PARTAGER
Japon, touristes musulmans

SHAFAQNA – IQNA: Participaient à cette conférence virtuelle, l’Hodjat-ol-islam Hamid Shahriari secrétaire général de l’Association mondiale pour le rapprochement des écoles islamiques, Abdul Hamid, président du Conseil de l’Organisation de la coopération islamique, le professeur Mohammad Noor Monuti, professeur à l’Université de Malaisie, le cheikh Abdul Ghani Shamsuddin, secrétaire général de l’Association asiatique des oulémas de Malaisie, et Tat Switchi Savada, intellectuel musulman japonais.

Abul-Mahdi Anwari, érudit islamique des Philippines, Zulfiqar Abatas, secrétaire général de la Commission musulmane des Philippines, Zuhair Sarawi, penseur et traducteur du Coran d’Indonésie, Kashmir Malaysia Youth, vice-président de l’Association islamique de Chine, Aref Abdullah Segran, secrétaire général de l’Association islamique du Timor oriental et le professeur Jaran Malolim, professeur à l’Université de Bangkok en Thaïlande, étaient les autres participants de ce webinaire.

« De nombreuses mosquées au Japon organisent des cours en ligne depuis l’épidémie de coronavirus, et nous avons suivi les protocoles de santé pour empêcher la propagation du virus dans nos sites religieux. Le nombre des musulmans au Japon, est très élevé et le Japon a pour politique, d’accueillir davantage de touristes musulmans », a déclaré Tat Suichi Savada.

À lire aussi: Le Japon étend le tapis rouge aux touristes musulmans

Le professeur Mohammad Noor Monuti, professeur à l’Université de Malaisie, a évoqué le thème de l’unité islamique et a déclaré : « Nous devons d’abord résoudre les problèmes moins importants des musulmans et régler ensuite les problèmes principaux et plus vastes. Malala Yousafzai s’est battue pour le droit à l’éducation des Pakistanaises et a été victime d’une tentative d’assassinat où elle a été grièvement blessée. Nous devons surmonter les problèmes auxquels le monde islamique est confronté, avec unité, et ne pas permettre aux ennemis d’infiltrer les musulmans et de les diviser ».

Aref Abdullah Segran, secrétaire général de l’Association islamique du Timor oriental, a présenté un rapport et a déclaré : « Bien que 90% des habitants de ce pays ne soient pas musulmans, la situation des mosquées et des centres religieux s’améliore de jour en jour. Ces progrès peuvent conduire à une plus grande amitié et unité parmi les musulmans. La question la plus importante aujourd’hui, dans le monde islamique, est la formation des jeunes et leur participation au règlement des problèmes actuels du monde de l’islam, qui est dans l’intérêt de tous les musulmans ».

A l’issue de ce webinaire international, le secrétaire général de l’Association mondiale pour le rapprochement des religions islamiques a remercié les participants et les organisateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here