PARTAGER

SHAFAQNA – Saphir News : Au moins 16 personnes se seraient suicidées par peur d’être arrêtées, voire même expulsées d’Inde après avoir découvert leurs noms ou ceux de leurs proches exclus du Registre national du citoyen, mis à jour par le gouvernement indien cette année.

Lors de la mise à jour de la liste, les autorités indiennes avait alors exclu quelque quatre millions de musulmans vivant dans l’Etat d’Assam, frontalier avec le Bangladesh, engageant la possibilité pour cette population de se retrouver apatrides et d’être déportées d’Inde. La crainte pour ces musulmans d’être traitées tels les Rohingyas en Birmanie a très probablement poussé des désespérés à commettre l’irréparable.

À lire aussi : Des Rohingyas candidats à l’exil forcés à revenir en Birmanie

Des rapporteurs des Nations Unies ont soulevé le « risque grave pour des milliers de citoyens indiens » que représente ce registre. « Nous exprimons nos inquiétudes et nos préoccupations face aux allégations selon lesquelles les tribunaux ciblent les musulmans du Bengale de manière disproportionnée, entraînant souvent la privation arbitraire de la citoyenneté, l’apatridie et le risque de nombreuses violations des droits de l’homme, notamment la détention arbitraire et les expulsions », ont-ils précisé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here