PARTAGER
fr.shafaqna - La prescription de l'islam au sujet des relations entre la fille et le garçon

SHAFAQNA – Du point de vue de l’islam, la femme et l’homme sont deux êtres qui se complémentarisent et Dieu clément, les a créés, l’un pour l’autre. Le noble coran dit : ” Parmi Ses signes est d’avoir créé, de vous, pour vous, des femmes, afin que près d’elles, vous trouviez l’apaisement; Il a établi entre vous l’affection et la bonté. En cela, il y a des signes pour ceux qui réfléchissent”. [1]

L’Islam a défini le cadre du mariage ( permanant et provisoire) pour satisfaire les besoins de la femme et de l’homme. Donc, toute sorte de relation sexuelle ( paroles amoureuses, toucher, caresser et …) doit se faire après le mariage. Même, la fille et le garçon qui sont fiancés et envisagent de se marier dans un proche avenir, ne peuvent pas établir un rapport sexuel, même s’il s’agit d’engager des conversations amoureuses ou de se serrer les mains.

À lire aussi : Quels sont les critères de sélection d’un époux pour une vie permanente?

En tout état de cause, l’islam recommande que les besoins sexuels entre la femme et l’homme soient satisfaits, obligatoirement, dans le cadre de la Charia. Le mariage temporaire est l’une des solutions, mais, il a ses conditions qui devront être remplies et respectées. L’une de ces conditions est l’autorisation des parents.[2]

Les sources d’imitation actuelles sont, majoritairement, d’avis que le mariage ( permanant ou provisoire) avec une fille vierge est conditionné à l’autorisation de son père et si le père est décédé, à celle de son ancêtre paternel. [3] Mais, si la fille n’est pas vierge, ou en cas d’absence de père ou d’ancêtre paternel, il n’est pas nécessaire d’avoir l’autorisation. [4]

Mais, si l’on veut avoir, purement, un rapport ordinaire avec le sexe opposé, est-ce cela est autorisé ou pas ?

Nous allons nous occuper de cette question, en nous référant aux réponses fournies par des grandes sources d’imitations à certaines questions religieuses.

Question 1 : S’agissant de la conversation entre une femme et un homme qui sont étrangers l’un à l’autre, y a-t-il une différence entre la conversation directe et la conversation par correspondance ?

Réponse de toutes les sources d’imitation : Non ! Il n’y a aucune différence en matière de prescription, et dans les deux cas, si une telle conversation se fait avec l’intention du plaisir charnel ou s’il y la peur et la crainte d’être tombé dans le péché, est interdite et non autorisée. [5]

À lire aussi : La valeur de la femme en Islam

Question 2 : Chatter avec le sexe opposé est-il permis ?

Réponse de toutes les sources d’imitation : Il n’est pas autorisé, s’il y a la crainte d’être basculé dans les péchés. [6]

Question 3 : Est-il permis et autorisé qu’un homme salue une femme qui lui est étrangère ou une femme salue un homme qui lui est étranger ?

Réponse de toutes les sources d’imitation : Il n’y pas de inconvénient, si cela se fait sans intention charnelle et sans crainte d’être poussé à l’interdit. [7]

Question 4 : Est-il permis de se plaisanter avec l’étranger (ère) ?

Réponse de toutes les sources d’imitation : Il n’est pas autorisé, s’il y en a, l’intention du plaisir ( sexuel) ou la crainte de se basculer dans le péché ? [8]

À lire aussi : La femme dans le Coran

Question 5 : Est-ce qu’il y a un inconvénient en ce qui concerne le rapport amical entre une fille et un garçon au moment de la coopération ou de la réception ? [9]

Réponse de toutes les sources d’imitation : Est-il permis de parler, via e-mail, à un individu étranger au sujet des questions charnelles ?

Réponse de toutes les sources d’imitation : Il n’est pas permis de lancer des questions qui conduisent au vice et favorisent la corruption. [10]

De l’ensemble de ce qu’on vient de dire, on conclut que toute relation entre une fille et un garçon, avant le mariage, que ce soit directe ou indirecte, n’est pas permise et autorisée, si elle se noue pour le plaisir ( sexuel) ou s’il y a la crainte de tomber dans le péché du fait de l’établissent d’une telle relation, tandis que les rapports professionnels, scientifiques et scolaires sont permis, s’ils n’aboutissent pas au péché et à la corruption et s’ils les principes de la Charia y sont respectés. [11]


  1. Le verset 21 de la sainte sourate 30 ” Les Byzantins” du noble coran. 
  2. Tozihol Massael des sources d’imitation, t.2, PP 449-460, Tahrir ol-Wassileh, t.2, pp 701-707 et aussi, pp 734-736.
  3. Cette condition posée veut dire que le mariage de la fille vièrge est interdit et invalide sans l’autorisation du père.
  4. Pour plus d’information, R.F : 627, 667, 717, 767, 754.
  5. Imam, Estefta’at, t.3 (avis), question 52, Behjat, Tozihol Massael, 1936, Makarem, Estefta’at, t. 1, question 819, Tabrizi, Estefta’at, 1622, Safi, Jam’a al-Ahkam, t.2, p. 1673, Nouri, Estefta’at, t. 2, question 656, Fazel, Jam’a al-Massael, t. 1, 1718, Khamenei, Ojoubat al-Estefta’at, question 1145, Orvat ol-Vosgha, t. 2, Al-Neka, question 3. Sitstani, site Internet, sistani.org, questions 19 et 20, et bureau de Vahid Khorassani.
  6. Sistani, site Internet : sistani.org. Tabrizi, site Internet : tabrizi.org. Le bureau de toutes les sources d’imitation
  7. Orvat ol-Vosgha, t. 2, al-Nekah, questions 39 et 41.
  8. Idem, questions 31 et 39, Fazel, Jam’a al-Massael, t. 1, question 1720, et Khamenei, Estefta’, question 782.
  9. Khamenei, Estefta’, questions 779 et 651. Et le bureau de toutes les sources ‘imitation. 
  10. Imam, Estefta’at, t. 3, questions diverses, question 127; le bureau de toutes les sources d’imitation.
  11. Retiré du projet de thèse d’un étudiant, registre 16, pp. 191-195.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here