Des militants musulmans mettent en garde contre la montée de l’islamophobie en Écosse

by Pey Bahman Z
islamophobie, Écosse, musulmans

SHAFAQNA – Omar Afzal, membre de l’Association écossaise des mosquées, a déclaré à propos de la croissance de l’islamophobie, qu’il fallait s’attaquer à ce problème et à l’idée fausse selon laquelle la haine contre l’Islam n’est pas un problème dans le nord de la Grande-Bretagne.

S’exprimant lors du mois de sensibilisation à l’islamophobie, une campagne nationale visant à souligner la contribution positive des musulmans britanniques, il a critiqué la décision du gouvernement britannique d’abandonner ses efforts pour définir l’islamophobie, et déclaré : « Ignorer délibérément le problème est une sorte de déni explicite de l’existence de l’islamophobie.  Le rapport sur l’islamophobie en Écosse, a brisé l’idée que l’islamophobie n’est pas courante ou omniprésente ici. Ce rapport montre à quel point les discriminations à l’égard des musulmans, sont structurelles et systémiques, et comment elles se manifestent dans la vie quotidienne. Parallèlement à cette révélation, les nouvelles statistiques sur les crimes de haine, du ministère de l’Intérieur, publiées le mois dernier, ont montré que 42 % des crimes de haine religieux en Angleterre et au Pays de Galles, visaient les musulmans.  Environ 83 % des répondants musulmans ont déclaré avoir été victimes de l’islamophobie, 75 % ont déclaré que l’islamophobie était un problème quotidien et plus de la moitié ont déclaré qu’ils avaient changé de comportement à cause de l’islamophobie ou de la peur qu’ils ressentaient. Il est inquiétant que seulement 22 % des personnes interrogées, confrontées à l’islamophobie, aient signalé ces comportements. Souvent, cela est due à la peur des conséquences, telles que le rejet du travail ou l’expulsion de l’école ».

Décrivant l’islamophobie comme « une forme de racisme qui cible les musulmans », la définition a été acceptée par les travaillistes et d’autres partis d’opposition, mais a été rejetée par le gouvernement conservateur.

عمر افضل، فعال ضد تبعیض و عضو انجمن مساجد اسکاتلند

À lire aussi: Écosse: Le ministre musulman porte plainte pour discrimination

L’étude sur 447 personnes et organisations à travers le pays, a révélé que plus des trois quarts des répondants musulmans et environ 82% des habitants de Glasgow estimaient que l’islamophobie s’aggrave.

« Nous avons le sentiment que l’environnement est devenu plus hostile pour nos communautés », a déclaré un répondant, « Le Brexit n’a certainement pas aidé à résoudre ce problème et a donné une plate-forme à ceux qui propagent la haine ».

زارا محمد، دبیرکل شورای مسلمانان بریتانیا

Zara Mohammad, secrétaire générale du Conseil musulman de Grande-Bretagne, s’est dite préoccupée par la croissance de l’islamophobie après la récente attaque au cocktail Molotov contre un centre d’immigration dans le Kent, et a déclaré : « Les musulmans sont confrontés à une hostilité croissante et à un nombre croissant d’attaques. Nous avons récemment été témoins d’un attentat terroriste à Douvres où l’auteur a déclaré qu’il voulait « éliminer les enfants musulmans ». L’islamophobie existe aux plus hauts niveaux du gouvernement britannique. Nusrat Ghani, ministre des Transports du cabinet de l’époque, considérait que sa religion (l’Islam) était la raison de son renvoi du gouvernement. Afin de surmonter les problèmes profonds et structurels de l’islamophobie, beaucoup de travail doit être fait dans les espaces publics, ainsi que dans les organisations politiques et civiles ».

تجمع اسلام‌ستیزان در اسکاتلند

Fareeha Thomas, du Conseil musulman d’Ecosse, a déclaré : « L’Ecosse abrite plus de 76 000 musulmans, dont la majorité sont des Ecossais de deuxième ou troisième génération, d’autres sont des convertis ou des nouveaux arrivants. Les musulmans d’Ecosse sont activement impliqués dans tous les aspects de la vie écossaise. Malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, les discours de haine et d’autres formes de discrimination à cause de notre religion, sont fréquents, les femmes musulmanes en particulier, sont ciblées par le retrait forcé du foulard ainsi que les menaces et le harcèlement. Bien que la majorité des Écossais nous accueillent et nous soutiennent, nous ne savons jamais si nous serons confrontés à des abus ou à des violences islamophobes lorsque nous quittons nos maisons. Le fait d’être musulman signifie moins d’opportunités d’avoir un entretien d’embauche, et se couvrir la tête signifie moins d’offres d’emploi ».

Source: IQNA

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.