PARTAGER
Etats-Unis, musulman, discrimination religieuse

SHAFAQNA – Le Muslim Post: E’Lon Brown a 37 ans. Alors qu’il demandait à ses employeurs — une agence de recrutement et une entreprise dans laquelle il avait été placé — d’aménager son emploi du temps pour lui permettre d’effectuer la prière, cet homme a été licencié.

Aujourd’hui, ce musulman américain annonce porter plainte contre Automatic Distributors Corp. et StaffMax qui l’ont, selon lui, discriminé. Brown affirme avoir été licencié après sa demande. Un événement qui est arrivé une semaine après son arrivée au sein d’Automatic Distributor. Du côté de l’agence de recrutement Speedway, on assure avoir soutenu « vigoureusement toutes les lois sur l’emploi, fédérales et étatiques ».

Embauché au département logistique d’Automatic Distributors, il a demandé un léger aménagement de son emploi du temps pour se rendre à la mosquée voisine, située à moins de cinq minutes de la société. Pour StaffMax, E’Lon Brown aurait dû communiquer son désir de prier « avant de commencer à travailler ». La demande du salarié a été refusée, l’entreprise arguant du fait que, si elle acceptait la demande de Brown, elle devrait le faire pour tous les autres salariés. Une semaine plus tard, l’employé était licencié.

À lire aussi: Campagne de trois grandes associations musulmanes aux Etats-Unis : «L’islam interdit le racisme»

Un employé de StaffMax affirme que Brown a bien été licencié en raison de sa religion. Les deux entreprises aurait donc violé l’article 7 de la loi sur les droits civils de 1964, qui interdit toute discrimination religieuse. Le salarié musulman demande donc aux entreprises concernées des dommages et intérêts.

Mais au-delà de son simple cas, Brown veut faire changer les choses. Pour son avocate, Zanah Ghalawanji, il faut que les entreprises mettent en œuvre des politiques qui permettraient aux employés de demander « des aménagements » pour pratiquer leur religion, si ceux-ci sont raisonnables. La loi l’exige, ajoute le conseil de Brown, qui assure que tout ceci est possible lorsque « ces aménagements ne représentent pas un fardeau pour l’employeur ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here