PARTAGER
La vie dynamique Les souhaits des justes Elever une génération juste enfants et Coran la personnalité de l'enfant pédagogie de l'enfant code de vie mode de vie Mode de vie islamique Secret d'une vie heureuse vie musulmane enfant juste parentalité familles musulmanes responsabilité responsabilités des musulmans éducation chiite éducation coranique éducation islamique humain juste

SHAFAQNA – Ce qui suit fait partie d’un semon par feu l’ayatollah Seyyed Muhammad Hussein Fadlallah :

Avant de citer les versets qui parlent de «l’enfant juste », nous aimerions souligner que la parentalité, qui représente le rôle de la famille dans la production des générations, n’est pas une question subjective qui vise à rendre les parents se rendre compte d’eux-mêmes, mais c’est plutôt une question de responsabilité. C’est la responsabilité d’élever une nouvelle génération qui pourrait atteindre pour l’humanité ce qui soulève ses niveaux intellectuels, pratiques et spirituels. C’est ce que nous constatons dans les supplications dans lesquelles les prophètes (as) priaient à leur Dieu de leur donner des enfants. Le Prophète Ibrahim (as), par exemple, demande à Dieu de lui gratifier «de quelqu’un qui compte parmi les justes»  (37:100).

Etre juste implique l’esprit qui adopte la pensée juste, le cœur qui aime Allah et toutes les personnes et le travail qui respecte toutes les valeurs morales, y compris le bien et la justice. Il faut être juste dans ses relations avec Dieu, lui-même, la vie et les gens. En outre, en demandant à Allah, Exalté soit-Il, un enfant juste inclut intrinsèquement Lui demander de l’aide, du soutien et des conseils dans le processus de l’éducation, qui transforme l’enfant en un être humain juste tel qu’il demande. C’est ce que nous constatons dans l’histoire coranique à propos de l’enfant d’Ibrahim, Ismail, qui était destiné à être abattus, si ce n’était pour la Miséricorde de Dieu. La preuve que c’était Ismail et non Isaac, c’est l’histoire d’Isaac qui suit l’histoire de l’abattage d’Ismail dans le Saint Coran. Après raconter l’histoire d’Ismail, Dieu continue à dire dans la même sourate : “Et nous lui avons donné la bonne nouvelle d’Isaac, un prophète et un homme de vertu“. Puis Ibrahim a soulevé son enfant pour l’amour d’Allah et de l’islam … « Lorsque son Seigneur lui dit : ” Soumets-toi ! “, il répondit : ” Je me soumets au Seigneur des mondes ! “* Abraham a adressé à ses fils la même injonction, et Jacob fit de même [disant] : ” O mes fils ! Dieu a choisi pour vous la Religion ; ne mourez que soumis à Lui (muslimûn) » (02:131-132).

Ceci était la volonté du Prophète Ibrahim (p.) qu’il a laissé pour ses fils qui se sont soumis à la volonté d’Allah et le message divin, le message de l’Islam. ” Menez pour Dieu le combat qui lui est dû. C’est Lui qui vous a élus sans vous imposer un fardeau dans la religion, la Tradition de votre père Abraham. C’est Lui qui vous a dénommés ” Musulmans“(22:78).

Et c’est probablement ce que Dieu fait référence quand Il dit: « Certes, les hommes les plus dignes d’Abraham sont ceux qui l’ont suivi, ainsi que ce prophète-ci et ceux qui ont la foi ; Dieu est le Protecteur des croyants» (03:68) et : « Qui donc professe une religion plus belle que celui qui soumet toute sa personne à Dieu, se conduit en homme de bien et suit la religion d’Abraham, un pur croyant, que Dieu a pris pour ami ? » (04:125).

“Et quand il (Ismail) était assez vieux pour l’accompagner- ceci est quand il a été élevé sur l’amour et l’obéissance d’Allah – il (Ibrahim) a dit : O mon fils ! J’ai fait un songe où j’ai vu que je t’immolais : vois, qu’en penses-tu ? ” – le fils justes n’a même pas hésité à penser, et il a dit tout de suite – « O mon père ! Fais ce qui t’est ordonné. Si Dieu le veut, tu me trouveras parmi ceux qui sont patients » – puisque c’est le commandement d’Allah, j’abandonne à la volonté d’Allah, quelles que soient les douleurs – Après que tous deux eurent fait leur soumission– en particulier le fils qui a dû faire face à une expérience difficile, mais il a traité toute la question comme s’il effectuait une prière à Dieu – et qu’Abraham eut couché son fils le front contre terre,* Nous lui criâmes : ” O Abraham !* Tu as vraiment cru en cette vision. C’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien ;* certes, c’était une mise à l’épreuve concluante “.* Nous avons racheté son fils par une généreuse immolation,* et Nous avons perpétué son souvenir dans la postérité :* ” Que la Paix soit sur Abraham ! ” (37: 102-109).

Nous lisons aussi dans l’histoire de Zacharie, qui était l’un des prophètes de Dieu et qui n’ont pas d’enfants : ” Zacharie dit : ” Mon Seigneur ! Comment pourrais-je avoir un garçon alors que ma femme est stérile et que j’ai atteint l’âge de la décrépitude ? ” (19:08). Il savait que, naturellement, il a été incapable d’engendrer un enfant, mais quand il a vu la Sainte Marie et sa spiritualité, il aspirait à avoir son propre enfant qui est semblable à Marie dans sa spiritualité et sa morale : « Chaque fois que Zacharie allait la voir dans le sanctuaire, il trouvait auprès d’elle une provision et lui demandait : ” O Marie ! D’où tiens-tu cela ? ” Elle répondait : ” Cela vient de Dieu ! Dieu pourvoit au besoin de qui Il veut sans faire de compte “* Zacharie implora alors son Seigneur, disant : ” Mon Seigneur ! Accorde-moi, venant de Toi, une bonne descendance. Tu es, en vérité, celui qui exauce la prière» (03:37-38).

Ensuite, nous remarquons que Zacharie a demandé un enfant juste, tout comme le Prophète Ibrahim a fait. Un autre verset qui parle de la volonté de Zacharie est sa supplication, où il a invoqué Allah de lui engendrer un enfant : «Il héritera de moi ; il héritera de la famille de Jacob. Mon Seigneur, fais qu’il te soit agréable ! » (19:06). Donc, Allah lui donna la bonne nouvelle d’avoir Yahya : ” Tandis qu’il priait debout dans le sanctuaire, les anges l’appelèrent : ” Dieu t’annonce la bonne nouvelle de [la naissance de] Jean (Yahya), qui déclarera véridique un Verbe venu de Dieu, un seigneur, un chaste, un prophète parmi les justes“(03:39). Chaste signifie qu’il était vierge qui ne s’est jamais marié. Ensuite, Allah s’est adressé à Yahya disant : ” O Yahya, tiens-toi fermement à l’Ecriture ! ” Et Nous lui donnâmes la sagesse dès sa petite enfance” (19:12). Donc, Allah a donné au Prophète Zacharie un enfant juste et a fait de lui un prophète et un appelant via l’Ecriture (qui à l’époque était la Torah), sans crainte ni compromis, et celui qui détient la responsabilité d’appeler les gens envers Allah.

Les souhaits des justes

Quels sont les souhaits des justes ? Allah dit : « ceux qui disent : ” Notre Seigneur ! Accorde-nous la fraîcheur des yeux en nos épouses et en notre descendance, et place-nous en tête de ceux qui craignent Dieu “,* ceux-là auront pour récompense les salles du Paradis parce qu’ils ont persévéré, et ils y trouveront le salut et la paix» (25:74-75). Ils veulent que Dieu leur accorderait des femmes justes pour vivre avec elles dans une maison juste qui adopte toutes les valeurs spirituelles, morales et humanistes et de faire tout ce qu’Allah a permis et s’abstenir de tout ce qu’Il a considérée comme illégal. Ils demandent à Allah de leur donner réconfort à leurs yeux, non seulement physiquement, puisque la personne a le droit de penser à la beauté physique de son conjoint, mais aussi spirituelle, ce qui pousse le couple à mener une vie pleine d’obéissance à Allah. Ils souhaitent aussi avoir des enfants justes qui agiront également comme un réconfort à leurs yeux, par leur obéissance à Allah et leur recherche de Sa satisfaction. Puis ils parlent d’eux-mêmes « et place-nous en tête de ceux qui craignent Dieu » (25:74), ce qui signifie d’agir pieusement dans une telle façon qu’ils seraient émulés dans tout ce que les croyants pieux disent ou font. Ces gens pieux auront le Paradis comme leur demeure puisqu’ils ont été patients, surtout que l’engagement à la charia d’Allah et les instructions du Messenger exige beaucoup de souffrance, et par conséquent beaucoup de patience, ce qui rapproche l’homme à Allah, Exalté soit-Il.

Lorsque nous lisons le verset au sujet du Paradis étant la demeure de la famille juste, nous soulignons qu’Allah voulait étendre le sens de la famille au fait de se limiter à la relation des parents avec leurs enfants pour inclure la relation des enfants avec leurs parents. Tout comme l’homme doit éduquer ses enfants, il doit aussi éduquer ses parents dans la mesure où il le peut. Nous remarquons qu’Ibrahim a tenté de convaincre son père de choisir la ligne qui lui vaut la satisfaction d’Allah. Allah dit : ” Il dit à son père : ” O mon père ! Pourquoi adores-tu ce qui n’entend pas, ne voit pas, et ne t’est d’aucun profit ?* O mon père ! Il m’est échu une portion de la science qui ne t’est pas parvenue. Suis-moi : je te guiderai sur une voie droite.* O mon père, n’adore pas Satan ! Certes, Satan le Démon est révolté contre le Miséricordieux.* O mon père ! Je crains qu’un châtiment du Miséricordieux ne t’afflige et que tu ne deviennes un suppôt de Satan “(19:42-45).

Ce dialogue entre le père et le fils est cité pour que nous réagissons comme étant un modèle de fils conscients et croyants qui souhaitent vivre dans une maison de piété et de droiture, tout en gagnant la satisfaction d’Allah, et c’est ce que le Coran nous dit : «les jardins d’Eden, où ils entreront avec ceux qui font le bien parmi leurs parents et leurs conjoints et leur progéniture ; et les anges entreront sur eux de toutes les portes ; Paix sur vous, pour que vous enduré ! Maintenant, comment est excellente la dernière maison ! » (13:24).

La vie dynamique

Il est rapporté que Jésus (p.) a passé par une tombe dont l’occupant a été châtié. Puis, il y passa l’année suivante, mais il n’était pas châtié. Il a dit : «O Seigneur ! J’ai traversé cette ville l’année dernière et il était châtié et je l’ai traversé cette année et il n’était pas châtié». C’était comme s’il demandait son Seigneur de ce qui a levé la peine, puisqu’il est mort et n’aurait pas pu faire quoi que ce soit pour la lever, et s’il ne méritait pas d’être puni, pourquoi il a été puni en premier lieu ? Puis Allah lui révéla : ” O Esprit de Dieu ! En vérité, un de ses enfants était mature et a éliminé les obstacles d’une route et frappa un orphelin – nous remarquons ici que Dieu parle des aspects sociaux, indiquant que la justice n’est pas seulement le jeûne et la prière, mais aussi un profit de la société – Ensuite je lui ai pardonné les actes de son enfant». Nous pouvons dire que les actes du fils n’appartiennent pas au père, alors comment ses actes peuvent lui faire profit ? Le fait est que le Père a élevé son fils d’une manière qui lui fit sentir la nécessité de satisfaire Allah via le service social, ainsi que le culte. Quand Allah, Exalté soit-Il, a distingué entre le droit et le mensonge, Il a dit : « C’est ainsi que Dieu représente le vrai et le faux. L’écume, quant à elle, disparaît sans laisser de trace ; mais ce qui est utile aux hommes reste sur la terre. C’est ainsi que Dieu propose des symboles» (13:17).

Ainsi, le droit est ce que l’humanité en profite. Il englobe tout ce que nous faisons, que ce soit dans le culte ou dans les actes et les relations. Si vous voulez être justes, vous devez utiliser vos potentiels et capacités dans ce qui profite aux gens, afin qu’ils resteront après vous. Il est rapporté dans le célèbre hadith : « Quand un homme meurt, ses actions ont une fin, sauf trois : la sadaqah, dont la prestation ne cesse pas – qui sont des projets de bienfaisance qui restent après lui comme creuser un puits ou construire un orphelinat ou un hôpital – les connaissances à partir desquelles les gens tirent profit– ainsi que d’autres choses qui sont inclus dans le hadith suivant : « Quiconque introduit une bonne pratique dans l’Islam aura sa récompense et la récompense de ceux qui la suivent, sans que leurs récompenses soient diminuées à tous égards. Celui qui introduit une pratique mauvais dans l’Islam portera son péché et le péché de ceux qui la suivent, sans que leurs péchés soient diminués à tous égards». Quand vous vous embarquez sur une bonne action, votre vie s’étend. Cela est si vous continuez à le faire, alors que vous êtes dans votre tombe.

Il est mentionné dans un hadith : ” Toutes les créatures sont les enfants d’Allah[à charge ou pas sont de vrais enfants, car Allah n’engendre pas, et n’est pas engendré], et ceux plus chers à Allah sont ceux qui bénéficient Ses enfants le plus “, ce qui signifie que ce qui rend l’homme proche d’Allah est mesuré par la façon dont il bénéficie ses enfants ; ce qui sont toute l’humanité. Ainsi, l’homme doit employer toutes ses capacités au service de ceux qui sont dans le besoin pour eux. C’est ce que l’imam Al-Sadiq (as) a expliqué quand il a dit : « Allah n’a jamais accordé une grâce à quelqu’un sans lui demander de faire quelque chose pour le remercier pour cette grâce. Les forts sont censés aider les faibles et être tolérants envers eux, et les riches doivent donner une partie de leur argent aux pauvres… etc. ».

Ainsi, nos capacités sont nos responsabilités, et celui qui ne les emploie pas au service du peuple, en fait les vole. C’est ainsi ce que nous comprenons du hadith suivant : « Allah n’oblige pas les ignorants à apprendre jusqu’à ce qu’Il oblige le compétent à enseigner». Le Messager (p.) dit aussi : ” Si l’hérésie apparaît dans ma nation, l’Alim (érudit religieux) devrait montrer son Islam (connaissances). S’il ne le fait pas, alors qu’Allah le maudisse“. Par conséquent, si vous avez un fils juste et vous avez participé à l’élever à être en tant que telle, alors son travail sera une extension du vôtre et vous serez récompensé pour cela, même après votre décès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here