PARTAGER
France, islamophobie, islam en France, femmes musulmanes

SHAFAQNA – France Bleu: Il s’est créé il y a quelques jours seulement, après un premier rendez-vous qui a rassemblé environ 70 personnes place Jean Jaurès samedi 26 octobre : le Collectif stéphanois contre l’islamophobie.

Ce “collectif pluriel” emmené par plusieurs militants associatifs veut dénoncer des actes islamophobes à répétition en France depuis des années. L’attaque contre la mosquée de Bayonne et le vote par le Sénat de l’interdiction des signes religieux aux parents qui accompagnent les sorties scolaires ne font que renforcer leur sentiment : “les musulmans sont perçus comme des ennemis de l’intérieur” estiment Lela Bencharif et Olivier Lafferrière, tous les deux membres de ce nouveau collectif. “On ne va pas uniquement produire des communiqués, on veut proposer des actions pour que ça cesse, et pas uniquement pour alerter. Il faut prendre la mesure de ce qu’on est en train de vivre. Pour que les regards changent, il faut qu’on le dise très clairement : _il n’y a pas de problème avec l’islam en France_” développe Olivier Lafferrière.

À lire aussi: Rassemblement des politiciens et des citoyens français pour dire non à l’islamophobie

Les femmes musulmanes au cœur des premières actions du collectif
Pour eux, les femmes musulmanes sont particulièrement visées. Elles seront donc au cœur des premières rencontres publiques organisées prochainement par le collectif pour leur _”donner la parole, qu’elles portent ou pas un foulard. Elles souffrent dans leur quotidien de ces préjugés, de ces représentations négatives à leur encontre”explique Lela Bencharif avant de poursuivre : “La réalité, c’est que la société française a un problème avec l’altérité. Notre propos, c’est véritablement de dire halte à la catégorisation, aux processus de discrimination sexistes, racistes, islamophobes ! Ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est le vivre ensemble.” _
Le collectif stéphanois contre l’islamophobie est encore en construction et doit poursuivre les réunions pour affiner ses actions à venir. Elles devraient notamment prendre la forme de débats, de conférences, de tables rondes “où l’on invitera différents acteurs politiques et sociaux du département pour avoir des débats sur ces questions et déconstruire les préjugés et les stéréotypes” détaille Olivier Lafferrière. Le collectif se veut très divers et très ouvert : “On a des musulmans et des musulmanes, on a des gens de culture musulmane mais qui ne sont pas croyants, on a des gens athées et d’autre religion. On a des gens de divers orientations politiques. On est sur une question transversale à l’ensemble de la société et c’est toute la diversité de la population française qu’on souhaite regrouper dans ce collectif.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here