PARTAGER
SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre Analyse stylistique des Sermons de Fatima al Zahrâ’ (p), Compilé et traduit, annoté et édité par: Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.
Maintenant nous abordons la partie qui présente la seconde attestation de Foi : َ
J’atteste que mon père Muhammad– que la Prière d’Allah soient sur lui et sur sa progéniture-est Son serviteur et Son Messager
وَأَشْھَدُ أنّ أبي ُمحَمَّداً صلّى اﷲ علیه وآله عبْدُهُ وَرَسُولُه
Wa ach – hadu anna abî Muhammadan çallâ-llâhu ‘alayhhi wa âlihi, ‘abduhu wa rasûluh-u
Il l’a choisi et élu avant de le missionner
اخْتارَهُ وَانْتَجَبَھه قَبْلَ أَنْ أَرْسَلَه ikhtârahu wa-ntajabahu qabla an arsalahu
et Il l’a sélectionné avant de l’avoir envoyé
وَاصْطِفاهُ قَبْلَ أنِ ابْتَعَثَه wa-çt afâhuqabla an ibta‘athahu
Et Il l’ nommé avant de l’avoir créé
وَسَمّاهُ قَبْلَ أنِ اجْتَبَلَه، wa sammâhu qabla an ijtabâhu
alors que toutes les créatures étaient en état latent dans le monde de Mystère
إذِ الْخَلائِقُ بالغَیْبِ مَكْنُونَةٌ، ith-il-khalâ’iqu bi-l-ghaybi maknûnatun
Et maintenues sous le voile des affres de l’inexistence
وَبِسِتْرِ الأَْھاویل مَصُونَةٌ، wa bi-sitr-il-ahâwîli maçûnatun
Et liées à l’extrême limite du néant
وَبِنِھایَةِ الْعَدَمِ مَقْرُونَةٌ، wa bi-nihâyat-il-‘adami maqrûnatun
Allah le Sublime, sachant pertinemment les sorts finals des affaires
عِلْماً مِنَ اﷲِ تَعالى بِمآیِلِ الأُمُور، ‘ilman min-Allâhi Ta‘âlâ bi-ma’âyil-il-umûr-i
Et étant parfaitement au courant des péripéties des temps
وَإحاطَةً بِحَوادِثِ الدُّ ھُورِ، Wa ihâtatan bi-hawâdith-id-duhûr-i
Et au fait des situations de ce qui est prédéterminé (ou du destin)
وَمَعْرِفَةً بِمَواقِعِ المَقْدور Wa m‘arifatan bi-mawâqi‘-il-maqdûr-i
Allah l’a envoyé pour compléter Son Message
ابْتَعَثَه اﷲُ تعالى إتْماماً لأمْرِهِ، ibata‘athahu-llâhu ta‘âlâitmâman li-amrihi
Et appliquer avec détermination Son Ordre
وَعَزیمَةً على إمْضاءِحُكْمِه، Wa ‘azîmatan ‘alâ imdhâ’ihukmihi
Et exécuter les destinées de Son Destin
وَإنْفاذاً لِمَقادِیر حَتْمِه
Wa inqâthan li-maqâdiri rahmatihi
Il a vu alors les peuples suivre différentes religions
فَرَأى الأُمَمَ فِرَقاًفي أدْیانِھا، Fa-ra’â-l-umama firaqan fîadyânihâ
Cloués devant leurs feux
عُكَّ فاً على نیرانِھا، ‘ukkafan ‘alâ nirânihâ
Adorant leurs idoles
عابِدَةً لأَوثانِھا، ‘âbidatan li-awthânihâ
Reniant Allah malgré leur connaissance innée ou démontrée de Son Existence innée
مُنْكِرَةً ﷲ مَعَ عِرْفانِھا munkiratan lillâhi ma‘a‘irfânihâ.
Allah a éclairé alors par la lumière de Mohammad (P) leurs ténèbres
فَأَنارَ اﷲُ بِمُحَمَّدٍ صلى اﷲ علیه وآله ظُلَمَھا، a-anâra-llâhu bi-abî Muhammadin çallâllâhu ‘alyhi wa âlihi dhulamahâ

À lire aussi: L’analyse stylistique du 1er sermon de Fâtimah al-Zahrâ (S.A) (Partie 3)

Et Il a dissipé des cœurs leurs voiles
وكَشَفَ عَنِ القُلُوبِ بُھَمَھا، Wa kachafa‘an-il-qulûbi buhamahâ
Et enlevé des yeux leurs nuages
وَجَلّى عَنِ الأَبْصارِ غُمَمَھا، Wa jalâ‘an-il-abçâri ghumamahâ
Il s’est appliqué à apporter la guidance
وَقَامَ في النّاسِ بِالھِدایَةِ، Wa qâma fî-n-nâsi bi-l-hidâyati,
Et il les a ainsi sauvés de la déviation
وأنقَذَھُمْ مِنَ الغَوایَةِ، fa-anqathahum min-l-ghawâyati
Et il les a sortis de l’aveuglement vers la lucidité
وَبَصَّ رَھُمْ مِنَ العَمایَةِ، wa baççarahum min-l-‘amâyati
Et il les a guidés vers la religion juste
وھَداھُمْ إلى الدّینِ القَویمِ، wa hadâhum ilâ-d-dîn-il-qawîm
et les a appelés à la Voie droite
وَدَعاھُمْ إلى الطَّریقِ المُستَقیمِ wa da‘âhum ilâ-t-tarîq-il-mustaqîm
Puis Allah a rappelé son âme par mansuétude et selon son choix
ثُمَّ قَبَضَه اﷲُ إلیْه قَبْضَ رَأْفَةٍ وَاختِیارٍ، thumma qabadhahu-llâhu ilayhiqab-dha ra’fatin wa-khtiyârin
Et par désir et préférence
ورَغْبَةٍ وَإیثارٍ ,wa raghbatin wa ithârin
Maintenant Mohammad (P) est en repos, libéré de la fatigue , de ce monde
فَمُحَمَّد ٍصلى اﷲ علیه وآله عَنْ تَعَبِ ھذِهِ الدّارِ في راحةٍ، fa-Mohammadun (P) minta’abi hâthihi-d-dâri fî râhatin,
Il est entouré des anges bien faisants
قَدْ حُفَّ بالمَلائِكَةِ الأبْرارِ، qad haffa bi-l-malâ’ikat-il-abrâri
Et jouissant de l’agrément du Seigneur, le Pardonneur
وَرِضْوانِ الرَّبَّ الغَفارِ، wa ridhwân-ir-rabb-il-ghaffâri
Et de la proximité du Roi, le Grand
ومُجاوَرَةِ المَلِكِ الجَبّارِ wa mujâwarat-il-malik-il-jabbâri
Que les prières d’Allah soient sur mon père, Son Prophète
صلى اﷲ على أبي نبیّه ، çallâ- llâhu ‘alâ abî nabiyyihi,
Et Son confident pour la Révélation, et Son élu
وَأمینه على وحْیِه وَصَفِیّه، wa amînihi ‘alâ wa hyihi wa çafiyyihi
Le meilleur de Sa création et le plus agréé par Lui
وَخِیَرَتِه مِنَ الخَلْقِ وَرَضِیِّه wa khiyaratihi min khlaqihi wa radhiyyihi
Et que le salut soit sur lui, ainsi que la Miséricorde et les bénédictions d’Allah
والسَّلامُ عَلَیْه وَرَحْمَةُ اﷲِ وَبَرَكاتُه wa-s-salâmu ‘alayhi wa rahmat- ullâhi wa barakâtuh- u
Cette Attestation de Foi paraît longue, comparée à la précédente, beaucoup plus courte. La raison en est probablement que la prophétie a elle – même la charge du Message divin, et c’est elle qui est concernée à présent (à l’époque du sermon) par sa continuité à travers l’Imamat, car cette partie du sermon explique comment le Prophète (P) avait amené la société obscurantiste (préislamique / jâhilyyeh) des ténèbres vers la lumière, alors que cette merveilleuse transforamtion a été reniée par la nouvelle position révisionniste créée après le décès du Messager (P) par le refus du testament de ce dernier en faveur de l’Imam Ali (p).

À lire aussi :La Nécessité de Connaître les Fondements de la Doctrine “Chiisme”

En tout cas le sermon développe progressivement avec un art subtil ce fait, comme nous allons le voir maintenant:
Cette partie commence par un prologue qui dépeint la personnalité du Prophète (P) et relate sa selection comme Messager par Allah le Très- Haut, auprès de l’humanité. Il est notable que le sermon a utilisé des mots précis qui s’articulent autour du sens de la sélection (ou pour exprimer la sélection), mais qui diffèrent les uns des autres, ce qui décèle l’infaillibilité linguistique de l’auteur du sermon. Ces mots (ikhtârahu, intajabahu, ijtabâhu, içtafâhu ) qui paraissent avoir des significations semblables ou même des synonymes pour un lecteur ordinaire, ont chacun un sens différent des autres. Ainsi l’«ikhtiyâr» infinitif de «ikhtârahu» dérive de ce qui est «khayr/ bien», «içtifâ’» renvoie à ce qui est limpide ou pur, «ijtibâ’» c’est façonner une chose à la nature inné e de l’homme, et «intijâb» vient de «najîb» c’est-à-dire ce qui est précieux dans une chose, ou ce qui a une garande valeur et ainsi de suite. Ces traits divers dans la personnalité du Prophète (P) et son envoi vers l’humanité, armé de telles nobles qualités indiquent qu’Allah a observé en lui les nobles qualités à tous les niveaux, puis l’a missionné auprès de cette humanité. Il ne fait pas de doute que cette sélection fondée sur ces hautes qualités a trait aux positions et événements qui se dessinent, en plus du fait que le Message lui- même requiert ladite sélection pour servir de bon modèle aux autres.
Là, le sermon dessine le linéament de la société préislamique en s’appuyant sur tous les deux styles : direct et imagé, selon les exigences de la situation. Concernant la soicété en général, le sermon indique qu’Allah le Sublime, exécutant son verdict, a envoyé Mohammad (P) à cette société dont les linéaments s’ébauchent comme les a vus ce dernier (P) et comme nous venons de le voir plus haut:
Il a vu alors les peuples suivre différentes religions,
Cloués devant leurs feux,
Adorant leurs idoles,
Reniant Allah malgré leur connaissance innée ou démontrée de Son Existence,
Allah a éclairé alors par la lumière de Mohammad (P) leurs ténèbres
Et Il a dissipé des cœurs leurs voiles
Et enlevé des yeux leurs nuages
Puis elle dit:
-Maintenant Mohammad (P) est en repos, libéré de la peine, de ce monde,
-Il est entouré des anges bien faisants,
-Et jouissant de l’agrément du Seigneur, le Pardonneur,
-Et de la proximité du Roi, le Grand,
-Que les prières d’Allah soient sur mon père, Son Prophète,
– Et Son confident pour la Révélation, et Son élu,
-Le meilleur de Sa création et le plus agréé par Lui,
– Et que le salut soit sur lui, ainsi que la Miséricorde et les bénédictions d’Allah
Ainsi se termine l’attestation de foi relative au Prophète (P) et le sermon entre dans le vif du sujet visé, lorsque la Noble Fatimah se tourne vers les gens présents à qui elle  s’adresse de la façon que nous allons voir un peu plus loin. Mais avant d’aborder cet aspect du sermon, nous voudrions attirer l’attention sur la partie précédente pour y observer les indices et les traits esthétiques qui se manifestent par un style tantôt direct (simple) tantôt imagé selon la situatation, comme nous l’avons déjà signalé. Par exemple la sainte Fatimah parle du décès du Prophète (P) avec un langage direct et clair comme «Puis Il Allah le Très- Haut a pris son âme », ou «Que la Prière d’Allah soit sur mon père, Son Prophète, Son confident pour la Révélation et Son élu…” . Elle décrit dans la même clarté et simplicité de langage la société préislamique «adorant leurs idoles, restant en permanence prosternés devant les feux» «Reniant Allah le Très- Haut malgré leur connaissance innée de Lui». Les exemples de ce style se caractérisent par une clarté évidente, exprimée à travers des phrases très rythmées qui confèrent au langage un aspect très esthétique, tandis que nous avons affaire dans une autre partie un langage imagé, surtout lorsqu’il s’agit de décrire le changement social remarquable de ladite société sur le plan intellectuel ou idéologique grâce au Message de Mohammad (P): «Allah le Très- Haut a illuminé par Mohammad (P) leur ténèbres (ignorance), enlevé des coeurs les croyances douteuses, et des yeux les voiles…”
Comme on peut le constater ce segment est riche en métaphores d’une densité  remarquable, car la nature du changement social immense (l’adhésion à la religion musulmane) impose le choix d’un langage à signification profonde, dense, renfermant tout ce qui est riche en sens, et c’est cet élément imagé qui s’en charge. Ainsi, le symbole indiquant qu’Allah a illuminé par son père Mohammad (P) les ténèbres des sociétés déchirées, païennes, adoratrices de feux etc… signifie que le Prophète (P) les avait sauvées des ténèbres et propulsées vers la lumière. De même le symbole indiquant qu’il (P) « a enlevé des cœurs les croyances douteuses qui les habitaient » veut dire qu’il (P) a ouvert leurs cœurs après qu’ils étaient fermés, incapables de saisir correctement les vérités. De même encore, le symbole dénotant que Mohammad (P) « a éloigné des yeux leurs voiles » signifie qu’il en a enlevé les brouillards qui les empêchaient de voir la lumière, c’est- à- dire la lumière de l’Islam.
À suivre …
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here