PARTAGER
A la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, le 25 novembre 2018 (image d'illustration).

SHAFAQNA – RT : Une migrante originaire du Guatémala, âgée de 7 ans, est morte quelques heures après avoir été placée en détention par la police aux frontières américaine dans l’Etat du Nouveau-Mexique, ainsi que le rapporte le Washington Post le 13 décembre. En cause ? La fillette, qui avait illégalement franchi la frontière en compagnie de son père et d’une douzaine d’autres personnes, est décédée de «déshydratation et d’un état de choc», selon le quotidien, citant le service américain des douanes et de la protection des frontières, qui a précisé qu’elle n’avait «pas bu d’eau ni mangé pendant plusieurs jours».

Nos plus sincères condoléances vont à la famille de l’enfant

Prise de convulsions huit heures après avoir été placée en détention, elle a été transportée par hélicoptère à l’hôpital, où elle s’est éteinte alors que sa température corporelle avait atteint 41°C.

À lire aussi : Trump suggère de construire un mur géant au Sahara… or celui-ci existe déjà

Pour l’administration Trump, c’est un «très triste exemple des dangers de ce voyage»

L’annonce du décès a provoqué des réactions indignées dans la sphère médiatico-politique américaine. Beto O’Rourke, candidat démocrate malheureux à un siège pour le Texas au Sénat américain, et un temps pressenti pour porter les couleurs du parti lors des élections présidentielles de 2020, se dit «profondément attristé» par le décès de l’enfant.

«C’est tragique», a noté l’influente sénatrice démocrate Kamala Harris, expliquant attendre des autorités américaines «un récit complet et approfondi de ce qui s’est passé».

«Nos plus sincères condoléances vont à la famille de l’enfant», a déclaré dans un communiqué le département de la Sécurité intérieure, «toutes les mesures possibles pour sauver la vie de l’enfant dans les circonstances les plus difficiles» avaient été prises. Ce décès est un «très triste exemple des dangers de ce voyage», a pour sa part commenté ce 14 décembre Kirstjen Nielsen, la secrétaire d’Etat à la Sécurité intérieure. Donald Trump a fait de sa ligne dure envers l’immigration clandestine l’un des étendards de sa présidence, promettant notamment d’ériger un mur à la frontière avec le Mexique, quitte à le faire construire par l’armée.

Il a par ailleurs récemment déployé des milliers de soldats américains pour anticiper l’arrivée de «caravanes» de migrants en provenance d’Amérique centrale. Dans ce contexte, plus de 2 000 mineurs ont été séparés de leurs familles entre le 5 mai et le 9 juin au nom de la «tolérance zéro» sur l’immigration illégale mise en place par son administration.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here