PARTAGER
Musulmans de Suisse
Militante dans le réseau associatif musulman depuis 15 ans, Sandrine Ruiz a été élue à la quasi-unanimité présidente de l'Union Vaudoise des Associations Musulmanes, qui regroupe 17 centres ou associations locales du canton de Vaud. - UVAM

SHAFAQNA – Les Echos | par Jean-Jacques Franck : Une femme à la tête d’une fédération d’associations musulmanes? C’est le choix fait par l’Union Vaudoise des Associations Musulmanes, qui a porté à sa présidence Sandrine Ruiz, une mère de trois enfants à la trajectoire inhabituelle, puisqu’elle est née en France de parents athées.

Diplômée de la Sorbonne

Militante dans le réseau associatif musulman depuis 15 ans, cette diplômée en lettres de la Sorbonne a été élue à la quasi-unanimité par les membres de cette association qui regroupe 17 centres ou associations locales du canton. Seule manque à l’appel la mosquée de Lausanne. Il n’empêche : c’est une première en Suisse.

Lire aussi: Femmes musulmanes dans les médias français: pour des représentations plurielles et apaisées

Sandrine Ruiz est entrée en religion lors de sa venue en Suisse, il y a une vingtaine d’années. « Ma conversion est le fruit d’une recherche intérieure, lors de situations difficiles », a-t-elle confié au journal « 24 Heures », en marge de son élection. « Les femmes musulmanes sont nombreuses, mais leur travail est peu visible. Les représenter est une grande responsabilité vis-à-vis de la société », ajoute celle qui remercie ainsi ceux qui l’ont porté à la présidence : « C’est un message fort que vous envoyez à toute la Suisse ».

Reconnue d’utilité publique ?

C’est aussi un choix en phase avec la démarche de l’UVAM. Récemment, l’organe faîtière a modifié ses statuts afin de les rendre compatibles avec la loi du canton de Vaud, principalement en matière d’égalité hommes-femmes. Ceci lui a ouvert la voie pour une demande officielle de reconnaissance auprès de l’administration cantonale.

En cas d’acceptation, la religion musulmane serait reconnue d’utilité publique et pourrait être rémunérée par des fonds cantonaux. La perspective déplaît à la branche vaudoise du parti de la droite dure UDC, qui menace de faire casser une telle décision par un référendum local.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here