PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : L’an dernier, Jean-Paul Bigard parlait de l’abattage rituel devant la Commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français au parlement. « La demande de viande halal est relativement forte et se développe beaucoup plus que le marché de la viande non halal, qui stagne, voire régresse », indiquait à l’époque le capitaine d’industrie, citant Isla Délice.

Des polémiques liées à la VSM et l’électronarcose

Un an plus tard, le géant de la viande aurait négocié le rachat de la marque… Isla Délice. Selon une information du site Al-Kanz, l’opération aurait été proche d’aboutir avant que Bigard ne fasse machine arrière. En cause, explique Al-Kanz, le prix demandé par Zaphir, propriétaire de la marque. L’entreprise, qui a enregistré un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros en 2017, avait chargé en avril dernier la banque d’affaires Transaction R de « piloter une opération devant lui permettre de réorganiser son actionnariat. » Depuis 2015, Zaphir cherche de nouveaux partenaires financiers pour anticiper la sortie de Tikehau Capital de son actionnariat, qui a été officialisée en juillet 2017.

À lire aussi: Isla Délice, les secrets du roi du halal

Côté qualité, depuis plusieurs années, Isla Délice est au cœur de plusieurs polémiques. Fin 2012, le leader de la certification halal, AVS, avait décidé d’arrêter de labelliser les produits Isla Délice, la société Zaphir faisant appel à des abattoirs pratiquant l’électronarcose, une pratique qui consiste à électrocuter les bêtes avant le sacrifice, mais qui ne garantit par qu’elles soient encore vivantes comme l’exigent les textes. Plus récemment, l’ONG Foodwatch avait reproché à Isla Délice de ne pas indiquer la présence de VSM (viande séparée mécaniquement), d’additifs ou d’eau à l’avant des emballages de ses produits. Ce qui n’empêche pas Isla Délice de rester le leader de la charcuterie halal, avec 40 % de parts de marché, bien loin devant Fleury Michon.

Opacité dans les comptes

Après une ouverture de capital en 2015, le dirigeant-fondateur de Zaphir, Jean-Daniel Hertzog, serait donc prêt à passer la main. L’homme d’affaires, qui serait mandataire d’une douzaine de sociétés, se serait rapproché de Bigard avec qui il a quelques points communs, dont un don certain pour l’opacité : depuis dix-sept ans, Zaphir ne dépose plus ses comptes, indique L’Express, tout comme la société Bigard qui préfère payer des amendes que de dévoiler les prix dérisoires auquel elle achète la viande aux éleveurs. Depuis juin, la rumeur concernant la vente d’Isla Délice par Jean-Daniel Hertzog a enflé. Outre Bigard, Fleury Michon se serait également montré intéressé par l’entreprise « fièrement halal ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here