PARTAGER

SHAFAQNA – IQNA : Selon arabnews, la Cour suprême a décidé jeudi 24 que chaque école avait le droit de déterminer son propre code vestimentaire, annulant un jugement de 2016 autorisant les élèves musulmanes à porter le hijab dans des écoles non musulmanes, et ordonnant au gouvernement de définir des directives.

Les groupes de défense des droits de l’homme craignent que certaines écoles ne choisissent d’imposer l’interdiction, qui concerne à la fois le hijab et le pantalon blanc souvent porté par les écolières musulmanes sous leurs jupes.

À lire aussi : Clip : Hijab

«Je pense qu’il existe un fort sentiment de tolérance dans la plupart des écoles, publiques et privées, au Kenya. Mais il est possible que certaines écoles appliquent une interdiction », a déclaré Demas Kiprono, responsable des campagnes à Amnesty International au Kenya.

«Si cela se produit, cela peut affecter la scolarisation des filles musulmanes. La tenue religieuse est une question importante pour certaines communautés musulmanes, de sorte que cette interdiction peut amener les familles à retirer leurs filles de l’école, où les filles peuvent ne pas se sentir à l’aise. ”

Les musulmans représentent environ 10% des 44 millions d’habitants du Kenya, tandis que les chrétiens représentent près de 85% de la population, selon les dernières données de recensement disponibles.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here