PARTAGER

SHAFAQNA – Bitter Winter : Suivant les directives du plan quinquennal de « sinisation » de l’islam, les autorités locales et provinciales redoublent d’efforts pour se débarrasser de tout ce qui est lié à la religion musulmane, tout en endoctrinant les fidèles au passage.

Les premiers jours d’avril, les habitants huis du district de Chanhe, situé dans la ville de Luoyang, dans la province du Henan au centre du pays, se sont vu administrer une dose supplémentaire de « cours de patriotisme ». La veille de la Fête de Qingming, une fête traditionnelle chinoise au cours de laquelle on honore ses ancêtres, on leur a ordonné de participer aux manifestations organisées pour rendre hommage aux martyrs du Parti communiste, et de se rendre à une exposition commémorant la révolution.
Des musulmans huis à une exposition commémorant la révolution.
Des musulmans huis à une exposition commémorant la révolution.
Trois jours plus tard, dans le but de donner plus de poids au message de « sinisation », les autorités sont passées à l’acte en démantelant de force le symbole en croissant de lune et en étoile, et les structures en forme de dôme situés à l’entrée de la mosquée du district de Tawan. Apparemment, les « cours » ont été un succès puisque personne n’a osé protester ni même assister à la destruction.

À lire aussi : La peur d’être musulman en Chine

Les symboles en croissant de lune et en étoile ont été retirés de l’entrée de la mosquée de Tawan.
Les symboles en croissant de lune et en étoile ont été retirés de l’entrée de la mosquée de Tawan.
Un habitant hui de la région a commenté : « Le PCC encourage la “grande unité” des 56 groupes ethniques tout en détruisant les symboles de notre religion. Peut-on considérer que ces actes favorisent “l’unité entre les groupes ethniques” ? »
Plus tôt cette année, on a retiré des symboles islamiques dans des écoles huis du district de Linzi, dans la ville de Zibo, située dans la province orientale du Shandong. D’après un enseignant, le responsable local a exigé que tous les panneaux des établissements scolaires primaires et secondaires sur lesquels figurent les termes « ethnie hui » et « peuple hui » ou des symboles islamiques, soient remplacés par des plaques portant l’inscription « École professionnelle pour une civilisation d’une nouvelle ère ». Cette décision était assortie d’une injonction menaçant d’arrestation quiconque ferait entrave à ce processus.
L’enseigne d’une école primaire hui locale a été retirée et remplacée par une plaque portant l’inscription : « École professionnelle pour une civilisation d’une nouvelle ère ».
L’enseigne d’une école primaire hui locale a été retirée et remplacée par une plaque portant l’inscription : « École professionnelle pour une civilisation d’une nouvelle ère ».
Le 17 janvier, des agents du gouvernement du bourg de Jinling, une division administrative du district de Linzi, a retiré les enseignes portant des symboles islamiques de l’entrée du collège hui de Jinling et de sa cafétéria.
À peu près au même moment, un panneau se trouvant dans une école primaire hui locale sur lequel figuraient des symboles islamiques a été remplacé par une plaque portant l’inscription « École professionnelle pour une civilisation d’une nouvelle ère ».
« En retirant ces plaques islamiques, [le gouvernement] cherche à nous priver de notre conscience ethnique, à éradiquer notre religion et à nous “siniser” », a souligné un enseignant de l’école.

À lire aussi : Les élèves en Chine sont forcés de signer des engagements de renoncement à leur religion

Une sculpture de 10 mètres de haut représentant le Coran a été détruite en avril dernier à Minzu.
Une sculpture de 10 mètres de haut représentant le Coran a été détruite en avril dernier à Minzu.
Un panneau de propagande a été installé sur le site où se trouvait la sculpture représentant le Coran.
Un panneau de propagande a été installé sur le site où se trouvait la sculpture représentant le Coran.
La campagne de « désarabisation et de désaoudisation », qui a été largement encouragée partout en Chine depuis l’entrée en vigueur de la Nouvelle réglementation sur les affaires religieuses l’an dernier, continue de s’intensifier. Des symboles ont été retirés des mosquées, des bâtiments de style arabe ont été transformés pour paraître plus chinois et des statues ayant trait à l’Islam ont été démolies. D’après un document que nous nous sommes récemment procuré, en avril l’an dernier, les autorités ont ordonné la destruction d’une sculpture de 10 mètres de haut représentant le Coran qui se trouvait sur la place de Minzu dans le bourg de Shangdian, placé sous la juridiction de la ville de Wugang. À la place, on a érigé un panneau de propagande de quatre mètres de haut sur lequel on peut lire : « Le peuple a la foi ; les groupes ethniques ont l’espoir ; l’État a le pouvoir ; suivez toujours le Parti. »
Un document émanant du gouvernement qui traite de la démolition d’une sculpture représentant le Coran dans la ville de Wugang.
Un document émanant du gouvernement qui traite de la démolition d’une sculpture représentant le Coran dans la ville de Wugang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here