PARTAGER
Fidel Castro

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Son image orne les murs d’une grande partie du pays, a pu constater un photographe de l’AFP lors d’un voyage à travers les routes de Cuba, jusqu’à la pointe orientale.

Et c’est le cas non seulement à La Havane et à Santiago de Cuba, les deux plus grandes villes cubaines, mais aussi dans des petits villages comme San Luis (est) ou Jatibonico (centre), ainsi qu’à Guantanamo (est), où se trouve une base navale américaine contestée par le gouvernement cubain.

Au-delà de cette présence sur les murs, Fidel, décédé le 25 novembre 2016, reste l’homme qui déchaîne les passions sur l’île, considéré par certains comme un bienfaiteur et par d’autres comme le coupable des maux du pays.

« Nous sommes la continuité »: c’est la devise du président Miguel Diaz-Canel, au pouvoir depuis avril 2018, qui n’a de cesse de citer Fidel Castro dans ses discours et ses tweets.

Multipliant les déplacements pour aller à la rencontre des Cubains, le chef d’Etat, désigné par les députés du Parti communiste, seul autorisé sur l’île, a d’ailleurs repris ainsi le style de Fidel, mais avec une différence: il veut donner l’image d’une direction plus collégiale.

À lire aussi : Communiqué : Hommage à Fidel Castro

« Sous Fidel, il y avait une grande centralisation: il était président, Premier ministre, commandant en chef », confirme l’analyste politique Carlos Alzugaray.

Son frère « Raul a hérité de cela mais il a commencé à décentraliser (le pouvoir), et aujourd’hui il y a un effort pour que le gouvernement fonctionne de manière collégiale ».

Le troisième anniversaire du décès de Fidel Castro survient à un moment de grandes tensions diplomatiques entre l’île et les Etats-Unis, qui ont renforcé leur embargo en vigueur depuis 1962, accusant le gouvernement cubain d’opprimer son peuple et de soutenir militairement le président Nicolas Maduro au Venezuela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here