PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : « Revolution Chemnitz », fondé en septembre dernier, vient d’être démantelé. Ce groupuscule néonazi s’était constitué suite aux émeutes racistes fin août, dans la ville du même nom. 

Sept hommes entre vingt et trente ans ont été interpellés lundi en Saxe et en Bavière, puis arrêtés. Selon les enquêteurs ceux-ci prévoyait une attaque de grande ampleur pour la fête nationale en Allemagne. Ils entendaient ainsi frapper plus fort que la NSU (groupuscule néonazi ayant tué dix personnes entre 2000 et 2007), qu’ils qualifiaient dans leurs échanges de « groupe d’enfants de maternelle ». 

Selon le parquet, d’autres « attaques violentes » et des « attentats armés » étaient aussi prévus. Les cibles ? Des « étrangers », des journalistes et des politiques. Les suspects cherchaient à se procurer des armes semi-automatiques, avant d’être interpellés par la police. 

Déjà, le 14 septembre dernier, certains membres du groupe, en marge d’une manifestation de l’extrême-droite à Chemnitz, s’en étaient pris à des personnes ayant l’air « étranger » dans un parc. Ils avaient hélé toutes les personnes non-blanches en leur demandant leurs papiers d’identité et avaient fini par blesser un Iranien à la tête. 

À lire aussi: Allemagne : dix ans de prison pour un attentat contre une mosquée

Selon la porte-parole du procureur général fédéral Frauke Köhler, les violences commises ce jour-là n’étaient pour le groupuscule, qu’une simple « mise en jambe ». 

Si le démantèlement de ce groupuscule néonazi concerne la Saxe, certaines voix s’élèvent aussi contre les violences d’extrême-droite commises dans d’autres régions de l’Allemagne. 

« Il est par exemple connu que les concerts des groupes de rock d’extrême-droite non seulement financent cette scène, mais sont également un élément crucial dans le processus de radicalisation », a déclaré Benjamin Strasser, un député libéral, qui souhaite un plan national d’envergure pour lutter contre ces violences terroristes.

Le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer (CSU) a quant à lui parlé d’une « tolérance zéro » envers les extrémistes de droite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here