Histoire des activités caritatives depuis le Moyen Age en Suisse

by Pey Bahman Z
Suisse, musulmans

SHAFAQNA – IQNA: En Suisse, les œuvres caritatives ont émergé au Moyen Âge. Principalement enracinées dans le christianisme, elles ont été particulièrement actives dans la création d’hôpitaux, la collecte de dons et la prise en charge des orphelins.

Selon les statistiques de 2013, il existait environ 76000 associations et 12000 fondations caritatives en Suisse, en 2016, 13 075 fondations caritatives étaient enregistrées, et en 2015, 300 nouvelles associations caritatives ont été créées en Suisse. Il convient également de noter que le nombre de fondations supprimées par le registre du commerce, a augmenté au cours des dernières années, avec plus d’un millier de fondations depuis 2009.
Ces dernières années, les fondations caritatives en Suisse, ont évolué vers plus de flexibilité et de créativité, ont changé leur stratégie d’investissement et ont pu améliorer leurs revenus.
Selon les données disponibles en 2015, la Suisse n’a qu’une mosquée pour 1 528 musulmans. Les centres islamiques n’ont pas de programme spécial de collecte de fonds. La collecte de la zakat se fait à l’entrée de la mosquée où des affiches de versets coraniques et de hadiths montrent l’importance des actions bienveillantes. La plupart des musulmans déposent leurs dons directement, sur le compte bancaire de la mosquée.
سوئیس و خیریه‌هایی از زمان قرون وسطا
L’Association internationale des organisations de collecte de fonds a été créée en 1958, en tant qu’association internationale de surveillance des organismes de bienfaisance nationaux. L’association se compose de 18 organisations dans 18 pays, qui gèrent plus de 4 000 associations caritatives avec un revenu de 60 millions d’euros. Le but de l’association est de s’assurer que la collecte est organisée à des fins caritatives et se fait de manière satisfaisante, et que les fonds collectés sont correctement gérés. L’association a des normes et des lignes directrices que les organismes de bienfaisance sont tenus de suivre.
Parmi ces associations citons :
Le Centre international d’expertise de Genève, créé en 1996 par le gouvernement suisse et l’État de Genève, avec le soutien d’institutions locales et nationales (privées et publiques), qui est chargé de faciliter les activités des fondations caritatives. Le centre vise à faciliter l’implantation et l’intégration des responsables internationaux, des consulats, des organisations à but non lucratif et des sociétés multinationales.
سوئیس و خیریه‌هایی از زمان قرون وسطا

À lire aussi: ONU critique la hausse des discours de haine en Suisse

Le Centre de Genève des organisations internationales à but non lucratif, qui fonctionnait auparavant à Genève, est une organisation à but non lucratif supervisée par le président et le gouvernement de Genève.
L’Association des jeunes femmes chrétiennes, fondée en 1855, s’est rapidement répandue dans le monde entier. L’association est un mouvement mondial pour l’autonomisation, le leadership et les droits des femmes dans plus de 120 pays et 20 000 communautés locales. Les membres et sympathisantes de l’association sont des femmes de différentes religions, âges, croyances et cultures. Le programme 2035 de l’Association fixe un objectif clair pour la durabilité du mouvement afin d’atteindre le nombre de 100 millions de jeunes femmes et filles, pour la défense de la justice, l’égalité des sexes et un monde sans violence ni guerre, sous la direction des jeunes femmes chrétiennes.
La Fondation internationale pour le projet de santé pour tous et partout, a été fondée en 1958, et se consacre à fournir des solutions durables aux problèmes de santé avec une mission d’aide publique. Le projet « Hope » (espoir) propose actuellement une éducation médicale et sanitaire ainsi que des programmes d’aide humanitaire dans plus de 35 pays, des médicaments, des bénévoles et une formation médicale dans le monde entier. Les activités de la fondation comprennent le renforcement des systèmes de santé, l’aide humanitaire et les secours d’urgence, l’éducation pour prévenir les maladies infectieuses non transmissibles, les problèmes des femmes et des enfants, et les questions de santé.
سوئیس و خیریه‌هایی از زمان قرون وسطا
Dans la plupart des États, comme Genève, les dons des citoyens suisses aux œuvres caritatives étrangères sont soumis à l’impôt sur les dons et les successions, à moins qu’il existe un accord de réciprocité avec le pays où l’œuvre caritative est enregistrée.
Dans l’état de Genève, ces taxes peuvent être assorties d’une exonération d’au moins 25 %, le taux est déterminé et appliqué au cas par cas. Le gouvernement local de Genève est également autorisé à conclure des accords avec des pays étrangers. Les contribuables suisses, les personnes physiques et morales, désirant aider des associations caritatives étrangères, ne sont pas exonérés et l’exonération fiscale pour les donateurs résidant à l’étranger, dépend de la législation de leur lieu de résidence.

You may also like

Leave a Comment