PARTAGER

SHAFAQNA – Oumma : Femme de conviction, Ilhan Omar, radieuse à la perspective de siéger sous la coupole du Capitole, n’aura pas attendu longtemps avant d’imprimer sa marque à Washington, en s’attachant à dépoussiérer une loi vieille de 181 ans…

Entrée par la grande porte dans l’histoire de la politique américaine début novembre, en même temps que Rashida Tlaib, la deuxième femme musulmane sortie victorieuse des élections de mi-mandat dans l’Etat du Michigan, la représentante du Minnesota est partie promptement à l’assaut d’une interdiction gravée dans le marbre depuis très longtemps : celle qui proscrit tous les couvre-chefs, a fortiori religieux, sous les dorures du temple législatif et que sa présence singulière, coiffée de ses élégants turbans, rend d’un coup obsolète.

Rashida Tlaib et Ilhan Omar

Pour Ilhan Omar, les promesses de campagne ne se sont pas faites pour s’évaporer à l’air libre une fois élue ! Comme elle s’était engagée à le faire auprès de ses électeurs et en prélude à d’autres combats, elle s’est attaquée, la fleur au fusil, à cette première loi jugée discriminatoire pour mieux l’assouplir, afin que les foulards, hijabs, kippas et autres turbans ne soient plus désormais laissés sur le seuil de la Chambre des Représentants.

À lire aussi : Etats-Unis : le port du foulard pourrait bientôt être autorisé au Congrès

“Personne ne couvre sa tête sauf moi. C’est mon choix. Protégé par le premier amendement”, a-t-elle récemment souligné sur Twitter, avant de donner le ton de son mandat  : “Et ce n’est pas la dernière interdiction contre laquelle je vais me dresser !“.

L’ardente porte-parole musulmane des sans-voix du Minnesota peut compter sur le soutien sans faille de l’influent Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR), qui estime qu’il est grand temps que le Congrès se mette « en conformité avec la Constitution et la protection de la liberté religieuse », ainsi que des Démocrates de la Chambre des Représentants dont elle est l’une des étoiles montantes.

Un nouveau projet de loi intitulé “Nouveau Congrès, Nouvelles Règles” vient d’être proposé par son groupe politique, dans lequel il est clairement stipulé que le « port d’un couvre-chef religieux doit être autorisé dans l’enceinte de la Chambre des Représentants », afin de « garantir l’expression religieuse », mais aussi qu’elle en sera le rapporteur, sous la houlette de Nancy Pelosi, la présidente des Démocrates.

A peine a-t-elle eu le temps de savourer son triomphe électoral, que Ilhan Omar en fait déjà le serment : elle démarrera son mandat début janvier sur les chapeaux de roues, résolue à faire tomber en désuétude une loi considérée comme appartenant à un temps révolu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here