PARTAGER
fr.shafaqna - La valeur de la femme en Islam
Les étudiantes marocaines étudient la théologie islamique à Rabat. (AFP / Getty Images)

SHAFAQNA – Dans l’optique de l’Islam, l’homme et la femme doivent suivre un objectif commun qui n’est autre que franchir le sommet de la perfection humaine. Pour arriver à cet objectif, ils jouissent des mêmes capacités et potentiels. La différence du sexe qui est une nécessité de la création, ne joue aucun rôle dans l’apparition ou le développement de cette aptitude et de cette capacité.

À lire aussi: Le rang et la place de la femme en Islam

Elle n’intervient pas non plus dans l’évaluation religieuse. En conséquence, la perfection de la femme ne consiste pas à avoir le même rang que celui de l’homme. Et de son côté, se déclarer le sexe fort n’est pas un argument pour l’homme de se montrer fier.

Du point de vue de l’Islam:

1- la femme est le symbole de la beauté, de la délicatesse et de l’apaisement.

2- la femme est la source de l’apaisement pour l’homme et celui-ci est le point d’appui et le responsable et le tuteur de la femme.

3- le rapprochement de Dieu, le bénéfice des actes pieux et le parcours de la voie spirituelle ne sont pas le monopole d’un sexe particulier.

4- Les différences entre l’homme et la femme dans les prescriptions, ne puisent pas leurs sources dans l’injustice ou encore dans les idées patriarcales. Elles relèvent de la responsabilité supplémentaire de l’homme et de ses devoirs non moins grands à l’égard de la famille et de la société.(1)

Trois hadiths choisis pour exprimer la valeur des femmes

Imām al-Sādiq (as) a dit: “Les fils sont des bontés et les filles sont des récompenses, (signifiant qu’ayant des filles est un acte d’adoration qui sera récompensé.) Et Allah demande au sujet des bontés et des gratifications pour les récompenses.” (2)

À lire aussi: La femme dans le Coran

Le Prophète (s.a.) a dit: “Celui qui va au marché et achète un cadeau et l’apporte à sa famille est comme quelqu’un qui porte la charité à un groupe dans le besoin. Il devrait commencer avec les femelles avant les mâles, parce que celui qui rend une femme heureuse est comme s’il avait libéré un esclave parmi la progéniture d’Ismā’il. Celui qui réconforte son fils est comme s’il avait pleuré par crainte d’Allah, et celui qui pleure par crainte d’Allah, Il le fera entrer dans le paradis bienheureux. “(3)

Kashf al-Ghummah, racontant de Ayyub ibn Nuh qui a dit: “Yahyā ibn Zachariah [sa femme] attendait un enfant, ainsi il lui a écrit [c.-à-d. Imām al-Hādi] (as), en disant: “Je m’attends à un nouveau-né, alors s’il vous plaît implorez Allah de m’accorder un fils.” Il [l’Imām] (as) lui a écrit: “Plusieurs fois c’est un sa fille vaut mieux qu’un fils! “Et une fille lui est née.” (4)


les références

  1. http://www.islamquest.net/fr/archive/question/fa1825
  2. al-Kāfi, vol.6, 7, 12, racontant d’Ahmad bin al-Fadl.
  3. Thawāb al-A’māl, p.239. 1, al-Amāli, par al-Saduq, page 672, h 904. Tous les deux racontant d’Ibn ‘Abbās.
  4. Kashf al-Ghummah, volume 3, page 175. Bihār al-Anwār, volume 50, page 177.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here