La France ferme un centre social qui embauche des femmes voilées

by Pey Bahman Z
France, femmes voilées

SHAFAQNA – Suite aux gestes islamophobes en France, la mairie de Tourcoing, dirigée par le parti du président Macron, a coupé les subventions à la MJC, un centre social et ses 40 salariés. Le seul crime de ce centre : avoir embauché les femmes musulmanes voilées.

La mairie de Tourcoing, dirigée autrefois par Gérald Darmanin actuel ministre français de l’Intérieur, est toujours connue pour ses gestes islamophobes. Cette municipalité est sous contrôle du parti politique LREM (La République en marche) du président Macron.

Les maisons des jeunes et de la culture, appellation généralement abrégée en MJC, sont des structures associatives. Elles ont pour objectif la responsabilisation et l’autonomie des jeunes citoyens.

Le centre MJC (Maison des jeunes et de la culture) de Tourcoing (une ville de 100 000 habitants située au nord de la France) fait partie des rares centres à accueillir des enfants porteurs de handicap. La Maison organise aussi un centre de loisirs, des clubs de sport et d’art, des festivals culturels, des ateliers d’aide aux riverains de tout âge et un centre de trocs.

À lire aussi: La décision finale de la Cour européenne de justice sur l’hijab sur le lieu de travail

La mairie de Tourcoing, la Caisse d’allocations familiales (Caf) et la préfecture ont pris la décision brutale de couper les subventions, soit plus de 80 % des ressources de la MJC. Ce qui met en péril imminent l’existence de La Maison.

Cette censure imposée contre le centre social de Tourcoing, est en rapport avec le port du voile islamique par certaines employées de la MJC.

Selon Street Press, dans une réunion à la préfecture le 3 octobre dernier, la maire de Tourcoing, Doriane Bécue, avait critiqué les salariées voilées employées par la structure, sous prétexte d’un souci de laïcité. « Elle voudrait qu’elles enlèvent leur voile », clarifie Éric Mouveaux, le directeur de La Maison qui ajoute : « Mais nous sommes une association régie par le droit privé. Ça serait même discriminatoire de demander à une femme voilée de retirer son voile. »

Les « restrictions à la liberté du salarié de manifester ses convictions religieuses », doivent être « justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché ». « J’ai déjà demandé à nos animatrices de changer de tenue si ça n’était pas adapté à l’animation. Mais je ne vois pas en quoi un voile n’est pas adapté. », explique Aïcha Benaziez, la vice-présidente de la MJC.

Source: IRNA

www.shafaqna.com

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.