PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Un garçon de 8 ans est mort , dans un hôpital du Nouveau-Mexique. Arrêté par le service des douanes et de la protection des frontières (CBP) avec son père le 18 décembre, le petit garçon a ensuite été transféré à l’hôpital, souffrant d’un « simple rhume » selon l’équipe médicale.

Mais le garçonnet a ensuite eu une poussée de fièvre. Gardé une heure et demie en observation, il est sorti avec une prescription de médicaments.

Mais son état aurait vite empiré. « Le soir du 24 décembre, l’enfant a souffert de nausées et de vomissements et a été transféré à nouveau », indique un communiqué du CBP, ne précisant pas les conditions de détention du père et de l’enfant. Ce dernier est décédé peu après minuit le 25 décembre.

La Guatemala, a aussitôt réagi, demandant aux autorités américaines « une enquête transparente et sérieuse sur cette affaire ». « Des rapports médicaux ont été demandés pour clarifier les causes du décès », a fait savoir le ministère guatémaltèque des Affaires étrangères dans un communiqué.

À lire aussi : Etats-Unis : une migrante guatémaltèque de 7 ans meurt de déshydratation en détention

« L’administration Trump doit rendre des comptes pour la mort de cet enfant et pour toutes les vies qu’elle a mises en danger avec son chaos volontaire et son mépris de la vie humaine », a commenté sur Twitter le sénateur démocrate du Nouveau-Mexique, Martin Heinrich.

« Nous devons exiger la transparence, apporter des réponses et mettre un terme à cette politique anti-migrants de l’Administration, dangereuse et haineuse », a également écrit sur le réseau social Nydia Velazquez, parlementaire démocrate de New York.

Le 8 décembre dernier, une autre petite fille guatémaltèque de 7 ans a perdu la vie dans un hôpital d’El Paso au Texas, suite à son arrestation. La fillette, qui avait illégalement franchi la frontière en compagnie de son père est morte de déshydratation et d’un état de choc.  Elle n’avait pas bu d’eau ni mangé pendant plusieurs jours.

La mort de ces enfants a suscité beaucoup d’émotions outre-Atlantique, alors que des milliers d’autres enfants migrants sont détenus dans des établissements pénitentiaires surpeuplés.

La « tolérance zéro » sur l’immigration illégale mise en place par l’administration Trump provoque depuis plusieurs mois des vagues d’indignation. Plus de 2.300 mineurs avaient été mis à l’écart de leurs familles entre le 5 mai et le 9 juin. Le président avait été contraint de lever l’interdiction par décret concernant la séparation des familles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here