PARTAGER

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie du livre Analyse stylistique des Sermons de Fatima al Zahrâ’ (p), Compilé et traduit, annoté et édité par: Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

Le sermon commence par la nouvelle méthode introductive, apportée par le message de l’Islam et consistant à débuter le discours ou le texte par la louange à Allah et “Les Deux Attestations de Foi”(الشهادتین – al-chahâdatayn)(1), ce qui place Fatima al-Zahra, comme une devancière sur ce plan.

À lire aussi: Infaillibilité littéraire du Sermon de Fatimah al-Zahrâ’ (S.A)

Comme on va le remarquer, c’est un exorde subtil qui relie (sur le plan de la structure
architecturale du texte) ses éléments au sujet central, et ce à travers des séquences progressives qui remontent vers sommet, le thème principal sur lequel Fatimah al-Zahra (p) concentre son attention. Cet art ou procédé littéraire sublime n’est pas étonnant de la part de cette noble dame qui a hérité de son père (P) et de son mari l’Imam Ali (p) les subtilités de ce style et bénéficié avant tout de l’inspiration divine en sa qualité de l’une des Quatorze Infaillibles, à qui Allah a inspiré l’infaillibilité “expressive” en plus de tous les autres aspects de celle-ci.
Ce sermon est notablement marqué (à l’instardes sermons et des textes du Prophète (P) et de l’Imam Ali (p)) par l’omniprésence de l’image et de l’harmonie, lesquelles ne sont jamais absentes presque de tous les textes des Infaillibles, et sous toutes leurs formes :
sermons, lettres, hadiths etc. tout comme la solide structure architecturale qui se traduit par une cohésion organique entre les différentes parties et leur développement et leur
enchevêtrement avec les éléments harmoniques et imagiers avec tout ce qui les accompagne d’outils de symétrie, d’identification, de narration, de dialogue, de répétition etc..

À lire aussi :La magnifique naissance de la plus grande dame du Paradis Fatimah al-Zahra (a.s.)

Examinons maintenant le commencement de ce sermon :
(1)
(Louanges à Allah pour Ses bienfaits)
لْحَمْدُ ﷲِ عَلى ماأنْعَمَا، Alhamdu lillâhi ‘alâ mâan‘ama
(Remerciements à Lui pour ce qu’Il nous a inspiré– de connaissance)
وَلَھُالشُّ كْرُ على ما أَلْھَمَ، Wa lahu-ch-chukru ‘alâ mâalhama
(louanges redoublées à Lui pour ce qu’Il nous a offert avant même de l’avoir mérité)
وَالثَّ ناءُ بِما قَدَّ مَ، Wa-th-thanâ’u bi-mâqaddama
(2)
De tous les bienfaits dont Il a commencé à nous faire grâce
مِنْ عُمومِ نِعَمٍ ابْتَدَأھا، Min ‘umûmi ni‘amin  ibta d’ahâ
Pour la plénitude des bienfaits redoublés qu’il nous accordée
وَسُبُوغ آلاءٍ أسْداھا، Wa subûghi âlâ’in asdâhâ
Et pour l’intégralité des grâces qu’il n’a cessé de nous offrir
وَتَمامِ مِنَنٍ والاھا، Wa tamâmi minanin wâlâhâ
(3)
(bienfaits) dont le nombre infini ne saurait être décompté
جَمَّ عَنِ الإحْصاءِ عدَدُھا، jamma ‘an-il-ihçâ’i ‘adaduhâ
Et dont l’infinité échappe à toute possibilité de compensation
وَنأى عَنِ الْجَزاءِ أَمَدُھا Wa na’â ‘an al-jazâ’i amaduhâ
Et dont l’éternité dépasse la perception (ou l’entendement)
وَتَفاوَتَ عَنِ الإِْدْراكِ أَبَدُھا، Wa tafâwata ‘an al-idrâki abadahâ
(4)
Et Allah les (Ses serviteurs) a incité à L’en remercier pour qu’Il continue à les (Ses grâces)
leur prodiguer infiniment
وَنَدَبَھُمْ لاِسْتِزادَتِھا بالشُّ كْرِ لاِتِّ صالِھا،
Wa nadabahum li-stizâdatihâ bi-ch-chukri li-t-tiçâlihâ
Et Il a demandé aux créatures de Le louer pour qu’Il les (Ses grâces) augmente
وَاسْتَحْمَدَ إلَى الْخَلایِقِ بِإجْزالِھا،
Wa-s-tahmada ilâ-l-khalâ’iqi bi-ijzâ’ihâ
Et Il les a poussé à obtenir autant de grâces dans l’au-delà (2)
وَثَنى بِالنُدْبِ اِلى أمْثالِھا Wathanâ bi-n-nudbi ilâ amthâlihâ
Cette première partie de l’exorde est consacrée à la présentation des louanges d’Allah, et sera suivie par une seconde partie qui présente les Deux Attestations de Foi. Par la suite nous aurons affaire aux autres parties qui incarnent le sujet central du sermon…

La première chose qu’on pourrait remarquer dans cette partie est sans doute la structure rythmique du texte qui comporte quatre segments dont chacun renferme trois unités linguistiques et chacune de ces unités est marquée par une rime commune différente des autres.

Naturellement, l’esthétique de cette ordonnancement rythmique (l’unité et la variation)
ne se limite pas au son, mais s’harmonise avec la signification aussi, comme on peut le remarquer dans notre lecture du texte.
À Suivre …
Notes :
1- Les Deux Attestation de Foi” / al- Chahâdatayn : ach – haduan lâ ilâha illâllâh, wahdahu lâ charîka lahu, wa ach-hadu anna Muhammadan‘ abduhu wa rasûluhu = (J’atteste qu’il
n’y a de Dieu qu’Allah, et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son Messager
2- Ou selon une autre interprétation : Il leur a demandé d’obtenir encore de meilleures grâces.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here