PARTAGER

SHAFAQNA – Iqna : L’Hodjat-ol-islam Majid Hakim Elahi, responsable des activités internationales du centre islamique de Qom, représentant du Guide suprême en Indonésie et directeur du centre islamique de Jakarta et du centre Jame’at-ol-Mostafa (as), a remercié l’Agence iranienne de presse coranique pour ses informations dans le domaine coranique et déclaré que les centres islamiques chiites étaient en plein développement dans ce pays.

« Cette agence de presse peut présenter les dernières informations sur les activités coraniques dans le monde et les recherches coraniques. La République islamique d’Iran qui est un modèle dans le domaine des activités coraniques, peut proposer de nouvelles perspectives de recherche pour le rapprochement des écoles islamiques autour du Coran. En Indonésie, nous avons créé 30 centres coraniques pour présenter l’art coranique iranien et former des professeurs, qui peuvent chacun, accueillir 70 étudiants et étudiantes. Nous organisons des compétitions au niveau régional et national, et des cérémonies aux différentes occasions. Nous formons des prédicateurs chiites et sunnites, qui encouragent la modération et l’union des musulmans. Des religieux sont formés et envoyés dans les différentes régions pour les enterrements, enseigner les règles des ablutions et du Ghosl pour les défunts, venir au secours des victimes des catastrophes naturelles, construire des puits, des écoles et des habitations dans les régions défavorisées, créer des orphelinats et participer à la lutte contre les insectes. Nous avons aussi mis à la disposition des mosquées, des ambulances et toutes ces activités ont créé une sympathie chez les habitants, pour les religieux chiites, qui leur évite de tomber dans le piège des wahhabites », a-t-il dit.
La présence de l’islam chiite en Indonésie remonte au 4ème siècle comme le montrent les inscriptions ««لا فتی الا علی، لا سیف الا ذوالفقار» » sur un canon dans une ancienne ville appelée Banten (au sud de l’Indonésie), les pierres tombales de la ville d’Aceh (au nord de l’île de Sumatra) aux noms de Seyed Hesam-o-din Hosseini (décédé en 823 de l’hégire ), Seyed Sharaf-o-din Hasan ibn Ali Astarabadi (823) et Amir Mohammad ben Abdoul Ghader (882), et les attestations de foi au prophète (as) et à l’Imam Ali (as) sur les monuments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here