PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Alors que Pékin rééduque ses musulmans ouïghours à coups de matraques dans des centres dits « de formation professionnelle », les autres religions sont également dans le collimateur du pouvoir. Si le régime chinois fait tout pour invisibiliser les musulmans, comme les Hui, il n’hésite pas non plus à s’en prendre au christianisme et au bouddhisme. En septembre dernier, Pékin a publié des textes visant à serrer la vis contre les pratiques religieuses non reconnues par l’Etat.

Le dimanche 9 , la police chinoise a d’ailleurs arrêté plus de cent membres d’une des principales communautés protestantes du pays. Une communauté jugée clandestines et fondée par le pasteur Wang Yi. L’Eglise de l’alliance de la pluie d’automne est accusée d’être hostile au régime. C’est le cas de toutes les religions qui ne seraient pas supervisées par le Parti communiste chinois. Le pays espère bien museler les 30 millions de protestants qui pratiquent leur religion dans des organisations non reconnues par le PCC.

À lire aussi : Pékin rejette les “rumeurs” sur l’internement des musulmans

Le pasteur Wang Yi avait lancé, à la fin de l’été dernier, une pétition pour prévenir la répression qui touche sa communauté et les autres religions non reconnues par la Chine. Opposant à la « théocratie » chinoise, qui est selon lui « moralement incompatible avec la foi chrétienne », il estime avoir « la responsabilité de dire à Xi Jinping qu’il est un pécheur » et estime que le « gouvernement qu’il dirige a grandement péché contre Dieu en persécutant l’Eglise du Seigneur Jésus Christ. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here