PARTAGER

SHAFAQNA – Al Kafeel : La Haute autorité religieuse a mis en garde contre la propagation de la drogue chez les jeunes hommes et femmes, la décrivant comme l’un des problèmes sociaux les plus graves à l’heure actuelle si elle ne dispose pas des traitements appropriés, car ce phénomène détruit le potentiel humain de la société. Et il a appelé les parties concernées à limiter et à encercler ce phénomène, qui aurait de graves conséquences sur le développement de la société.

Tels étaient les points importants énoncés dans le deuxième sermon de la prière du vendredi du 1er Dhu al-Qi’dah 1440 AH, correspondant au 5 juillet 2019, qui se tenait dans le sanctuaire sacré de l’Imam al-Hussein (la paix soit sur lui) ) et dirigé par son éminence cheikh Abd al-Mahdi al-Karbala’i, dans laquelle il a déclaré:

Chers frères et sœurs, nous signalons dans le deuxième sermon un phénomène considéré comme l’un des problèmes sociaux graves à l’heure actuelle s’il n’est pas correctement traité, car il agit sur la destruction des capacités humaines dans la société, à savoir: phénomène de propagation de la drogue dans certains segments sociaux, ce qui est inquiétant, surtout qu’il touche principalement les jeunes, filles et garçons. Ce segment social est très important dans la construction du présent et de l’avenir de cette société et de ce pays.

En fait, ce qui est inquiétant, c’est la prolifération de drogues parmi les jeunes qui forment une couche sociale très importante, les drogues épuiseront le potentiel des jeunes, en particulier parce que les drogues sont maintenant promues de manière sournoise et trompeuse pour une utilisation non indiquée en persuadant les jeunes. que ces médicaments peuvent traiter la dépression et l’anxiété.

Et malheureusement, il n’existe aucun moyen de sensibiliser la population pour aider à éviter la consommation de drogue. En particulier, les responsables concernés ont souligné la prolifération de ce phénomène chez les jeunes en particulier. protéger ces jeunes de tomber dans les dangers de ce phénomène.

Et nous tenons à souligner la nécessité pour les autorités concernées et les organismes sociaux de trouver des solutions à ce problème pour enrayer sa prolifération. Et nous notons ici certaines des étapes requises dans ce domaine.

Premièrement: nous avons besoin d’une force de dissuasion légale et punitive pour limiter la propagation rapide de ce phénomène, car il s’agit d’un crime grave. Les autorités concernées doivent légiférer pour que les trafiquants de drogue, en tant que force dissuasive, soient punis sévèrement par une loi.

Certains de ceux qui vendent de la drogue ont des relations avec des personnalités influentes de l’État, qui peuvent ainsi échapper rapidement aux sanctions prévues par la loi. Par conséquent, la loi doit être stricte pour que nous puissions traiter ce phénomène.

À lire aussi : L’autorité religieuse suprême : Notre responsabilité est de protéger l’Iraq contre des cultures hybrides

Cette loi doit également comporter une sanction dissuasive pour les toxicomanes, afin qu’ils ne bénéficient pas de l’amnistie répétée.

Deuxièmement: il est crucial de combler le vide des jeunes en les engageant dans des programmes divertissants et auto-améliorant. En particulier, de nombreux jeunes souffrent du chômage ou de problèmes émotionnels et sociaux. Ils ne trouvent donc pas la drogue comme refuge.

Nous avons également appelé à plusieurs reprises à offrir aux jeunes des emplois en revitalisant les secteurs privé, industriel et agricole et les centres de jeunesse.

Troisièmement: Le traitement le plus important qui nous concerne tous est le besoin de sensibilisation de la communauté et d’attention suffisante pour faire face à de tels phénomènes. Nous appelons donc les familles, les écoles, les médias et le gouvernement à s’attaquer à ce phénomène, qui constitue un problème de société grandissant à tous les niveaux, car nous avons perdu l’équilibre de notre attention et pris en charge les problèmes et les défis que nous rencontrons. à travers. Nous sommes davantage préoccupés par les problèmes et les défis politiques, mais l’aspect éthique et éducatif et les valeurs de la société sont oubliés, c’est ce qu’il faut prendre en compte dans la gestion des autres domaines universitaires.

Je voudrais également reprocher à certains médias d’avoir enfreint la réglementation des médias en informant les gens de leur idéologie et de leurs idées, en appelant tous les médias à être professionnels et en compensant ce manque de discipline en diffusant de bonnes idées et méthodes à la communauté et aux jeunes en particulier. . Nous avons besoin des médias pour encourager les jeunes à utiliser leurs énergies et leurs compétences dans ce domaine.

Nous mettons également en garde contre le phénomène de propagation de centres immoraux, en particulier à Bagdad, parce que ces centres se donnent des noms sociaux en matière de santé, d’amélioration de soi et de divertissement, mais qu’en réalité, ils encapsulent leurs activités pour que leur nom soit accepté socialement.

Certaines des institutions concernées de l’Etat doivent être conscientes de la nécessité de surveiller de tels centres, car de tels lieux constituent une menace pour la société.

Nous demandons à Allah Tout-Puissant de nous protéger de la corruption de notre société et de notre nation. Et, la dernière de nos prières est; Louange à Allah, Seigneur des mondes, et Prières et la paix d’Allah soient sur Mohammad et sa lignée pure et vertueuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here