PARTAGER

SHAFAQNA – Dans le Chapitre 20 de son livre Usul al-Kafi , Sheikh al-Kulayni a raconté les hadiths suivants à propos de se référer au Livre [d’Allah] et à la Tradition [i.e. Sounnah] pour connaître licite ou illicite :

Ali Ibn-é Ibrâhîm a rapporté cet hadîs de Mohammad Ibn-é Issâ, et lui de Younos, et lui de Hosséyn Ibn-é Al-Monzér, et lui d’Omar Ibn-é Ghays, et lui d’Abi Djafar [l’Imâm Bâghér as] qui avait dit: “Allah, à Lui la Puissance et la Majesté n’a laissé aucune chose [sans réponse et] dont la Oummah [i.e. la Communauté Islamique] pourrait en avoir besoin, à moins de l’avoir inclue dans Son Livre et de l’avoir expliquée à Son Messager; et Il a désigné et prescrit une “Limite” pour toute chose, et fixé un signe indicatif pour ces “Limites”; il a aussi établi des Châtiments pour tout individu qui voudrait transgresser ces “Limites”.

À lire aussi: Qu’est-ce que le prophète Muhammad (p) a recommandé aux musulmans de réfléchir et de s’associer?

Ali a rapporté cet hadîs de Mohammad, et lui de Younos, et lui d’Abân, et Lui de Soléy’mân Ibn-é Hâroun qui avait dit: “[En une occasion,] j’entendis Abâ Abdéllâh [l’Imâm Sâdiq as] déclarer: “Allah ne créa aucune chose “Licite” ou “Illicite”, à moins d’avoir désigné une “Limite” pour Elle. Elles ont une “Limite”, comme celle d’une maison, de sorte que tout ce qui appartient à la rue est à la rue, et tout ce qui appartient à la maison est à la maison; en fait, [ces “Limites” sont tellement précises et spécifiques que] même une petite égratignure, ou une autre chose, et [même] un fouet entier et un demi-fouet possèdent chacun, leur Punitions prescrites.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here