’admettre cette vérité que le Coran atteste, à savoir que la vie est une lumière qui s’est répandue sur le monde et qui provient d’un principe supra matériel.

 

La preuve attestant la réalité de l’ordre universel, est-elle d’ordre empirique?

Même si les preuves fournies en faveur de l’existence de l’ordre universel reposent sur des données empiriques, il faut noter qu’en vérité elles sont intelligibles, car la connaissance des êtres à travers leur manifestation est intelligible et non pas sensible.

L’hypothèse de l’évolution remet-elle en cause l’ordre universel? Certainement pas, car les preuves fournies pour démontrer la réalité de l’ordre universel ne reposent pas sur l’idée que la création s’est manifestée soudainement pour qu’elles soient réfutées par l’hypothèse de l’évolution. Le mouvement de l’ordre universel s’achemine plutôt vers une fin, d’ailleurs peu importe que sa manifestation soit soudaine ou graduelle après des millions d’années dans un mouvement de complémentarité.

La nature et la matière, peuvent-elles être le dieu du monde?

La matière implique des particularités qui ne peuvent être à l’origine du monde pour les raisons suivantes:

1 – Le changement et l’instabilité. La matière ne cesse de se transformer et de changer. Elle se développe graduellement et ces changements lui sont nécessaires.

2 – Son caractère limité. La matière est liée au temps et à l’espace et ne peut s’en passer. Ainsi, celui qui éprouve un besoin quelconque ne peut être un dieu.

3 – La dépendance. Tous les êtres matériels dépendent les uns des autres et il n’y a pas un seul qui soit indépendant. C’est précisément cette interdépendance qui exclut l’idée que la nature et la matière soient à l’origine du monde.

Ainsi l’univers tout entier résulte d’une vérité indépendante, pure éternelle qu’est le créateur et la cause des causes de tous les êtres subordonnés, indigents et dépendants.

 

L’extraordinaire harmonie entre les différents éléments de la nature, est-elle le produit du hasard?

Il est évident que tout être intelligent ne peut admettre que ce formidable ordre universel et cette merveilleuse harmonie entre les différents éléments de la nature soient le produit du hasard sans aucune finalité. Pour être plus explicites, nous citerons l’exemple suivant:

L’harmonie existant entre la mère et son bébé est extraordinaire. Ainsi, au moment où l’embryon se développe dans l’utérus, les glandes mammaires commencent elles aussi à se développer en prévision de la période post-grossesse. Lorsque l’enfant naît, sa nourriture est prête et riche en vitamines. C’est une nourriture qui satisfait aux besoins du corps et qui convient parfaitement au faible système digestif du nouveau-né. Elle se trouve à un endroit approprié (le sein) dont l’existence remonte à bien des années. La façon dont se nourrit le bébé convient à sa petite bouche et à ses capacités. Ainsi, au fur et à mesure que l’enfant suce le bout de sein, le lait jaillit tandis qu’il le savoure tout en éprouvant une satisfaction physique et sentimentale. Plus l’enfant se développe, plus les produits alimentaires se trouvant dans le lait augmentent et leur quantité change en fonction des besoins de l’âge de l’enfant. Cette harmonie entre la mère et son enfant est-elle vraiment due au hasard?

Certainement non. Il y a plutôt une cause omnipotente et sage qui se cache derrière cette harmonie entre la mère et son enfant.

À l’époque de l’imam Sadiq, les gens s’engageaient souvent dans des polémiques à propos de l’identité du créateur et les preuves démontrant sa réalité, ce qui a amené un dialecticien appelé El-Mufadal à entretenir une longue discussion avec l’imam Sadiq sur cette question dont nous citons l’extrait suivant:

« Tout d’abord, le fœtus est formé de sorte qu’il n’est possible à aucun œil de le voir, à aucune main du toucher. Son développement se poursuit harmonieusement jusqu’à ce qu’il présente les conditions nécessaires pour sa viabilité et sa naissance, depuis les entrailles jusqu’à la formation de ses os, sa chair, sa graisse, son cerveau, ses nerfs, ses veines et son cartilage. Lorsqu’il vient au monde, l’ensemble de ses membres se développe au fur et à mesure tout en présentant une stabilité à l’image d’Allah, sans défaut aucun jusqu’à ce qu’il atteigne la pleine maturité. Si toutefois il y est prédestiné, il devra mourir plus tôt. N’est-ce pas là l’œuvre d’une sagesse subtile?

 

Résumé

1 – L’ordre naturel témoigne de la réalité d’un créateur omnipotent, sage et les exemples illustrant cela sont multiples.

2 – Même si les preuves fournies témoignant de cette réalité sont d’ordre sensible, il n’en demeure pas moins qu’en vérité, elles doivent être d’ordre principiel et non pas empirique.

3 – Que la manifestation de l’ordre naturel soit soudaine ou progressive, selon la théorie de la complémentarité, cela ne remet point en cause le fondement de cet ordre qui est une preuve [témoignant de la réalité divine].

4 – La nature est dépourvue d’esprit au regard des défauts qu’elle présente. Elle ne peut aucunement prétendre à la création de l’ordre universel tout comme elle ne peut pas être la cause des causes.

5 – La thèse selon laquelle la manifestation de l’ordre universel est le produit du hasard n’est admissible ni par la raison ni par le calcul des probabilités.

6 – Parmi les exemples d’harmonie existant entre les êtres et qui ne peuvent être attribués au hasard, il y a celui de la mère et de son nourrisson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here