PARTAGER
Covid-19, France, immigration

SHAFAQNA – Les Echos : Baisse de 80 % des visas touristiques et de 41 % de la demande d’asile : tous les indicateurs de flux d’entrée et de séjour en France ont chuté en 2020. La faute à l’épidémie, qui a aussi entraîné un net recul des migrations économiques.

C’est un plongeon généralisé. Tous les indicateurs de flux d’entrée et de séjour sur le territoire national ont piqué du nez en 2020, selon les chiffres provisoires dévoilés jeudi par la direction générale des étrangers en France (DGEF) rattachée au ministère de l’Intérieur. Caractéristique du phénomène d’évitement de la « destination France » infligé par la crise du Covid et les mesures de protection sanitaire contre cette pandémie , le nombre de visas touristiques s’est effondré l’an passé : de 3,5 millions en 2019, il est passé à environ 712.000. Une chute de près de 80 % liée à la désaffection massive des visiteurs asiatiques. « La Chine, qui était le premier pays d’obtention de ces visas en 2019, est passée au quatrième rang », indique-t-on à la DGEF. Le nombre de ses ressortissants a été divisé par dix (71.451 visas contre 757.500).

L’année 2020 se caractérise également par un affaissement très marqué des titres de séjour. La France en a délivré 20 % de moins qu’en 2019. « Tout a été déstabilisé par la Covid-19 », insiste-t-on au ministère de l’Intérieur, où l’on invoque pêle-mêle la fermeture des frontières, la suspension de certains services pendant le confinement, les tests PCR obligatoires ou encore le coup de frein imposé au trafic aérien.

À lire aussi : La France est-elle en retard dans le domaine de vaccination anti-Covid?

Deux fois moins de « passeports talent »

Les titres économiques versent aussi un lourd tribut à la crise sanitaire. Leur nombre a fondu de près d’un tiers (-31,1 %), passant de 39.000 à 27.000. Les catégories les plus impactées sont celles des travailleurs saisonniers et des scientifiques avec une baisse de respectivement 40,2 % et 39,9 %. « Les chercheurs ont bénéficié du développement du télétravail », indique-t-on au ministère de l’Intérieur pour expliquer en partie cette baisse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here