Interview : Conséquences de la guerre d’Ukraine sur le Moyen-Orient

by egolabi
Moyen-Orient, Ukraine, Russie

SHAFAQNA- Un chercheur en affaires internationales a fait remarquer les conséquences de la guerre d’Ukraine sur les développements au Moyen-Orient : « L’Ukraine et la Russie fournissent environ 30 % du blé et des céréales du monde. Ainsi, sur le plan économique, en raison des besoins urgents des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord en matière d’importations alimentaires, en particulier le blé, l’oléagineux et les aliments pour le bétail et la volaille, la guerre en Ukraine a directement affecté les moyens de subsistance des habitants de la région, par conséquent, elle a causé une crise alimentaire et réduit le pouvoir d’achat des gens. Cette crise, si elle n’est pas gérée correctement, pourrait entraîner des troubles sociaux en Asie occidentale et accroître le mécontentement de la population ».

Madame le Dr Azam Mollai, dans une interview avec le journaliste de Shafaqna, a déclaré: «Cela deviendra plus grave, si l’on considère le fait que la guerre d’Ukraine a commencé à un moment où les pays d’Asie occidentale venaient de traverser des vagues successives et dévastatrices de la pandémie de Coronavirus, donc leurs économies sont fragiles, et les entreprises sont touchées et en crise. Cela a abaissé le seuil de tolérance des gens et les a rendus extrêmement vulnérables aux nouvelles pressions de la vie. Par conséquent, il semble que la guerre en Ukraine a et aura de graves effets économiques et politiques sur les pays d’Asie occidentale.»

À lire aussi : Expert en affaires internationales : « Poutine a perdu le contrôle de la guerre en Ukraine »

Elle a ajouté que l’approche des pays du Moyen-Orient face à la crise ukrainienne montre clairement le pragmatisme et la recherche du profit. Selon cette logique, chacun des pays de la région poursuit ses intérêts dans cette crise. Et puisque ces intérêts ne se ressemblent pas, ils n’ont aucun potentiel de convergence. La République Islamique d’Iran cherche à persuader la Russie de fournir davantage de soutien à l’Iran dans le cadre du Plan d’action global conjoint, et également de renforcer la politique de « Regarder vers l’Est ». Et à cause de l’approche hostile des États-Unis et de la trahison des pays européens dans le cas du JCPOA, l’Iran n’a aucune motivation pour les soutenir sur le plan énergétique.

La Turquie cherche à raviver son rôle de leadership régional et tente d’encourager l’Europe à accepter la Turquie dans l’UE, et de persuader les États-Unis de lui donner plus de rôles régionaux en montrant sa position stratégique pendant la crise, tout en profitant de la Russie dans les conflits régionaux.

Les pays arabes du Golfe Persique, à travers la politique semi-neutre, essaient de donner le message que l’Occident a besoin des Arabes du Golfe Persique et ne doit pas jouer avec leurs objectifs et leurs intérêts. Parce qu’ils sont toujours mécontents de la stratégie de sécurité nationale du président Biden consistant à réduire leur présence et leurs engagements au Moyen-Orient et dans le Golfe Persique, les laissant seuls avec l’Iran et essayant de retourner au JCPOA.

 

Ce texte est traduit par Shafaqna Français

Version Anglaise

Version Persane

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.