PARTAGER
connaissance de l’Imam Mahdi connaître l’Imam Mahdi Imam al-Mahdï Imâm Mahdî L’absence de l’imam al-Mahdi L’Occultation l’Occultation majeure la découverte de l’islam chiite Le Mahdi Naissance de l’Imam Mahdi Occultation mineure quatre Représentants réapparition de l’Imam Mahdi Tawqi’ de l’Imam al-Mahdi Abu al-Qâsim al-Husayn b. Rûh an-Nawbakhtî ابوالقاسم حسین بن روح النوبختي

SHAFAQNA – Le 18 du mois de Sha’ban est l’anniversaire de la mort de Husayn b. Rûh an-Nawbakhtî. A cette occasion, SHAFAQNA présente une biographie de ce noble compagnon de l’Imam al-Mahdi (aj).

via WikiShia : Abu al-Qâsim al-Husayn b. Rûh an-Nawbakhtî (en arabe : ابوالقاسم حسین بن روح النوبختي) (M. 326/938) était le troisième représentant spécial (na’ib khas) de l’Imam al-Mahdi (a). Il était l’une des personnes les plus fiables et les plus proches de Muhammad b. ‘Uthmân (le deuxième représentant de l’Imam al-Mahdi (a)). Muhammad b. ‘Uthmân, sur l’ordre de l’Imam al-Mahdi (a), a présenté al-Husayn b. Rûh comme son propre représentant, dans les derniers jours de sa vie, les chiites lui ont donc remis les biens. Il était le représentant spécial de l’Imam, pendant 21 ans.

 

Naissance

La date de sa naissance n’est pas connue. Sa connaissance avec le dialecte persan du village d’Âbih (à côté de Saveh) et sa relation étroite avec les gens de ce village, renforcent cette possibilité qu’il venait de la ville Qom, comme on l’appelait « al-Qummi » (attribué à la ville Qom) dans certains livres; mais selon la plupart des références, il s’appelait « an-Nawbakhtî ». Il s’ appelait aussi « Rûhî » (en arabe : روحي).

Dissimulation

Après avoir été nommé au député de l’Imam al-Mahdi (a), al-Husayn b. Rûh a dû se cacher. Peu de temps après, il a été arrêté. Il n’y a pas de nouvelles après son arrestation, et la date exacte n’est pas indiquée — c’était probablement de 306/918 à 311/923, quand Hâmid b. al-‘Abbâs était le vizir. On ne sait pas combien de temps, il s’est caché. Pendant ce temps, selon Cheikh at-Tûsî, ash-Shalmaghânî a été mis en contact avec le peuple, mais, il était plus tard enclin à croire à l’incarnation et à l’exagération, donc al-Husayn b. Rûh l’a renvoyé.

 

Provocation par ash-Shalmaghânî

La provocation par ash-Shalmaghanî — connue sous le nom d’Ibn Azaqir — était l’un des événements importants de cette époque. Il était le savant chiite à Bagdad et avait une relation étroite avec al-Husayn b. Rûh. Ce dernier a collaboré avec lui pour modifier son livre jurisprudentiel, connu sous le nom de at-Taklif.

Il convient de mentionner que lorsque al-Husayn b. Rûh n’était pas parmi les gens pendant des années, ash-Shalmaghânî qu’il avait nommé comme son représentant, a abusé de son pouvoir, c’est-à-dire, qu’il s’est d’abord présenté comme un Bâb au lieu d’al-Husayn b. Rûh, puis il a fait une fausse réclamation et s’est appelé comme prophète, et après comme divinité.

Quand on savait qu’il avait une idée déviante, al-Husayn b. Rûh voulait que les chiites rompent avec lui. L’Imam al-Mahdi (a) a écrit une lettre (tawqî’) en 312/924 et l’a maudit. Selon at-Tabrîsî, le public a été informé de la lettre en 317/929. Ash-Shalmaghanî a finalement été poursuivi par le commandement du calife en 322/934 ou 323/935.

 

Famille d’an-Nawbakhtî

La famille d’an-Nawbakhtî était parmi les familles nobles iraniennes. Ils étaient un des compagnons des califes abbassides, donc ils avaient une position politique, économique, intellectuelle et sociale. Cette bonne position leur a valu un rôle essentiel pour développer la pensée chiite et leur donner la protection.

Al-Husayn b. Rûh n’a toujours pas été nommé au député spécial de l’Imam al-Mahdi (a) au cours des dix premières années du gouvernement d’al-Muqtadir, par consequent, le système gouvernemental du calife abbasside l’a traité avec respect.

L’une des raisons de ce respect a été qu’il a gardé une prudence sur les affaires politiques et n’a impliqué aucune révolte de l’époque, y compris la révolte de Qarâmata (les Qarmates).

En outre, il a été attribué à la famille d’an-Nawbakhtîa qui a eu une influence profonde sur le système de gouvernance d’abbasside. Cette influence est restée jusqu’à l’époque du gouvernement d’al-Muqtadir. Le vizir d’al-Muqtadir était alors, Abu al-Hasan Ali b. Muhammad, qui était de la Famille de Furât (Âl Furât), connue dans l’histoire comme chiite.

D’après ce que Ibn Miskawayh (l’historien de l’histoire de l’islam) dit, on peut supposer que Ibn Furât, pendant la première période d’être le vizir, a poursuivi la politique d’attirer les personnages importants. Il n’est donc pas impossible qu’il a aidé al-Husayn b. Rûh à établir une relation étroite avec le système gouvernemental.

La fille de Muhammad b. ‘Uthmân (le second député de l’Imam (a)) a également témoigné que pendant cette période, al-Husayn b. Rûh recevait des biens d’al-Furât.

 

Position

Umm kulthûm, la fille de Muhamad b. ‘Uthmân, à travers un rapport, a expliqué le rôle clé d’ al-Husayn b. Rûh, au temps de son père et elle a dit qu’il avait une position idéale parmi les chiites. Il a pénétré dans le système de gouvernance, lorsque la Famille de Furât était ministre, et ils accordent la protection chiite, mais, quand Hâmid b. ‘Abbâs a pris position, a soutenu l’adversaire des chiites et a présenté al-Husayn b. Rûh un des problèmes.

Depuis 311/923 lorsque Hâmid b. ‘Abbâs a pris position jusqu’au 317/929, lorsque al-Husayn b. Rûh a été libéré, aucun rapport n’a été présenté. Nous savons seulement qu’il était en prison pendant cinq ans (312 / 924-317 / 929), après cela jusqu’à ce qu’il soit décédé en 320/932, il a occupé un poste élevé à Bagdad et il n’a pas été confronté aux problèmes, parce qu’une famille élargie d’an-Nawbakhtî a exercé une influence sur le système de gouvernance. Les opposants et les partisans ont confirmé qu’Abu al-Qâsim al-Husayn b. Rûh était la personne la plus sage et la plus sensible de son temps.

 

Emprisonnement

Al-Husayn b. Rûh an-Nawbakhtî a passé cinq ans de sa vie dans la prison d’al-Muqtadir (le calife abbasside) alors, qu’il était le représentant spécial de l’Imam al-Mahdi (a) (312 / 924-317 / 929). Dans les sources chiites, la raison n’est pas mentionnée, mais, selon les sources historiques, on peut mentionner ce qui suit :

  • Le refus d’al-Husayn b. Rûh de renvoyer les propriétés gouvernementales
  • Sa relation avec Qaramata (les Qarmates) qui régnaient à Bahrayn et le golfe Persique à cette époque.

Cependant, ce qui pourrait être acceptable comme raison de sa confiscation est : sa réputation du représentant de l’Imam (a), sa relation avec les chiites et son succès en les organiser et en recueillir des lettres et des dons et en les livrer à l’Imam (a). En raison de son appartenance à la famille noble et célèbre d’an-Nawbakhtî, après sa libération de la prison, il a occupé des postes importants dans la cour royale et personne ne le harcèlerait plus.

 

Décès

‘Abû l-Qâsim ‘al-Husayn b. Rûh al-Nawbakhtî est décédé à Sha’bân le 18, 329/23 mai 941. Le tombeau de cette grande figure se trouve dans la région de Nawbakhtîyya dans le marché d’Attaran (région de Shurja à Bagdad), qui est actuellement visité par les chiites.

 

Photos de sa tombe à Bagdad

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here