PARTAGER
https://fr.shafaqna.com

SHAFAQNA – L’agence de presse de ” Hawzah ” : Cette réunion d’une journée s’est déroulée en présence des représentants de l’Ayatollah Khamenei et du centre Al-Mustafa en Inde, du directeur du centre culturel « Imamat », du directeur de la bibliothèque chiite, d’universitaires, de professeurs et de conférenciers indiens.

Cette réunion d’une journée s’est déroulée en présence des représentants de l’Ayatollah Khamenei et du centre Al-Mustafa en Inde, du directeur du centre culturel « Imamat », du directeur de la bibliothèque chiite, d’universitaires, de professeurs et de conférenciers indiens.

L’Hodjat-ol-islam Mehdi Mahdavipour, représentant du Guide suprême en Inde, a déclaré : « La ville de Lucknow est un des pôles scientifiques chiites qui possédait environ 30000 œuvres dont certaines ont été détruites. De nombreux érudits ont vécu dans cette ville, y compris les familles de Najm al-Malah,  Ghofran Ma’ab  , Baqer al-olum et Shabat ».

L’Hodjat-ol-islam Sobhani, directeur du centre culturel « Imamat », a déclaré : « Les érudits chiites ont joué un rôle important dans l’histoire de l’islam, et dans le progrès scientifique, mais ils ont également collaboré à certains postes historiques. Chacun a créé une grande école et contribué au développement des sciences islamiques. Les écoles comme l’école de Koufa, l’école de Qom, l’école de Bagdad, l’école de Ray, l’école de Hilla, l’école de Chiraz, l’école d’Ispahan et l’école de Najaf sont des écoles de ce type. Les écoles d’études théologiques et juridiques ont laissé de nombreuses œuvres au cours de deux siècles, et formé de nombreux étudiants ».

Le représentant de l’Al-Mustafa Al-Almayyah de l’Inde a été l’orateur suivant et a souligné l’importance de faire connaitre les érudits du monde chiite à la génération actuelle.

L’Hodjat-ol-islam Mohammad Reza Saleh, à propos du rôle des religieux dans le développement de la civilisation et de la culture, a déclaré : « Les grands religieux ont toujours eu une influence durable et ont guidé les sociétés vers le développement scientifique, le progrès spirituel et le bonheur. De grandes personnalités comme Sayed Dawdar Al-Nagawi dans l’histoire du chiisme en Inde et dans le monde islamique, constituent des exemples de ces érudits, ainsi que les jeunes générations d’érudits des centres islamiques qui tentent, à travers l’éducation et la formation des jeunes, de s’appuyer sur les enseignements de la révélation, la rationalité et les sciences, ainsi que sur le transfert du patrimoine scientifique et culturel du monde islamique.  »

Il a souligné : « Le regretté Allameh Ghofran Ma’ab au cours de sa vie, a travaillé à la stabilisation et au développement du chiisme ja’afarite en Inde, et au développement de l’Ijtihad. Le résultat du travail de ce grand juriste islamique sont des dizaines de livres qui ont ouvert de nouvelles perspectives aux religieux contemporains, comme le premier commentaire chiite du Coran en ourdou, en huit volumes. Il a aussi contribué à la stabilisation de l’école des Ahl al-Bayt (as) et à la lutte contre les courants déviants. L’Allameh Ghofran Ma’ab, en créant le centre de sciences théologiques et en éduquant des étudiants remarquables dans le domaine des Fatwas, a été en mesure d’approfondir et de promouvoir la pensée de l’école des Ahl-ul-Bayt (as) en Inde, et les résultats de cette période sont les descendants de l’Allameh Deldal Ali (Seyed Ali et Seyed Hassan), connus sous le nom de Seyed al-Olama et Seyed Mahdi. L’un des évènements les plus importants a été la prise de Lucknow par les Britanniques et la diffusion de diverses sciences, qui ont poussé les érudits chiites, à créer des centres islamiques pour faire revivre la jurisprudence politique. »

« Au cours de cette période, a-t-il ajouté, sous la conduite de l’Allameh Ghofran Ma’ab, Asif Dawlah, grand disciple de cette jurisprudence, construisit de nombreuses mosquées, écoles et bâtiments publics, et raviva l’identité chiite. La génération influente qui reste de cette époque, possède de précieux services sociaux et religieux en Inde. Je remercie les organisateurs de ce séminaire, en particulier les auteurs des articles sur l’influence scientifique de ce centre et également, les descendants de ce grand savant, le Dr Kolb Sadegh, Mowlana, l’Hojat-ol-islam Kalbar Javad, le représentant du Wali-e-Faqih en Inde, l’Hodjat-ol-islam Mahdavipour, la Fondation culturelle « Imamat » et la Bibliothèque chiite de Lucknow ».

En marge de cette réunion, 80 œuvres de l’Allameh Sayed Deltar Ali ont été présentées par la Fondation culturelle « Imamat » et la bibliothèque chiite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here