PARTAGER
Les retraités se sont rassemblés jeudi après-midi, 28 septembre 20174, à Paris, pour dire leur mécontentement après les annonces gouvernementales. ©AFP

SHAFAQNA – À l’appel de neuf syndicats, les retraités ont défilé jeudi 28 septembre dans plusieurs villes de France, pour protester contre la hausse de la CSG sans contrepartie.

Quelques milliers de retraités se sont réunis dans plusieurs villes, en protestation à la décision du gouvernement d’augmenter la Contribution sociale généralisée (CSG) à partir du 1er janvier prochain. Cette taxe doit passer pour les retraités de 6,6% à 8,3% de la pension qu’ils perçoivent, et ferait perdre environ 400 euros par an pour un couple touchant 2 000 euros de retraite par mois.

De son côté, la Confédération Française des Retraités (CFR), syndicat spécialisé, souligne les mesures fiscales qui ont ciblé les retraités ces dernières années (suppression de la demi-part dite des veuves, taxation des majorations de retraite pour enfants). Craignant un «ostracisme», l’organisation demande la suppression de la cotisation d’assurance maladie de 1%, mais également la déductibilité des cotisations des complémentaires santés du revenu imposable, à laquelle ont droit les salariés. Générations Mouvement, une autre organisation, se dit «consciente des nécessités économiques actuelles» et, si elle n’est pas opposée à fournir un effort complémentaire», appuie néanmoins les demandes de la CFR.

Le mouvement de grogne n’est pas nouveau, et la question du pouvoir d’achat des retraités fait l’objet d’un mouvement des syndicats depuis juin 2014, avec des manifestations quasi annuelles. La hausse de la CSG intervient alors que les retraités ont donc l’impression d’être dans le collimateur des pouvoirs publics depuis plusieurs années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here