PARTAGER

SHAFAQNA- Le Muslim Post: La mosquée El-Islah de Villiers-sur-Marne aura été l’un des dommages collatéraux de l’état d’urgence. Fermé en novembre 2016, le lieu de culte constituait, selon la préfecture, « un lieu de référence influent de la mouvance salafiste. » Les imams successifs de la mosquée « y tenaient ouvertement des prêches radicaux, axés sur l’animosité à l’égard des autres cultes et la valorisation du salafisme », peut-on encore lire dans un arrêté préfectoral daté de juillet 2017 qui indiquait par ailleurs que la mosquée « comptait parmi ses anciens fidèles, de très nombreux individus jihadistes, combattants sur zone irako-syrienne ou cherchant à la rejoindre. »

À lire aussi: « Une mosquée à Valenton est une preuve de fraternité »

Suffisant, selon les autorités, pour fermer le lieu de culte. Depuis plusieurs mois, les musulmans de Villiers-sur-Marne ont donc dû trouver une solution de repli. Ils se sont installés, un an durant, dans des barnums. Malgré la fin de l’état d’urgence, la mosquée est restée porte close et il a fallu des travaux de mise aux normes pour obtenir, de la part du maire, un accord pour sa réouverture. A contre-cœur : « Le préfet nous a intimé l’ordre de la rouvrir comme il nous avait ordonné de la fermer », explique le maire qui impose des règles étonnantes : seuls les Villiérains pourront par exemple venir y prier. « Il est hors de question d’accueillir les musulmans des villes voisines qui bloqueront le quartier avec leurs voitures, je serai extrêmement vigilant là-dessus », prévient l’élu LR.

Concernant les accusation de « radicalisation » avancées par la préfecture, tout a été fait pour corriger le tir. La préfecture du Val-de-Marne indique que « les membres qui composent l’association aujourd’hui ne sont plus ceux qui en 2016 avaient conduit à la fermeture. » La préfecture a tenu à rappeler au maire que personne « ne peut s’opposer à la liberté de culte et de conscience » tant que la mosquée a été remise aux normes. Chaque vendredi, près de 800 fidèles se rendent dans la mosquée. Heureux de retrouver leur quiétude. « C’était injuste de fermer notre mosquée au prétexte que quelques personnes étaient suspectées, ils n’avaient qu’à les arrêter et nous laisser à notre spiritualité », regrette un fidèle. Une future mosquée devrait prochainement voir le jour, capable d’accueillir 1 500 fidèles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here