La startup «The Digital Sisterhood», une plateforme qui rassemble des musulmanes de couleur

by Pey Bahman Z
startup , The Digital Sisterhood, musulmanes de couleur

SHAFAQNA – La startup « The Digital Sisterhood » lancée en 2020, a créé une plateforme qui rassemble des musulmanes de couleur qui offrent leurs expériences aux autres sœurs. « The Digital Sisterhood » exprime leurs enjeux spirituels et artistiques, en se concentrant sur la beauté de l’Islam, et en permettant des relations entre musulmanes noires.

« The Star », dans son reportage sur « Digital Sisterhood », écrit : « Lorsque Cadar Mohammad, une femme musulmane noire de 28 ans de Toronto, s’est rendu à Vancouver, il y a deux ans, elle a été traités comme une étrangère. Les gens voyant son hijab, pensaient qu’elle était arabe, alors qu’elle était canadienne ».

بانوان عضو The Digital Sisterhood در ملاقات‌های خود با یکدیگر بیشتر آنشا می‌شوند

Cette expérience, le meurtre de George Floyd et le conflit israélo-palestinien ont conduit Cadar à lancer « The Digital Sisterhood » qui est un lieu d’expression artistique, de rencontres virtuelles et de récit de leurs histoires et expériences précieuses de la vie.

La plateforme est dirigée par une équipe de 9 femmes noires musulmanes de professions différentes, écrivains, graphistes, développeuses Web, propriétaires de petites entreprises et cinéastes des villes de Toronto et d’Ottawa au Canada, de Minneapolis aux États-Unis et de Djeddah en Arabie saoudite.

Muna Sckeomar, cinéaste de 25 ans de Minneapolis, s’est connectée à Cadar Mohammad en janvier 2021 via Instagram.

Sckeomar a déclaré : « Il y a beaucoup de frustration et d’injustice, dans la vie des Noirs et des musulmans… J’avais l’impression d’étouffer à cause de ce qui est arrivé à George Floyd, c’était une expérience vivante du racisme continu que les gens ont… Cette personne a été littéralement étouffée parce que sa vie n’avait de valeur pour personne. Je me suis dit, je suis noire et musulmane ».

گروهی از بانوان عضو The Digital Sisterhood در کانادا

Sckeomar est PDG de « Beautiful Light Studios », la société qui produit le podcast « The Digital Sisterhood », lancé en avril 2021, qui est entendu notamment au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

À lire aussi: Les femmes musulmanes noires face à une double discrimination au Canada

Chaque programme commence par le « Salam » en arabe, coutumier aux musulmans : « Assalam Alaikum wa Rahmatullah wa Barakatoh », qui se traduit approximativement par « Paix sur vous, et que la miséricorde et les bénédictions de Dieu vous accompagnent », ensuite, Cadar présente son invitée.

بانوان رنگین‌پوست کانادایی در یکی از رویدادهای حضوری

Cadar a raconté sa première expérience de port d’un hijab et d’une abaya, qui couvre tout le corps à l’exception du visage, des mains et des pieds, lors d’un voyage à Dubaï, après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, et a déclaré dans cet épisode, qu’elle se sentait à l’aise dans la robe, comme si elle l’avait portée toute sa vie : « Avec le recul, j’ai compris que mon problème n’était pas l’hijab mais la peur de ce que les autres penseraient », a-t-elle dit.

Cadar a également récemment commencé à porter un foulard et a déclaré à « The Star » qu’elle avait remarqué des changements dans la façon dont les gens la percevaient. Elle a reçu des commentaires désobligeants de la part d’inconnus, principalement des hommes, à propos de son choix !  D’autres commentateurs lui ont conseillé de faire attention à sa sécurité en public. Vivre dans la peur est quelque chose que de nombreux musulmans canadiens ont évoqué et dont ils ont parlé publiquement, dans les semaines qui ont suivi l’attaque meurtrière de Londres contre une famille musulmane.

The Digital Sisterhood، پادکست زنان مسلمان برای برای زنان مسلمان

« The Digital Sisterhood » a commencé avec l’investissement des membres de l’équipe. Cette startup qui prévoyait un revenu de 5 000 dollars, a reçu 10 408 dollars. L’équipe prévoit d’utiliser l’argent pour couvrir des dépenses telles que la location d’un studio à Toronto, pour enregistrer le podcast et la création de films avec des femmes musulmanes noires, une étude récente de l’Université de Californie du Sud ayant déclaré que parmi les 200 meilleurs films de 2017 à 2019, un seul mettait en vedette une femme musulmane dans le rôle principal.

Son objectif principal est de présenter au monde des histoires de femmes musulmanes du monde entier, en particulier des femmes musulmanes noires.

« Si une seule fille musulmane se sent moins seule en écoutant nos podcasts, nous avons rempli notre mission », a-t-elle dit.

Source: IQNA

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.