PARTAGER

Shafaqna – Lorsque le Prophète (s) écrivit des lettres à des dirigeants de différents pays et centres religieux, il écrivit également une lettre à l’évêque de Nadjran, dans laquelle, il demanda aux gens de Nadjran d’accepter l’islam. Les chrétiens décidèrent d’envoyer une délégation à Médine pour parler avec le Prophète (s).

La délégation comprenait un groupe de plus de 10 nobles du peuple de Nadjran, dirigé par 3 personnes qui furent ‘Âqib, Sayyid et Abû Hâritha qui vinrent à Médine.
La délégation parla au Prophète (s) dans la mosquée du Prophète (s). Après que les deux parties insistèrent sur leur véracité, ils décidèrent de mettre fin au différend à travers al-Mubâhala ; Par conséquent, ils prirent la décision de se préparer à al-Mubâhala l’autre jour à l’extérieur de Médine dans le désert.

Le matin de la journée décidée pour al-Mubâhala, le Prophète (s) alla à la maison de l’Imam Ali (a), prit la main de l’Imam al-Hasan (a), tint l’Imam al-Husayn (a) dans son autre bras et demanda à l’Imam Ali (a) et Dame Fatima (s) de venir avec lui hors de Médine pour al-Mubâhala.

Quand les chrétiens virent le Prophète (s), Abû Hâritha demanda :

« Qui étaient ceux qui l’accompagnaient ? »

Et il reçut la réponse :

« Celui qui se promène devant lui est son cousin et son gendre et la personne la plus aimée, ces deux enfants sont ses petits-fils et la femme avec lui est Fatima (a), sa fille bien-aimée. »

Le Prophète (s) était assis à genoux pour al-Mubâhala. Alors, Sayyid et ‘Âqib demandèrent à leurs fils pour al-Mubâhala. Abû Hâritha dit :

« Par Dieu, je le jure, qu’il s’est assis pour al-Mubâhala comme des prophètes (a)» .

Et revint. Sayyid lui demanda :

« où vas-tu ? »

Abû Hâritha répondit :

« Si Muhammad n’avait pas raison, il n’oserait pas venir pour al-Mubâhala comme ça, et s’il fasse al-Mubâhala avec nous, même un chrétien ne resterait pas vivant sur la terre avant cette année ! »

Dans une autre narration, il dit :

« Je vois des visages, que s’ils demandent à Dieu de retirer une montagne, en effet, il sera retiré. Alors, ne vous engagez pas à al-Mubâhala, sinon vous seriez mort et même un seul chrétien ne restera vivant sur la terre. »

Ensuite, Abû Hâritha vint envers le Prophète (s) et déclara :

« Ȏ Abu al-Qâsim ! Ne fais pas al-Mubâhala et fais la paix avec nous sur quelque chose que nous pouvons nous permettre de faire. »
Alors, le Prophète (s) fit la paix avec eux sous la condition qu’ils paient 80 000 dirhams chaque année, et aussi sous la condition que si le Yémen engage une guerre, ils prêtent 30 boucliers, 30 lances et 30 chevaux aux musulmans et le Prophète (s) serait responsable de leur retour.

De cette façon, le Prophète (s) écrivit le traité de paix et la délégation revint.

Plus tard, le Prophète (s) déclara :

« Je le jure par Dieu que mon âme est à sa portée, que la mort du peuple de Nadjran devint proche et s’ils engagèrent dans al-Mubâhala avec moi, ils se transformeraient certainement en singes et cochons et toute leur terre brûlerait et ils brûleraient et Dieu détruirait tout le peuple de Nadjran et même les oiseaux ne resteraient pas dans leurs arbres et tous les chrétiens mourraient en moins d’un an. »
Peu de temps après que la délégation revint à Nadjran, Sayyid et ‘Âqib vinrent au Prophète (s) avec des cadeaux et devinrent musulmans.

Verset d’al-Mubâhala (L’ordalie)

Le verset d’al-Mubâhala (l’ordalie) est le verset 61 de la sourate Âl ‘imrân (la Famille de ‘Imrân, en arabe : آل عمران), qui fait allusion à la pratique de malédiction réciproque entre le Prophète (s) et les chrétiens de Nadjran. Il est la preuve des grandes qualités des membres immaculés de la Famille du Prophète (s), spécialement de l’Imam Ali (a).

 

فَمَنْ حَاجَّكَ فِيهِ مِن بَعْدِ مَا جَاءَكَ مِنَ الْعِلْمِ فَقُلْ تَعَالَوْا نَدْعُ أَبْنَاءَنَا وَأَبْنَاءَكُمْ وَنِسَاءَنَا وَنِسَاءَكُمْ وَأَنفُسَنَا وَأَنفُسَكُمْ ثُمَّ نَبْتَهِلْ فَنَجْعَل لَّعْنَتَ اللَّـهِ عَلَى الْكَاذِبِينَ

« Réponds à quiconque argumentera donc contre toi, à son propos, après ce qui t’est venu de Science : « Allons ! appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous-mêmes et vous-mêmes, puis proférons exécration réciproque, en appelant la malédiction d’Allah sur les menteurs. »

Le Coran, Sourate III, verset 61 ; Traduction du Coran, Régis Blachère

 

Acteurs de cet évènement

Tous les hadiths sont d’accord sur le fait que le Prophète (s), amena avec lui ce jour-là, le Commandeur des croyants (a), sa fille, Fatima (s) et ses deux petits fils, l’Imam al-Hasan (a) et l’Imam al-Husayn (a), mais nous avons peu de détail dans les textes historiques sur le groupe chrétien et sur ce qui a été dit.

Jour d’al-Mubâhala

Le jour de cet évènement est le 24e du mois de Dhu al-Hijja de l’année 631 de l’ère chrétienne.

Certains parlèrent du 21e du mois de Dhu al-Hijja.  Selon ckeikh al-Ansârî, le 24 de Dhu al-Hijja est réputé et il conseilla de faire les grandes ablutions.

Le cheikh Abbas Qummî dans son livre, Les clés du Paradis, (Mafâtîh al-Jinân, مفاتیح الجنان) a conseillé de faire les grandes ablutions et de jeûner le 24 Dhu al-Hijja.
Le point important est que les commentateurs chiites et sunnites sont tous d’accord sur l’authenticité de cet évènement.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here