PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Un groupe parlementaire multipartite (constitué au Parlement du Royaume-Uni et composé de députés de tous les partis politiques) sur les musulmans britanniques a récemment rendu un rapport sur l’islamophobie. 

Cette enquête, menée pendant six mois auprès d’organisations musulmanes, d’universitaires et d’experts, propose une nouvelle définition du terme. 

« L’ islamophobie est enracinée dans le racisme et est un type de racisme qui vise les musulmans ou les musulmans perçus comme tels », indique le rapport.

Jusque là, la dernière définition de l’islamophobie remontait il y a près de vingt ans. Un groupe de réflexion britannique sur l’égalité raciale, le Runnymede Trust, le définissait comme un mot permettant « de faire référence à à la crainte ou à la haine de l’islam, et par conséquent, à la peur ou au mépris de tous ou de la plupart des musulmans ». 

Dans son étude, l’APPG estime que l’islamophobie est un vrai problème de société concernant tous les britanniques et souligne l’importance d’apporter une définition claire et précise. 

À lire aussi : L’islamophobie est un “crime de haine”

« Le gouvernement n’a pas tenté d’adopter une définition de l’islamophobie en dépit de l’impact considérable que le problème a sur les communautés musulmanes britanniques », regrette le groupe parlementaire. 

« Des crimes motivés par un sentiment anti-musulman, étayés par des stéréotypes et des caricatures racistes répandus dans le discours social et médiatique, des politiques qui perpétuent les discriminations envers les musulmans… Pour tout cela, une définition de l’islamophobie est essentielle », estime le conseil.

Selon les derniers chiffres publiés par le Home Office britannique le mois dernier, 52% des crimes de haine religieux visaient les musulmans.

Afin d’anticiper les critiques de groupes d’extrême droite, le rapport de l’APPG conclut que la définition ne vise pas à restreindre la liberté d’expression ou la critique de l’islam en tant que religion.

Le groupe a rencontré Sajid Javid, le ministre de l’Intérieur, dans le but de faire adopter leur nouvelle définition par le gouvernement. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here